Gordon Keeble


Gordon Keeble

1. La présentation initiale

Lors de sa présentation au salon de Genève en 1960 sur le stand Bertone, la Gordon GT (son nom initial) ne laissa pas indifférent le public. Cette voiture était l'oeuvre de deux ingénieurs, John Gordon et Jim Keeble, qui s'étaient retrouvés désoeuvrés après la faillite de leur ancien employeur, la Peerless Motor Ltd.

Les lignes de la carrosserie, signées Bertone, étaient à la fois plaisantes et fonctionnelles, prévoyant quatre vrais places pour des adultes et un coffre spacieux. Il s'agissait de l'un des premiers dessins du jeune Giorgetto Giugiaro, alors âgé de 21 ans, et employé par le célèbre carrossier italien. Un V8 Chevrolet de 4.6 litres équipait le prototype. Cette première voiture fut testée par les journalistes de la revue britannique Autocar, qui ne manquèrent pas d'éloges au sujet de la nouvelle GT.

John Gordon ne tarda pas à présenter sa création aux dirigeants US de Chevrolet, Ed Cole et Zora Duntov, bien connus par les amateurs de Corvette. Ceux ci donnèrent leur accord pour la fourniture de 1000 moteurs identiques à ceux équipant la voiture de sport américaine, et se proposèrent même d'ouvrir leur réseau de distribution outre Atlantique à la petite marque britannique.

2. Les débuts de la commercialisation

On n'entendit plus parler de la Gordon GT avant 1964, quand fut créée la Gordon Keeble Ltd , pour développer et assurer la commercialisation de la voiture qui portait désormais le nom de Gordon Keeble GK1. George Wansborough, ancien directeur du constructeur Jowet, avait entre temps renforcé l'équipe. C'est cette année là que furent commercialisés les premiers exemplaires, affichés à des tarifs relativement compétitifs. L'usine fut installée dans les dépendances de l'aéroport de Southampton.

La GK 1 entrait dans le cercle encore restreint à l'époque des euro américaines de grand tourisme, après les Facel Vega, Bristol, Iso Rivolta, etc ... Cela permettait à son constructeur d'offrir une voiture à un prix raisonnable, et de proposer un service après vente dans le monde entier. La GK 1 apparaissait cependant à une époque défavorable, où les importations du marché américain étaient en perte de vitesse.

Les panneaux en aluminium du prototype furent remplacés par une carrosserie en fibre de verre, fabriquée par la société William et Pritchard, fournisseur officiel de nombreux petits constructeurs britanniques. L'habitacle bénéficiait d'une finition exemplaire, avec une excellente isolation aux bruits, à la chaleur et aux vibrations. Avec son moteur Chevrolet Corvette de 5.4 litres et 304 ch, la belle GT britannique atteignait 225 km/h. Elle faisait jeu égal avec les Jaguar E ou Aston Martin DB 5 en terme d'accélération. Paradoxalement, l'emblème de la marque était la tortue !


Gordon Keeble

3. Une existence chaotique

Rapidement, la jeune société dut faire face à une grève chez de l'un de ses fournisseurs, ce qui l'empêchait de finir totalement le montage des voitures, et par conséquent ne lui permettait pas de faire rentrer l'argent nécessaire pour faire tourner l'affaire. Après 18 mois d'activité, et d'incessants problèmes de financement, la compagnie fut liquidée en mars 1965. Dès mai de la même année, Harold Smith, vendeur d'automobiles à Londres (dont des Gordon Keeble), apporta des capitaux dans l'entreprise, et prit la direction de la Keeble Cars Ltd. La production de la Gordon Keeble IT (International Touring) redémarra dans de nouveaux locaux, mais seulement neuf voitures furent fabriquées.


Gordon Keeble

La société fut vendue à John de Bruyne en 1968. La Gordon Keeble fut revue et corrigée, avec une carrosserie légèrement modifiée à l'avant et à l'arrière. Elle portait désormais le nom de De Bruyne. Mais l'affaire tourna court après la fabrication de deux exemplaires ! La vie des Gordon Keeble fut en définitive bien mouvementée, et parsemée de difficultés et de malchance. Durant son existence écourtée, 99 voitures furent produites, dont 80 avant la première liquidation de l'affaire en mars 1965.

4. De nos jours

Les deux compères, John Gordon et Jim Keeble, furent à l'origine de la création d'une nouvelle société, spécialisée dans la production d'équipements et de consommables pour les laboratoires. Le Gordon Keeble Laboratory Products existe encore de nos jours. Un club très actif, le Gordon Keeble Owners Club, fondé dès 1970, contribua à la sauvegarde et au recensement des voitures. Plus des 3/4 des voitures ont survécu jusqu'à nos jours.


Gordon Keeble

Retour au sommaire de "A nous les petites anglaises "