Citroën 11 CV Commerciale

Depuis la sortie de la première Citroën en 1919, le constructeur de Javel propose des versions commerciales sur ses différents modèles. Pour l'artisan, le fermier même aisé ou le patron de petite entreprise, il reste difficile de s'offrir deux véhicules, un pour le travail, l'autre pour les balades de fin de semaine ou le transport de la famille. La même voiture doit pouvoir tout faire. Ainsi, les premières automobiles polyvalentes apparaissent dans les années 20. Une Citroën B12 Torpedo tout acier de 1926 par exemple peut après démontage du siège arrière et ouverture du hayon supporter une charge de 500 kg.


Citroën B12 Torpédo Commercial, 1926

Dans les années 30, les automobiles deviennent de plus en plus confortables. Les carrosseries ouvertes cèdent du terrain face aux carrosseries fermées. Les constructeurs s'adaptent, et proposent des berlines munies d'un hayon (ou d'un double hayon) arrière. Toutes les conduites intérieures Citroën, à l'exception des modèles de haut de gamme ont dans leurs rangs un modèle de ce type.


Citroën Fourgon 500 kg " Rosalie ", 1937

La Traction Avant est l'oeuvre ultime d'André Citroën. Il l'a voulu sophistiquée et innovante. Au final, elle lui a fait perdre son entreprise. Lancée à la rentrée 1934, la Traction fait d'emblée la une des journaux et des magazines spécialisés. Elle fait aussi le bonheur des concessionnaires Citroën qui voient arriver un incroyable afflux de clients potentiels et de commandes ... mais leur malheur quelques mois plus tard avec les retours en concession, tant la berline manque encore de mise au point. Quoi qu'il en soit, sauvée par une clientèle tombée sous son charme, la Traction se décline en de multiples versions. La 11 Commerciale est présentée peu avant le Salon de Paris 1937. Elle a un aspect moins utilitaire que la Rosalie qu'elle remplace. Et pour cause, même si son intérieur est amplement dépouillé, il s'agit ni plus ni moins que d'une Traction Familiale - modèle présenté dès juillet 1934 - équipée d'un double hayon.


Citroën 11 Commerciale

Les brochures mettent en évidence la polyvalence de la 11 Commerciale, alternativement voiture de travail et de loisirs. Le boucher peut y charger deux veaux de 100 kg ou six moutons de 50 kg, puis ensuite faire sa tournée de vente en porte-à-porte. En semaine, elle est utilisée par le marchand de vins, de charbon, l'épicier, l'hôtelier, le fermier, le menuisier, le représentant de commerce ... tout en permettant la promenade en famille le dimanche, la 11 Commerciale se transformant alors en une spacieuse limousine.

La transmission ne vient pas empiéter sur l'espace arrière. La banquette quand elle n'est pas enlevée peut adopter deux positions différentes, l'une plus avancée que l'autre, libérant autant d'espace dans le coffre, même avec quatre personnes à bord. Le siège du passager avant dispose d'un dossier rabattable, formant alors une tablette utilisable pour la balance ou le livre de comptes du commerçant. Il peut aussi se replier complètement pour dégager un maximum de place. Il est même possible de l'enlever en dévissant des écrous papillon pour transporter des objets longs.  

Citroën a prévu une sorte de faux plancher plat en bois. Il peut être installé à deux hauteurs différentes ou simplement être laissé de côté. Il dessine si nécessaire une surface plane sur toute la longueur du chargement. Dans ce cas, la hauteur intérieure est de 97 cm contre 122 cm sans plancher. Les sièges, panneaux de portes, tapis de sol et ciel de toit sont revêtus de moleskine noire ou grise. L'ensemble, peu salissant, est donc facile à nettoyer après la foire.


Citroën 11 Commerciale

Les portes arrière et la porte avant droite peuvent se rabattre à 180 degrés, facilitant la manutention sur les côtés. Les garnitures sont amovibles afin d'éviter toute déchirure avec des marchandises encombrantes. Au centre de l'habitacle, une trappe permet l'écoulement de liquide si l'on transporte des animaux, ou quand il s'agit de nettoyer l'intérieur au jet d'eau.

Le hayon inférieur arrière peut être en position dite " fourragère " c'est-à-dire à moitié fermé et maintenu par une chaîne, en position horizontale, ou il peut être enlevé totalement. Il supporte la roue de secours. Le hayon supérieur est découpé haut dans le toit pour procurer une meilleure accessibilité lors du chargement. Deux petites demi-lames de pare-chocs protègent l'arrière sans nuire aux opérations de chargement et de déchargement. Une seule teinte figure au catalogue, le noir.

Les brochures publicitaires de 1938 et 1939 reprennent des photos prises en 1937 sur les deux premiers prototypes. Ces documents ont été retouchés pour s'adapter au modèle définitif : dessin des jantes, trou de calandre, feu route sur l'aile arrière droite, grille pour l'avertisseur sonore ... Les experts les plus pointilleux ne manqueront pas de noter quelques oublis. 


