Ferrari 365 GTB/4 Daytona

Ferrari sur le site Caradisiac

Chez Ferrari, la Berlinetta (le B de GTB), correspond à une voiture de route, à deux places et à moteur avant, pouvant le cas échéant faire l'objet d'une préparation course. La 365 GTB/4 Daytona était la réponse d'Enzo Ferrari à son rival Ferrucio Lamborghini, qui venait de présenter au salon de Genève en mars 1966 l'inattendue Miura. La rivalité entre les deux hommes était alors à son paroxysme.  

Pour habiller la 365 GTB/4 Daytona exposée en première mondiale au Salon de Paris en octobre 1968, Pininfarina créa une carrosserie dotée d'un long capot et d'un habitacle ramassé vers l'arrière. Les flancs étaient marqués par une nervure qui équilibrait la ligne. Un bandeau en perspex abritait les phares et les feux de direction à l'extrémité des ailes avant. L'arrière était tronqué, et ne supportait aucun spoiler.

Par comparaison à la 275 GTB qui la précédait, quelques arrêtes vives apparaissaient, notamment sur les ailes avant. La surface vitrée était aussi plus généreuse, et courrait grâce à des glaces de custode jusqu'aux ailes arrière. La Daytona était dotée d'un V 12 de 4390 cm3 et 352 ch. La voiture maximum était de 280 km/h.

A partir du salon de Paris 1970, le bandeau en perspex fut supprimé sur la face avant, et remplacé par des phares escamotables. Le marché américain, important débouché s'il en est, imposait en effet des blocs optiques séparés sans protection, ainsi qu'une hauteur minimum. Toutes les Daytona adoptèrent dès lors cette nouvelle configuration.

Daytona n'a jamais été la dénomination officielle de cette Ferrari. Ce furent les journalistes de la presse sportive qui la surnommèrent ainsi en souvenir des victoires des Ferrari P4 aux  24 Heures de Daytona en 1967. Ferrari se plia de bonne grâce à ce baptême, tant le nom de cette ville de Floride célèbre pour son circuit collait bien à l'image de la voiture. Les premiers exemplaires furent livrés au milieu de l'année 1969.

La 365 GT4 BB dont le premier prototype fut exposé au salon de Turin en 1971 lui succédait officiellement au catalogue à partir du salon de Paris de 1973. Les dernières Daytona quittèrent les ateliers de Scaglietti qui en assurait le montage au début de 1974.

La Daytona reste dans les mémoires comme étant une grande Ferrari, certainement l'une des plus mythiques de la seconde moitié du 20ème siècle. Ce fut aussi, et pour une durée de 22 ans (les BB puis Testarossa), la dernière V12 à moteur avant, avant que cette disposition ne soit de nouveau d'actualité avec la 550 Maranello en 1996. Il fut produit 1230 coupés GTB/4 Daytona et 121 spiders GTS/4.


Page de couverture du catalogue de la 365 GTB 4 (réf. 64/72)

Quesako - Similitude - Sommaire du site