Giorgetto Giugiaro



Giorgetto Giugiaro - Italie - 1938


Son grand père Luiti est peintre de fresques dans les églises et les demeures patriciennes du nord-ouest de l'Italie. Son père Mario est également peintre. Ils apprennent à Giorgetto à mélanger les couleurs, à créer l'ombre du relief, à exploiter l'ombre et la lumière pour animer des surfaces. L'enfance de Giugiaro est constellée d'une part d'expériences de vie paysanne du côté de sa mère, d'autre part de fréquentation des ateliers d'artistes.  


Formation

Ecole de modélisme d'Eugenio Colomo, alias Golia.
Académie des Beaux-Arts de Turin


1955

Une exposition de travaux d'étudiants où figurent des aquarelles d'automobiles attire le neveu de son professeur, Dante Giacosa, qui n'est autre que le directeur technique de Fiat. Celui ci propose au jeune Giugiaro d'entrer en apprentissage au bureau d'étude de style des voitures spéciales à Mirafiori, sous l'autorité de Fabio Luigi Rapi

Il n'a alors que 17 ans. Ses activités ne sont guère palpitantes. Il travaille sur des produits aussi disparates que des camions, tracteurs, trains, locomotives, électroménager ... en fait, tout ce que le groupe Fiat produit. Quand il s'intéresse à l'automobile, il s'agit surtout de dessiner des pièces (enjoliveurs de roue ...) que de penser un véhicule complet. Persuadé que dans ce milieu aussi hiérarchisé, l'attente pour émergé sera bien longue, il est déjà convaincu que sa carrière se jouera ailleurs.

1959

Giugiaro réalise pour un ami travaillant chez Bertone quelques illustrations de voitures. Celui-ci les montre à Nuccio Bertone en lui indiquant que leur auteur qui travaille chez Fiat n'a que 21 ans. Le carrossier demande de rencontrer ce jeune dessinateur talentueux. Giugiaro a beaucoup de respect pour Bertone, qu'il considère comme étant l'un des monstres sacrés de la carrosserie italienne.

En décembre 1959, Giorgetto Giugiaro devient le patron du style chez Bertone, à un âge où beaucoup de stylistes automobiles commencent aujourd'hui leurs études dans des établissements spécialisés. Il remplace à ce poste le déjà célèbre Franco Scaglione.

Giugiaro sait mettre à profit les directives et les conseils de Nuccio Bertone, un homme doté d'un grand instinct qui n'a pourtant jamais dessiné lui-même. Il gagne la confiance du patron, qui l'autorise à apposer sa signature sur les croquis des nouveaux modèles, mais aussi à assister aux réunions de projets avec les clients, à être présent aux salons, aux conférences de presse.


1960 : La Gordon GT est le premier modèle signé Giugiaro pour Bertone. Il sera produit en 99 exemplaires sous la marque Gordon Keeble entre 1964 et 1968. Giugiaro n'a que 21 ans quand il dessine cette auto.


Turin 1960 : Le style du coupé Alfa Romeo 2000 Sprint reste proche de celui de la Gordon GT. Ce modèle devient 2600 Sprint dès le Salon de Genève 1962.


Genève 1961 : L'Aston Martin Jet est établie sur une base de DB4 GT. Ce modèle unique présenté sur le même salon que la Jaguar E a été préservé jusqu'à nos jours, après avoir fait pendant un quart de siècle le bonheur d'un collectionneur qui l'étrennait aux concours d'élégance de la Villa D'este ou de Peeble Beach.


Francfort 1961 : La BMW 3200 CS ouvre une nouvelle voie pour le style BMW, même si ses dessous sont d'un autre âge, puisqu'ils remontent à la 501 de 1951. La ceinture de caisse basse, les grandes surfaces vitrées et les minces piliers seront repris sur la 2000 CS de 1965. On note la forte ressemblance de cette BMW avec l'Iso Rivolta GT de 1962 du même Giugiaro. La BMW 3200 CS a été produite à 603 exemplaires entre 1962 et 1965.


1962 : Le coupé Iso Rivolta GT est ici présenté devant les bâtiments de Bertone. Doté d'un V8 emprunté à la Chevrolet Corvette, il fut produit à 797 exemplaires sur sept ans.


