Ferrari 365 GT4 BB

Le prototype de la Ferrari 365 GT4 Berlinetta Boxer fut exposé pour la première fois au Salon de Turin en 1971 sur le stand Pininfarina. Elle succédait dans la gamme du constructeur de Maranello à la 365 GTB/4 Daytona et inaugurait une nouvelle architecture mécanique pour une Ferrari de route, la berlinette à moteur central arrière.

Elle constituait la réponse d'Enzo Ferrari à Ferrucio Lamborghini qui avait présenté sa Miura à moteur central à Genève en mars 1966. Cette dernière avait réussi à séduire une clientèle fortunée, avide d'exotisme, avec ses lignes agressives et extrêmes. Maserati n'était pas en reste avec sa Bora dévoilée en mars 1971. La cylindrée de la 365 GT4 BB était de 4390 cm3, soit ... 365 cm3 par cylindre. Le terme Boxer faisait référence au moteur à cylindres opposés dont les pistons fonctionnaient comme les poings d'un boxeur.

Son design était innovant, avec ses parties ouvrantes bien visibles (bloc avant, portières, bloc arrière) et le traitement en noir mat de la partie inférieure, donnant encore plus à la voiture l'impression d'une faible hauteur déjà bien réelle (112 cm contre 124 pour la Daytona).

La mise en production ne débutait que deux ans plus tard, et sa commercialisation ne fut effective qu'à partir du Salon de Paris 1973, dans un premier temps en parallèle à la Daytona. En 1974, la BB était vendue 190 000 francs, contre 165 000 francs pour la nouvelle 365 GT/4 2+2, 135 000 francs pour la Daytona, et 95 000 Francs pour la Dino 308 GT4 de Bertone.

La Ferrari BB arrivait sur le marché en pleine période de crise énergétique, durant laquelle il n'était plus de bon ton de mettre en avant des arguments de performances et de vitesse.

La 365 GT4 BB devenait BB 512 (pour 5 litres et 12 cylindres) au salon de Paris 1976, grâce à l'augmentation de la cylindrée qui passait de 4390 cm3 à 4942 cm3. Désormais, la voiture répondait aux strictes normes US antipollution, mais une vingtaine de chevaux étaient perdus dans la bataille. Afin de ne rien sacrifier en performances pures, l'aérodynamisme fut amélioré en soufflerie chez Pininfarina, grâce à l'adoption d'un spoiler avant et d'une carrosserie plus large. Esthétiquement, la nouvelle venue se repérait notamment à ses quatre feux arrière (au lieu de six).

Au Salon de Francfort 1981, la BB 512 remplaçait ses carburateurs Weber par une injection Bosh K-Jetronic, et se faisait désormais appeler BB 512 i. La finition intérieure était améliorée, grâce à l'adoption d'un cuir Connolly du meilleur effet.

Au total, 2323 BB furent fabriquées dont 387 en version 365 GT4 BB, 929 BB 512 à carburateurs et 1007 BB 512 i. La Testarossa remplaçait la BB 512 i en 1984.

Quesako - Similitude - Sommaire du site