Gordon Keeble, dans le prolongement de la Peerless


La marque automobile britannique Gordon-Keeble a produit un coupé de grand tourisme entre 1964 et 1967. Ce modèle était dérivé des anciennes Peerless britanniques produites entre 1957 et 1960 qui étaient devenues des Warwick de 1960 à 1962. La Gordon-Keeble GT fait partie de ces innombrables voitures de sport britanniques produites en quantités limitées.


La vie éphémère de Gordon-Keeble


John Gordon avait été l’un des fondateurs de Peerless Motors Ltd qui conçut et fabriqua entre 1957 et 1960 le coupé sportif Peerless GT dotée d’un moteur de Triumph TR3. En 1960, la marque Peerless Motors Ltd cesse ses activités mais le coupé Peerless GT est repris par une autre société (BRD Ltd) qui la fabrique entre 1960 et 1962 sous le nom de Warwick GT. Entre-temps, John Gordon avait demandé au carrossier Bertone de lui dessiner un coupé plus ambitieux doté d’un moteur V8 Chevrolet connu sous le nom de Gordon GT. Mais la faillite de Peerless en 1960 empêche l’aboutissement de ce projet. Associé à un nouveau partenaire nommé Jim Keeble, John Gordon remet cependant ce projet sur les rails en 1964, le coupé prenant alors le nom de Gordon-Keeble GT. Ce coupé quatre places de 4,67 mètres de long et doté d’un moteur V8 Chevrolet de 5,4 litres est fabriqué de 1964 à 1967 à 99 exemplaires, d’abord à Slough dans l’ancienne usine de Peerless, puis à Eastleigh et enfin à Southampton, toujours en Angleterre.

Ce grand coupé était le concurrent direct des Iso Rivolta IR300 lancées en 1962 qui étaient dotées du même moteur Chevrolet et étaient dessinées par le même designer, Giorgietto Giugiaro alors employé chez Bertone. On pouvait d’ailleurs discerner un petit air de famille entre les deux modèles, notamment d’après leur silhouette générale et la découpe particulière des vitres latérales, que l’on retrouvera notamment sur les coupés BMW 3200 CS du même auteur. L'insigne de la marque Gordon-Keeble était inhabituel en mettant en vedette une tortue. En effet, une tortue de compagnie est entrée dans le cadre de la séance photo inaugurale, prise dans le parc où était exposée pour la première fois la voiture de série. En dépit de l'ironie de la scène, l'animal réputé pour sa lenteur et sa nonchalance a été choisi comme emblème de la marque.

La Gordon-Keeble GT lancée sur le marché en 1964 est un coupé de grand tourisme animé par un gros moteur V8 Chevrolet de 300 ch, qui se retrouve sur l’Iso Rivolta IR300. Ce modèle est issu d’un projet mort-né de 1960, ce qui signifie qu’en 1964, la Gordon-Keeble GT est déjà relativement démodée.


Genèse de la Gordon-Keeble GT


On voit apparaître le premier dessin de la Gordon GT en 1960. Ce dessin est adressé à John Gordon alors à la tête de Peerless Motors Ltd. Le modèle répond à la demande d’un client américain, pilote de l’U.S. Air Force nommé Nielsen. Celui-ci souhaitait acquérir une Peerless GT plus puissante que celle proposée par la marque, dotée d’un moteur V8 Chevrolet de 4,6 litres monté sur la Corvette. La voiture entièrement redessinée par le jeune Giorgetto Giugiaro prend forme à Turin, en Italie, dans les ateliers du carrossier Bertone, sur un châssis Peerless revu et corrigé afin de pouvoir encaisser la forte augmentation de puissance. Esthétiquement, le coupé quatre places se distingue par son style classique et de bon aloi. Ses quatre phares avant sont disposés en V comme sur les Lagonda Rapide, Triumph Vitesse ou Rolls-Royce Silver Cloud III coupé Mulliner. Chrysler avait aussi proposé ce style sur ses grandes berlines de 1960 à 1962.

A l’intérieur, le tableau de bord et la large console centrale s’inspirent ouvertement du milieu aéronautique. Normal pour un client habitué à piloter des avions de l’U.S. Air Force…

La voiture est visible sous le nom Gordon sur le stand Bertone en mars 1960, au Salon de Genève. Elle avait été construite en 27 jours seulement, avant d’être envoyée à Detroit pour être montrée aux dirigeants de Chevrolet, qui – impressionnés par la voiture - ont accepté de fournir des moteurs et des boîtes de vitesses de la Corvette pour une production en série de la voiture. Le constructeur américain choisit de monter le V8 de 5,4 litres développant 300 ch, le même moteur qui équipera l’Iso Rivolta IR300 lancée sur le marché en 1962. La carrosserie acier du début fait place à une carrosserie en fibre de verre, plus légère. Près de 90 commandes sont enregistrées pour l’acquisition du modèle proposé à 2 798 dollars, mais l’entreprise Peerless Motors Ltd fait faillite au cours des semaines suivantes et aucune voiture n’est vendue.


La Gordon-Keeble GT de série


Après la faillite de Peerless Motors Ltd en 1960 puis celle de Bernard Rodger Developments BRD Ltd en 1962 qui avait poursuivi la fabrication de la Peerless GT, apparaît en 1964 la société Keeble Cars Ltd qui reprend l’intégralité du projet Gordon sous l’appellation Gordon-Keeble GT. Ce coupé quatre places équipé du V8 Chevrolet de 5,4 litres pouvait atteindre 225 km/h en vitesse de pointe grâce à son moteur surpuissant. Elle supplante notamment l’Iso Rivolta plus lourde qui ne dépasse pas les 218 km/h équipée du même moteur. D’abord fabriquée sur l’ancien site de Peerless Motors Ltd à Slough, la Gordon-Keeble GT a ensuite été transférée à Eastleigh et enfin à Southampton pour une très courte période. En 1967, la production du modèle est stoppée après 99 exemplaires vendus, mettant un terme à l’activité éphémère de la marque.

Une tentative a été effectuée pour redémarrer la production du modèle en 1968 alors que les droits de la voiture avaient été achetés par un Américain nommé John de Bruyne, mais cette tentative de résurrection n'a pas abouti.

Le Gordon-Keeble Owners' Club affirme qu'il existe encore aujourd’hui près de 90 exemplaires du modèle GT. L'Iso Rivolta IR300 a fini par faire oublier la Gordon-Keeble GT car elle a été vendue en plus grand nombre - près de 800 exemplaires au total - et a connu avec l'Iso Lele une descendance de belle facture.

Texte : Jean-Michel Prillieux
Reproduction interdite, merci.

Voir aussi : http://leroux.andre.free.fr/ukgordonkeeble.htm

Retour au sommaire de Marques disparues - Retour au sommaire du site