Genève 1962 : Nuccio Bertone fit de cette Ferrari 250 GT unique sa voiture personnelle durant de nombreuses années.


Genève 1962 : Avec le coupé 1000, Simca prend modèle sur son cousin Fiat qui a de tout temps proposé avec un certain succès des dérivés coupés de ses berlines.


Genève 1963 : La Chevrolet Testudo sur base Corvair présente un accès original à l'habitacle avec un cockpit basculant. Son 6 cylindres de 81 ch n'en fait pas un foudre de guerre.


1963 : L'Alfa Romeo Giulia GT a été dessinée dans un format plus compact que le coupé 2000/2600 Sprint. Ses lignes pures, simples et équilibrées en ont fait un classique du genre.


Paris 1964 : Le concept car Canguro prend appui sur un châssis Alfa Romeo Giulia TZ. Il fut détruit lors d'essais de presse sur le circuit de Monza quelques mois après sa présentation. L'épave incomplète de la voiture fut récupérée bien des années plus tard, pour réapparaître au Concours d'Elegance de la Villa d'Este en 2005.


Genève 1965 : Fiat 850 Spider. La voiture de série sera produite dans les ateliers de Bertone. Elle connaît un énorme succès en raison notamment d'un prix serré. 130 903 exemplaires portèrent l'écusson Fiat, et 1 732 celui de Seat.


1965

Gaspardo Moro, nouveau directeur général de Ghia, contacte Giugiaro. Celui-ci accepte de prendre en charge la direction du style. Ghia est à cette époque une marque classique, forte et évocatrice. Giugiaro a pour ambition de la valoriser grâce à une équipe de collaborateurs efficaces. Il est remplacé chez Bertone par Marcello Gandini. Nuccio Bertone apprécie peu ce départ imprévu, et pendant quelques temps il en tiendra rigueur à Gaspardo Moro.

1966

Au Salon de Turin, deux des réalisations émanant de chez Bertone attirent l'attention de la presse et du public, la Maserati Ghibli et la De Tomaso Mangusta, à la fois pour la simplicité des lignes et la force qui s'en dégage. Grâce à Giugiaro, la maison Ghia revient sur le devant de la scène après quelques années de doute. Contrairement à l'usage chez les carrossiers, et comme ce fut déjà le cas chez Bertone, Moro fait le choix de présenter son styliste à la presse. Les journalistes assistent à la naissance d'une étoile : Giorgetto Giugiaro. La patron de Ghia espère surtout créer un duo Maserati Ghia, à l'image de la liaison Ferrari Pininfarina. Cette Ghibli peut représenter une première étape.



Genève 1966 : Présenté en 1966 en tant que prototype, le coupé Isuzu 117 rentre en production en octobre 1968 pour le rester jusqu'en 1981, et devenir un vrai classique pour les collectionneurs amateurs de voitures nippones.


Turin 1966 : La Maserati Ghibli innove avec un capot avant très prononcé terminé par une calandre sans phare. Concurrente des Ferrari Daytona et Lamborghini Miura, elle est reconnue comme étant une des oeuvres majeures du design automobile italien des années 60.


Turin 1966 : Sur la De Tomaso Mangusta, la lunette arrière est séparée par une crête métallique, reprenant là une idée développée par Bugatti avant guerre, puis par Chevrolet sur sa Corvette Sting Ray de 1963.


1967

Ghia change de propriétaire et de gestion, avec à sa tête Alejandro De Tomaso, qui impose ses idées, même sur le style. Giugiaro ne supporte pas cette situation, et démissionne tout en demeurant consultant pour le carrossier. Tom Tjaarda lui succède. En février 1967, Giugiaro fonde une société indépendante à laquelle De Tomaso est obligé de confier les projets en cours, comme ceux de l'Oldsmobile Thor réalisée sur un châssis de Toronado, de la berline Iso Rivolta Fidia S4 ou du coupé Maserati Simun.



1967 : L'Oldsmobile Thor, sur base Toronado, répond à une commande de Bill Mitchell de la General Motors.