Citroën 11 Commerciale

Peugeot et Renault ne sont pas en reste en matière d'utilitaire léger. Le premier propose une version commerciale de la 402 sur un châssis à empattement long. Il s'agit en l'occurrence d'une 6/8 places avec strapontins et banquette arrière amovibles. Vendue 30 500 francs en octobre 1938, la Peugeot est très attrayante, même si elle est un peu plus coûteuse que la Citroën à 29 800 francs.


Peugeot 402 Commerciale

La Régie Renault semble de son côté perdre la partie avec sa Vivaquatre Commerciale vendue 35 100 pour le millésime 1939. Celle-ci peut néanmoins se prévaloir d'une bonne réputation de robustesse. La Novaquatre, moins puissante, est également disponible en version Commerciale avec hayon arrière pour un prix plus plus attractif de 26 000 francs.


Renault Vivaquatre Commerciale, 1936

La guerre n'entraîne pas l'arrêt complet de la production de la 11 Commerciale, mais alors que 1189 et 1478 exemplaires sont produits en 1938 et 1939, les quantités chutent à 542 en 1940 puis 350 en 1941. La chaîne s'arrête en octobre 1941. Les exemplaires produits pendant les années de guerre sont pour l'essentiel destinés à des commandes militaires. Leur finition est simplifiée.


Citroën Traction Avant avec coffre, à partir de juillet 1952

Citroën modernise l'aspect de ses berlines Traction en juillet 1952, en leur greffant une malle arrière bombée. Il est vrai que le cache roue de secours des années 30 paraît bien démodé en ce début des années 50. Jusqu'alors, les candidats au voyage devaient faire appel à des accessoiristes spécialisés pour disposer de plus d'espace pour les bagages.

En 1953, il est de nouveau question de produire une 11 Commerciale intégrant ce nouveau dessin. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps ? Citroën a investi dans la conception et la fabrication de sa camionnette type H. Dans ce contexte, le constructeur n'a pas vu d'intérêt immédiat à complexifier la production de la Traction avec une version supplémentaire. Mais désormais, les ventes de la 15-Six s'effondrent, et l'on pressent à Javel un déclin inévitable et similaire pour la 11 CV. Il est donc nécessaire de se remettre en question afin de soutenir les ventes de la Traction en attendant que la DS soit prête. C'est donc ainsi que la Traction à empattement long revient sur le marché, en version 11 Familiale en septembre 1953 puis en version 11 Commerciale en mars 1954.


Citroën 11 Commerciale

La 11 Commerciale bénéficie évidemment des différentes améliorations mécaniques et d'aspect apportées à la Traction depuis la reprise de sa production après-guerre. Des garnitures en matière plastique lavable sont posées dans les endroits les plus sensibles, mais elles ne sont plus amovibles. L'encombrante roue de secours tient à la verticale dans le coffre. Ce n'est pas un hasard si toutes les photos de presse et les brochures publicitaires montrent des 11 Commerciale sans cette roue en place.

Extérieurement, la nouvelle 11 Commerciale se distingue par sa large ouverture arrière constituée d'un seul hayon se dégageant vers le haut, qui intègre la lunette arrière et la malle. Ce hayon est maintenu à l'économie par une unique béquille. Le pare-chocs arrière équipé de bananes est moins commode que les demi-lames d'avant-guerre, car il ne permet pas d'accrocher de rampes à l'arrière pour le chargement de tonneaux.


Citroën 11 Commerciale

Les brochures font ressortir la polyvalence de la 11 Commerciale mais avec un parfum moins rural que dans les publicités d'avant-guerre, reflétant les nouvelles réalités sociales des années 50. Cageots et paquets divers sont plus mis en scène que moutons et brebis. Les prises de vues se font davantage en ville qu'à la ferme. La vision d'une joyeuse famille bourgeoise lors d'un pique-nique semble plus vendeuse que celle d'un paysan dans une foire agricole.

Les premières 11 Commerciale de 1954 ne sont disponibles qu'en noir. Elles recevront ensuite comme les autres modèles des teintes gris perle, gris bruyère, bleu nuit, bleu d'Islande puis bleu RAF. De 1954 à 1957, ce sont respectivement 2460, 3948, 2164 et 686 Commerciale qui s'ajoutent aux productions d'avant-guerre.


Citroën 11 Commerciale

Ce succès de la 11 Commerciale peut être attribué en particulier à l'absence relative de concurrence. Seule la Peugeot 203 Commerciale est une rivale sérieuse. Elle est notablement plus moderne et moins coûteuse à l'achat. Renault oppose une rustique Colorale, dépassée techniquement et hors de prix. Ford France en perte de vitesse aligne la version commerciale Abeille de sa Vedette. Plus chère que la Traction, lugubrement garnie, et animée par un V8 trop gourmand, elle disparaît courant 1954 sans émouvoir qui que ce soit.


Renault Colorale Prairie

Hélas pour Citroën, cette situation ne va pas durer. Renault présente en 1955 la Frégate Domaine et Simca la Vedette Marly. Il s'agit de deux breaks modernes et élégants. Peugeot entre dans la bataille l'année suivante avec une version break de la 403.


Renault Domaine


Renault 403

Sommaire de la rubrique Utilitaires - Retour au sommaire du site