Paul Bracq



Paul Bracq - Bordeaux, France - 1933


1950/53

Etudes à l'Ecole Boulle.
Premier prix de sculpture sur bois en 1952 dans cette école.

Sur les conseils de Pierre Saoutchik que ses parents connaissent, il s'inscrit aux Arts et Métiers. Ces études ne lui plaisent guère. Il intègre ensuite l'Ecole Boulle, où ses professeurs le laisse réaliser des maquettes de voitures, plutôt que de tourner des pieds de meubles comme les autres élèves ....

Parallèlement à l'école Boulle, il suit une formation à l'école de la Chambre Syndicale de la Carrosserie.


1952

Le mensuel l'Automobile qui consacre des articles à des maquettistes montre deux de ses réalisations.

1953/54

Par l'entremise de Jean Bernardet du magazine l'Automobile, il est recruté par Philippe Charbonneaux. Il réalise pour ce styliste installé à son compte des projets de véhicules publicitaires, parfois sous forme de maquette (notamment une maquette au 1/10 du camion Pathé Marconi). Il participe à divers projets de carrosseries sur base Packard, Pegaso, Salmson ...


1954/57

En octobre 1954, il est convoqué pour effectuer son service miliaire en Allemagne. Ses antécédents le font affecter au garage de l'Etat Major de la Chasse, abondamment pourvu en belles voitures allemandes. En conduisant une Mercedes 300 de l'état major à l'entretien à Stuttgart, il en profite pour passer au service de presse de la marque pour demander des affiches de courses, et pour y déposer des dessins. Paul Bracq pour avoir vécu en direct chez Philippe Charbonneaux la mort lente des carrossiers français est bien conscient que les perspectives dans l'hexagone sont limitées, tandis qu'en Allemagne, une firme comme Mercedes est parvenue très vite à renouer avec sa grande tradition. Huit jours plus tard, Mercedes le contacte. Le constructeur attendra la fin de son service militaire pour l'embaucher.

Il rencontre son épouse Alice.

1957/67

Il rentre en 1957 chez Mercedes sous la direction de Karl Wilfert (le créateur de la 300 SL) pour y devenir le responsable des études avancées du style. Il intègre un service qui n'est encore qu'un embryon de bureau de design. Son premier travail consiste à dessiner les feux arrière de forme triangulaire de la berline 190 (série 110).


Paul Bracq devant sa planche à dessin chez Mercedes

Parmi les véhicules de série, il participe activement au dessin de deux classiques de l'automobile nées en 1963, les Mercedes 230 SL et Mercedes 600. A Stuttgart, tout nouveau produit demeure le fruit d'un travail d'équipe.

Avec la SL, Bracq contribue à imposer un original pavillon dit en " pagode ", qui favorise une bonne visibilité latérale, et apporte un plus grand bien être aux passagers. Pour autant, ce n'est pas lui qui a inventé ce concept.

La 600 demeure très classique, comme c'est à ce moment là encore la règle à ce niveau de gamme. Bracq définit une esthétique à l'écart des modes et des courants. Son style ponton très allégé doit pourvoir traverser les années sans subir de retouches profondes. C'est un succès, la 600 est restée au catalogue près de deux décennies.


Mercedes SL


Mercedes 600

Il signe les lignes des coupé et cabriolet 220 SE de 1961, ainsi que la berline Mercedes 250 SE de 1965.


Mercedes 220 Coupé

Il travaille chez Mercedes avec Bruno Sacco, futur responsable du style Mercedes de 1975 à 1999.

Mercedes est une excellente école pour Bracq. Il y a appris à penser constamment en termes de prix de revient, de fiabilité, de commodité d'emploi et d'entretien pour le client.

Les tiroirs de Bracq sont alors remplis de dessins des Mercedes du futur. Mais la grande maison allemande est lente dans ses évolutions, et les propositions du designer ne reçoivent que peu d'écho. A trente ans, il piétine d'impatience ... et la France lui manque.


1967

Brissonneau et Lotz est sous traitant pour différents constructeurs automobiles. L'entreprise fabrique à cette époque la carrosserie de la Matra 530, et celle de l'Opel 1900 GT. Son ami Jean Bernardet l'informe que le carrossier de Creil a un projet de création d'un bureau de style. Jacques Cooper et Paul Bracq sont recrutés.

Le carrossier français avait reçu de BMW une commande pour un coupé V8 destiné au marché américains. Le projet fut revu à la baisse à partir d'une 1600 Ti. La voiture devait être produite à Creil. Mais Brissonneau et Lotz dépose son bilan. Le projet est arrêté. Ces nombreux contacts avec BMW vont bientôt porter leurs fruits.


BMW 1600 Ti par Paul Bracq


1969

Bracq intègre le centre de style de BMW, qui ne compte alors qu'une douzaine de personnes. Il en devient le responsable.

La Turbo est sans doute l'oeuvre la plus connue de Paul Bracq. Elle combine à la fois des préoccupations de sécurité et la volonté d'être esthétiquement séduisante. Les pare chocs en caoutchouc synthétique moulé et teinté dans la masse symbolisent parfaitement cette recherche. La crise énergétique de 1973 incite les dirigeants de BMW à geler ce programme ambitieux, en attendant des circonstances plus favorables.

Avec la Série 5 qui inaugure le principe des " séries ", Bracq reprend certains thèmes déjà esquissés chez Mercedes, en particulier la ligne horizontale.

Il travaille ensuite au style des Série 3, Série 6 et Série 7 présentées après son départ.


Concept car BMW Turbo, 1972


Paul Bracq et la BMW Turbo


Projets pour la Série 3


BMW Série 5, 1972


BMW Série 6, 1976

1974 - 1996

Les constructeurs hexagonaux commencent à comprendre que le style fait vendre. A cette époque, Peugeot, soucieux de retrouver une certaine autonomie vis à vis de Pininfarina, entend bien développer son centre de la Garenne Colombes.

Peugeot confie à Paul Bracq la direction du style intérieur. Il est responsable du dessin de l'habitacle des 305, 505, 205, 405, 106 et 406, ainsi que des concept cars Quasar, Proxima, Oxia. Parallèlement, c'est Gérard Welter qui a en charge le style extérieur.

Le style intérieur, bien que à priori moins noble que le style extérieur, exige de savoir créer quelque chose de confortable, d'intime, dont le conducteur ne se lasse pas, qui soit capable de résister au temps avec des matériaux adéquats.

En 1994, Murat Günak prend les commandes du style Peugeot. Paul Bracq peut légitimement s'interroger sur l'intérêt de voir son travail supervisé par un nouvel arrivant.

Parallèlement à sa carrière professionnelle, Paul Bracq n'a jamais cessé de dessiner, peindre et sculpter, en portant un regard attentionné aux réalisations de Bugatti, Talbot, Rolls Royce ... Il ne craint pas de déformer, d'adoucir ou d'allonger les formes de ses modèles selon son inspiration du moment. Il est considéré comme l'un des meilleurs peintres automobiles contemporain. Il participe régulièrement à des expositions sur le thème de l'art et d'automobile.




Deux oeuvres contemporaines de Paul Bracq


Merci à Paul Bracq pour sa relecture bienveillante de cette page.
Vous souhaitez enrichir ces informations : marioboano@gmail.com

Trombinoscope - Retour au sommaire du site