1967 : La berline Iso Rivolta S4 a été produite en 192 exemplaires, avec un V8 Chevrolet puis un V8 Ford. On retrouve sur la S4 quelques traits caractéristiques de la Mangusta, notamment au niveau de la face avant.


1968 : La Maserati Simum reprend les mêmes thèmes stylistiques que l'Oldsmobile Thor. Le constructeur de Modène lui a préféré l'Indy proposée par Vignale.


1968

Naissance de la SIRP (Studi Industriali Realisazzione Prototipi Spa), raison sociale du label Ital Design, au centre de Turin. Le co-fondateur est Aldo Mantovani, un ancien ingénieur de Fiat, que Giugiaro a rencontré quand il travaillait chez Bertone.

Giugiaro s'entoure d'une équipe d'ingénieurs, ce qui permet à Ital Design de proposer aux constructeurs des projets complets, tant sur le plan esthétique que technique. Contrairement à ses confrères Pininfarina ou Bertone, Ital Design ne s'aventure pas dans le domaine de l'industrialisation des voitures. Ital Design va parvenir à fusionner deux influences importantes, celle de l'artiste d'une part, celle du planificateur industriel d'autre part. Ainsi, la première étude confiée à Giugiaro, celle de l'Alfasud, inclut la conception de la chaîne de production.

Les designers que Giugiaro recrute restent dans l'ombre, et les automobiles d'Ital Design sont dans l'esprit du public dessinées par le maître lui même. Ce n'est pas le cas chez Zagato où Ercole Spada s'est fait un nom, idem pour Marcello Gandini ou Marc Deschamps chez Bertone, ou chez Pininfarina où Aldo Brovarone ou Leonardo Fioravanti ne sont pas des inconnus.

Contrairement à Sergio Pininfarina ou à Nuccio Bertone qui n'ont jamais été des créateurs purs, mais plus des managers, Giorgetto Giugiaro est toujours resté impliqué dans la création des formes.


Giorgetto  Giugiaro



Turin 1968 : La Manta est la première création de Giugiaro sous le label Ital Design, créé officiellement le 13 février 1968.


Turin 1969 : Alfa Romeo a confié une version routière de la 33 aux trois carrossiers turinois en vogue à cette époque. Bertone crée la Carabo, Pininfarina la P33, et Ital Design l'Iguana.


Turin 1969 : L'Abarth 1600 est le dernier concept car proposé par le constructeur turinois avant son annexion au groupe Fiat. Le moteur est en porte-à-faux arrière sur cette auto qui ne dépasse pas 110 cm de hauteur.


Turin 1970 : La VW Porsche Tapiro est une berlinette à moteur central VW Porsche. Le pare-brise est dans le prolongement direct du capot avant.


1971 : Le premier très important contrat d'Ital Design concerne l'Alfa Romeo Alfasud. Plus qu'une simple étude stylistique, le studio de design s'est impliqué dans la conception de l'auto de A à Z.



Turin 1971 : Pour accompagner le lancement de l'Alfasud lors du Salon de Turin 1971 dont elle reprend le châssis, Giugiaro imagine la Caimano, une voiture de sport dotée d'un cockpit basculant.


Turin 1971 : La Maserati Boomerang illustre ce que peut être une voiture de sport à la limite du fonctionnel, avec un pare-brise incliné à 13°.


Genève 1971 : Giugiaro dessine l'élégante Maserati Bora. Notez le traitement du toit et des montants du pare-brise en inox brossé. La Merak présentée à Paris en 1972 reprend à quelques détails près la même carrosserie, mais avec un V6 au lieu d'un V8.


Genève 1971 : Alors même que l'étude de la future Volkswagen Golf est en cours, Giugiaro retient l'intérêt du public avec ce coupé Cheetah au profil en coin, basé sur l'antique Coccinelle. Il s'agit d'une commande de l'Allemand Karmann.


Turin 1972 : Colin Chapman veut définitivement rompre avec les lignes rondes des anciennes Lotus, et fait appel au styliste le plus en vue du moment, Giugiaro. Si le prototype (voiture grise, où l'on devine Colin Chapman et Giorgetto Giugiaro) est présenté en 1972, la production (voiture orange) ne débutera réellement qu'en 1976.


Francfort 1973 : L'Audi Asso di Picche a été conçue pour Karmann sur la base d'une Audi 80. Elle annonce des thèmes qui seront repris sur la Lancia Delta de 1979 et la De Lorean de 1981.


Turin 1974 : La Maserati Medici en impose avec ses lignes rectilignes, et son compartiment arrière séparé de l'avant, avec quatre places en vis-à-vis.


Mai 1974 : Après l'Alfasud, Giugiaro travaille sur le nouveau coupé Alfetta GT, appelé à remplacer la vieillissante Giulia GT. Le cahier des charges prévoit la possibilité d'accueillir quatre personnes et leurs bagages. Ce n'est donc plus une 2 + 2 pour son prédécesseur.


1974 : Giugiaro signe le dessin de celle qui deviendra un best-seller au niveau planétaire. A l'époque, la Coccinelle décline. Kurt Lotz, président de VW, est déçu par la maladresse des stylistes allemands, tout au mieux capables de pondre une banale K70. VW est en panne de produit. Giugiaro est invité à imaginer une automobile qui réponde enfin aux attentes du marché.


1974 : Le coupé VW Scirocco vient appuyer la nouvelle Golf avec une robe encore plus séduisante. Le géant allemand hésite à industrialiser la voiture. Karmann qui entrevoit les potentialités du projet décide de se porter volontaire pour investir, et remporte l'adhésion de VW. C'est un énorme succès commercial.


1974 : Le prototype de salon Maserati 2 + 2 Coupé de 1974 aurait pu apparaître comme un modèle de production issu des études Boomerang et Medici. Il fut hélas sans suite. 


1974 : Hyundai n'est encore qu'un petit constructeur coréen aux grandes ambitions. Il confie au réputé styliste italien le dessin de la Pony, première berline de grande diffusion de la marque.


1974 : Ital Design imagine ce coupé de manière indépendante. Les dirigeants de Hyundai, séduits pas la qualité du travail, demandent à ce qu'il porte le nom de Hyundai Pony Coupé.


1976 : Le coupé BMW Karmann Asso di Quadri confirme que Giugiaro commence à cette époque à s'enfermer dans son style. A quelques détails près, plusieurs de ses récents concept cars affichent une parenté certaine.


1976 : Ce taxi sur base Alfa Romeo est réalisé dans le cadre d'une exposition intitulée " Realistic solutions for today " due à l'initiative du Musée d'Art Moderne de New York.


1976 : Alors que la mode des coupés commenCe à décliner, Giugiaro dessine pour Alfa Romeo cette élégante version à hayon dénommée Alfasud Sprint, produite à 116 552 exemplaires jusqu'en 1984.


1976 : La proposition de Giugiaro pour la nouvelle Audi 80 confirme la détermination de Ferdinand Piëch de porter la marque au plus haut niveau de qualité de la production allemande.


Turin 1977 : La Maserati Quattroporte est l'adaptation à la réalité de la production et du marché des thèmes abordés sur les concept cars Medicis. Ici, le classicisme l'emporte sur l'originalité.


Turin 1978 : La Lancia Megagamma ouvre la voie aux monospaces des années 80 et 90 : Chrysler Voyager, Nissan Prairie, Renault Espace ... Avec cet objet roulant mal identifié à ses début (la direction du Salon de Turin voulait l'orienter vers le Salon du véhicule commercial), Giugiaro contribue à faire passer dans l'esprit du public le monospace de la catégorie des camionnettes à celle des vraies voitures.


Turin 1978 : La maquette M8 de 1978 a été la première voiture de Giugiaro clairement orientée vers l'étude de l'aérodynamique. Cette deuxième lecture de la Citroën CX affiche un Cx record de 0,24.


1978 : Le programme initial de la BMW M1 prévoit que Lamborghini assurera la production en petite série de la voiture, après que Giugiaro en ait étudié le design. Finalement, c'est Ital Design qui se charge de la production des 426 exemplaires en 1978 et 1979. C'est la seule exception dans l'histoire d'Ital Design qui a toujours renoncé à se lancer dans la production en série.


Genève 1979 : L'Asso di Fiori est passée du stade de concept car (photo du haut) à celui de véhicule de série en deux ans (photo du bas). L'Isuzu Piazza au Japon, baptisée Impulse aux Etats Unis, est en effet exposée à Genève en 1981. Succédant au coupé 117, sa production s'échelonne jusqu'en 1992.


Francfort 1979 : La Lancia Delta, une voiture de gamme moyenne issue de la Fiat Ritmo (Lancia s'en est toujours caché), a pour ambition de relancer une marque au passé prestigieux, mais en perte de vitesse. Le défi est similaire à celui de la Golf pour Volkswagen quelques années plus tôt.


1980 : Giugiaro invente la Fiat Panda, voiture minimaliste, avec des surfaces simples à usiner et des vitres plates. A l'intérieur, un agencement judicieux avec des sièges basiques permet au besoin de transformer la Panda en un petit utilitaire. Une sorte de 4 L ou de 2 CV à la sauce italienne !


Turin 1980 : La Lancia Medusa est une berline aérodynamique qui repose sur une base de Lancia Monte Carlo. Ses formes sont arrondies et nettes, sans aspérité. Malgré un CX de 0,263, Giugiaro entend démontrer qu'habitabilité et aérodynamique ne sont pas inconciliables.


1981 : La De Lorean est un projet qui a débuté en 1976 et dont l'une des étapes fut la planche à dessin de Giugiaro. Avant une faillite retentissante qui fit couler beaucoup d'encre, 8 583 exemplaires furent produits de 1981 à 1983. Sur cette photo, on reconnaît John Zachary De Lorean et Giorgetto Giugiaro.


Turin 1982 : l'Orca s'appuie sur une base Lancia Delta 4x 4 Turbo. Cette berline imaginée dans le prolongement de la Medusa concilie habitabilité et bon coefficient de pénétration dans l'air. Le capot moteur plus haut correspond à une approche plus réaliste, mieux adaptée à une production en série.


Turin 1982 : La Capsula a été étudiée pour recevoir une mécanique Alfa Romeo Alfasud, mais il ne s'agit que d'une maquette statique. A l'image des autocars de tourisme, un espace de rangement est situé sous l'habitacle.


1982 : Ce concept car Marco Polo doté d'un logo Lamborghini n'a pas dépassé le stade de la maquette. Cette 2 + 2 aurait pu être une digne remplaçante de l'Espada qui avait quitté la scène en 1978.


1982 : La Lancia Prisma n'est qu'une évolution tricorps de la Delta du même Giugiaro, élégante mais sans passion.


1983 : La Fiat Uno aux lignes simples, nettes, discrètes et efficaces, a permis a Fiat de consolider sa position de leader sur les marchés européens, et à Giugiaro de confirmer son savoir-faire sur des automobiles de grande série.


Genève 1983 : Renault semble un peu en panne de créativité à l'aube des années 80. Robert Opron, patron du style à la Régie, et Robert Hanon, PDG, décident d'établir une collaboration avec Ital Design. Le premier fruit de cette nouvelle entente est le concept car Renault Gabbiano dessiné sur une base de Renault 11.


1984/85 : Saab 9000, Lancia Thema, Fiat Croma. Le projet d'une grande berline étudiée conjointement pour Saab, Lancia, Fiat et Alfa Romeo est né en 1978. En 1984, la Saab 9000 et la Lancia Thema arrivent sur le marché. 1985 sera l'année de la Croma. Ces trois voitures ont en commun le plancher, les portes, le toit et le pare-brise. Giugiaro a été contacté pour proposer trois orientations de style différentes. L'étude de l'Alfa Romeo 164 a été confiée à Pininfarina.


1984 : Après le succès de la Golf, Volkswagen poursuit sa collaboration avec Giugiaro. Le projet Ibiza débute en 1980. Fiat vient d'abandonner le constructeur espagnol, et c'est désormais VW qui est aux commandes. La première Seat " post Fiat ", bien qu'utilisant toujours une base Fiat, est donc l'Ibiza.


Turin 1984 : Ford a commandé cette étude d'une sportive à moteur central 6 cylindres 3 litres dénommée Maya.


Turin 1984 : Giugiaro poursuit ses recherches dans le domaine des berlines aérodynamiques avec la Marlin, qui emprunte son nom à l'espadon fuselé des océans. Malgré un CX de 0,21, l'habitabilité est digne d'une berline de haut de gamme.


Birmingham 1984 : L'Etna a été élaborée à partir d'une Lotus Esprit. Elle devait être dotée d'un V8. Le projet ne sera pas mené à son terme, faute de finance. Si ses lignes sont élégantes, elles n'apportent aucune originalité par rapport à d'autres créations contemporaines.


Turin 1984 : Après la Mégagamma de 1978, le Together de 1984 est une nouvelle démonstration de Giugiaro, qui souhaite prouver que le monospace est appelé à s'insérer durablement dans le paysage automobile mondial.


1986 : Sous l'ère de Robert Opron, Renault multiplie les consultations. La Renault 21 est dessinée par les équipes de Giugiaro, en reprenant certains thèmes stylistes du prototype Marlin de 1984, notamment la disparition des gouttières de toit.


Turin 1986. Entre autres originalités sur cette Oldsmobile Incas, deux portes papillon et un volant qui évoque plus un manche à balai d'avion équipé de toutes les touches nécessaires pour jouer à la Playstation.


Turin 1986 : Avec la Volkswagen Orbit, Giugiaro teste le principe du monovolume sur une voiture de moins de 4 mètres. 


Turin 1986 : Cette étude Ital Design Machimoto n'a rien de raisonnable, et l'usage de ce type de véhicule de loisirs ne pourrait être que limité qu'à des virées par jour de beau temps. Elle emprunte au monde de la moto la façon de s'asseoir et les sensations des balades en plein air.


1988 : La Renault 19 remplace avantageusement les banales Renault 9 et 11. La clientèle visée, essentiellement fidèle à la marque, est plus jeune que celle de la 21 lancée deux ans plus tôt.


Turin 1988 : Ces trois projets Aztec, Aspid et Asgard adoptent les même thèmes stylistiques. Comme sur un avion, Giugiaro laisse apparaître des panneaux de service et des instruments de contrôle. Le roadster Aztec équipé d'un moteur d'Audi 200 propose un habitacle séparé en deux parties. Chacune possède un volant. Celui du passager n'est pas fonctionnel pour la direction ... mais supporte des fonctions secondaires.


Turin 1988 : L'Aspid en est une version coupé monovolume. L'ouverture des portes est synchronisée avec le soulèvement de la partie vitrée supérieure. Un vrai coffre permet d'accueillir quelques bagages.


Turin 1988 : L'Asgard plus long de 30 cm et nettement plus haut avec 1,57 mètre constitue une nouvelle offre sur le segment des monospaces de luxe. Avec cette trilogie, Giugiaro démontre sa capacité à développer plusieurs versions différentes tout en utilisant des éléments communs.


Genève 1990 : Le concept car Seat Proto TL préfigure la Seat Toledo qui sera lancée en 1991.


Genève 1990 : Giugiaro ose transformer une Jaguar. Ainsi, une banale XJ Sovereign devient Jaguar Kensington. A défaut d'être adoptées par Jaguar, les lignes de cette voiture feront les belles années d'un nouveau modèle de la marque Lexus. 


Turin 1990 : Avec la Bugatti ID 90, Giugiaro donne sa vision de ce que pourrait être la future Bugatti de Romano Artioli. Il ne s'agit là que d'une maquette dont le style ne sera pas retenu par l'état major de Bugatti, qui lui préférera une proposition de Marcello Gandini.


1991

En mars, Fabrizio Giugiaro, fils de Giorgetto, alors âgé de 26 ans, fait ses débuts en public. Désormais, il collabore activement à la vie de l'entreprise, et au style de plusieurs créations.



Genève 1991 : La BMW Nazca M12 est dotée d'un V12 5 litres de 300 ch. La mécanique n'est pas inconnue, puisqu'elle équipe la BMW 850. C'est la première voiture sur laquelle Fabrizio Giugiaro s'est personnellement impliqué.


Tokyo 1989 : La Subaru SVX est d'abord présentée sous la forme d'un concept car en 1989, avant d'être produite en série à partir de 1991. Elle a connu une diffusion confidentielle en France, avec 52 voitures immatriculées, sur les 24 965 exemplaires fabriqués. La découpe originale de ses vitres en fait un modèle à part, et une classique parmi les voitures japonaises.


1991 : Lexus GS 300. C'est le président de Toyota en personne qui s'est montré séduit par la proposition de Giugiaro pour ce modèle de la marque premium du géant japonais de l'automobile. Celle-ci reprend des thèmes développés sur la Jaguar Kensington. Disponible au Japon dès 1991, la Lexus GS 300 sera ensuite exportée à travers le monde à partir de 1993, surtout vers les USA.


Turin 1992 : L'aspect extérieur du Colombus, un van monovolume, est tout à fait inédit, avec un division nette entre la partie avant et le compartiment passagerS arrière. Il peut offrir jusqu'à neuf places. Le poste de conduite central est positionné en avant par rapport aux deux sièges de la première rangée. Surélevé, il est positionné au dessus du moteur transversal, un V12 d'origine BMW.


Genève 1993 : L'ID Cinquecento Lucciola a pour base la Fiat Cinquecento, dont elle conserve les dimensions. Née Fiat, ce dessin fera une belle carrière chez Daewoo, sous le nom de Matiz.


Genève 1993 : Pour dessiner cette berline Bugatti EB 112, Giugiaro a puisé dans le patrimoine de la marque, que cela soit au niveau de la calandre, de l'arête centrale, des roues .... Bugatti et Ital Design ont tenté de définir une " joint venture " pour aborder une production en petite série de l'EB 112 à partir de 1995. Les difficultés de la société dirigée par Romano Aritioli ont fait capoter le projet.


Francfort 1993 : Pour la première génération de Punto, Giugiaro a misé sur des lignes simples et efficaces. Le succès commercial de la voiture dépassa tous les espoirs de son constructeur.


1993 : La seconde génération de Seat Ibiza commercialisée en 1993 a été étudiée par Ital Design en collaboration avec le groupe Volkswagen à partir d'un châssis de Polo.


Genève 1994 : La Lexus Landau représente une autre manière d'aborder le thème de la berline de prestige. Elle prend pour base une Lexus GS 300. Le défit relevé par le designer a été de réduire sensiblement la longueur totale (60 centimètres) de la voiture d'origine sans en compromettre l'habitabilité, mais au contraire en l'améliorant, grâce à une garde au toit supérieure de 5 centimètres.


Turin 1994 : La Firepoint sur base Fiat Punto se caractérise par son toit tout en courbe, qui évoque une cabine d'avion de chasse. Les vitres latérales et la lunette arrière amovibles permettent de transformer la Firepoint en un roadster.


Genève 1995 : Giugiaro vend ses talents en Corée. Ce concept car Daewo Bucrane sera " recyclé " trois ans plus tard pour définir les lignes de la Maserati 3200 GT.


Genève 1995 : La Lamborghini Cala a été étudiée comme un engin capable d'atteindre la petite série. L'habitabilité a été un des critères majeurs lors de sa définition, même avec une hauteur de 122 cm.


Depuis la fin des années 90

Giorgetto et Fabrizio Giugiaro travaillent depuis quelques années côte à côte. Le père tend à laisser les véhicules super sportifs à son fils. Il devient difficile de faire la part des choses entre les créations du père et celles du fils. En 1997, Dario Trucco rejoint Ital Design comme directeur, puis directeur général. En 1999, à Las Vegas, Giugiaro est élu " Car Designer of the Century " par un jury international de plus de 120 journalistes. En 2001, avec douze autres grands de l'automobile, il est immortalisé dans la " galerie des célébrités " du Palexpo à Genève, là où se tient le Salon de l'automobile.


Giorgetto Giugiaro



Genève 1997 : L'Alfa Romeo Scigheera dispose d'un V6 de 3 litres en position centrale. Notez le pare-brise panoramique, à la manière des américaines de la fin des années 50. Fabrizio Giugiaro à contribué au dessin de la Scigheera.


Avril 1998 : Giugiaro a fusionné sur ce concept car Structura les éléments ... structurels et l'habillage extérieur. Cette voiture a été présentée en avril 1998 lors de la commémoration du trentième anniversaire d'Ital Design.


1998 : La 3200 GT est née de la collaboration entre Maserati, désormais dirigé par Ferrari, et Giugiaro. Il s'agit avec cette nouvelle voiture de faire oublier le long épisode peu glorieux de la Biturbo et de ses dérivés.


Paris 1998 : Le vitrage latéral du concept car Bugatti EB 118 évoque la Type 50, l'arête centrale la 57 Atlantic. Depuis le manque de réussite de l'équipe de Romano Artioli, c'est désormais Ferdinand Piëch qui est le nouveau propriétaire de la marque Bugatti. L'EB 118 est équipée d'un W18 de 6.3 litres de 555 ch. 


Genève 1999 : La EB 218 est une évolution de l'EB 112 de 1993. Avec une longueur de 5,38 mètres, elle s'avère être encore plus imposante que son aînée de 5,09 mètres.


Francfort 1999 : La quadrilogie (EB 112, EB 118, EB 218) se termine avec la supersportive EB 18/3. Les lignes sinueuses s'inscrivent dans un courant stylistique néo rétro.


2000 : Le Touareg d'Ital Design destiné à affronter les déserts n'a pas laissé un souvenir impérissable. Ce véhicule à structure apparente, sur lequel Fabrizio Giugiaro est intervenu, a tout de même inspiré la ... Ligier Be-Up, du même Giugiaro. Sur la seconde photo, on reconnaît Fabrizio Giugiaro, Helmut Newton et Giorgetto Giugiaro. Le célèbre photographe fit du Touareg son véhicule personnel.


Genève 2001 : Fabrizio Giugiaro se serait fortement impliqué dans ce projet. Le père et le fils eurent l'idée de se demander à quoi pourrait ressembler une Aston Martin en 2020, d'où son nom.


Genève 2002 : L'Alfa Romeo Brera a d'abord été un concept car (en rouge) à moteur Maserati V8 de 400 ch présenté par Ital Design en 2002, avant de devenir après d'importantes retouches un modèle de série commercialisé de 2005 à 2010 (en vert).


Genève 2003 : Ital Design commémore à sa façon les 50 ans de la Corvette avec le concept car Moray (Murène en français). 


Genève 2004 : La Toyota Allessandro Volta emprunte son nom au physicien italien Allessandro Volta, inventeur de la pile. Il s'agit d'une voiture de sport à propulsion hybride.


Genève 2004 : Le style de l'Alfa Romeo Visconti évoque quelque peu la Bugatti EB 112 dessinée en 1993 par Giugiaro. Son patronyme rappelle celui d'une ancienne famille milanaise.


Tokyo 2005 : Alors que Pininfarina dispose depuis la disparition de la 308 GT4 en 1980 le monopole des réalisations pour la firme de Maranello, Ital Design ose en 2005 cette Ferrari GG50.


Los Angeles 2006 : Chez Ital Design, on a peu l'habitude de s'intéresser aux voitures américaines. Fabrizio Giugiaro (sur la photo) a contribué au dessin de ce concept car, une Ford Mustang revisitée.


Genève 2007 : La Vad.Ho est un concept car à mécanique BMW 12 cylindres fonctionnant à l'hydrogène. Les deux places assises sont l'une derrière l'autre. La voiture est asymétrique, car l'habitacle n'occupe qu'un côté de l'auto. 


Genève 2008 : Pour célébrer ses 40 ans d'existence, Ital Design présente ce concept car nommé fort à propos Quaranta. Son dessin s'inspire de celui de la Manta, qui fut en 1968 la première création de Giugiaro sous le label Ital Design.


Genève 2009 : Ital Design présente la Frazer Nash Namir. Frazer Nash, connu dans les années 50 pour ses automobiles de sport à moteur BMW, est depuis devenu une société spécialisée dans la conception et la commercialisations de mécanique hybrides.


En 2010, Volkswagen prend une participation de 90,1 % dans Ital Design.


 


Giorgetto Giugiaro

Trombinoscope - Retour au sommaire du site