Pininfarina, prestige d'une tradition, 1930-1980


Pininfarina, prestige d'une tradition, 1930-1980
Par Didier Merlin
1980

Editeur : Edita SA, Lausanne

254 pages
Format 220 x 276
En français
Couverture rigide, avec jaquette
Prix en occasion : 70/80 euros
ISBN : 2880010837

Cote d'amour : 9/10
 

Le pitch

Pour tous ceux qui rêvent de belles automobiles, le nom de Pininfarina est une clé des songes. De 1930 à 1980, le prestigieux carrossier italien a réalisé une multitude de voitures : de rêve, expérimentales, de compétition ou de grande série.

Cet ouvrage retrace cinquante ans de l'histoire exemplaire de Pininfarina. Elle a commencé en 1904, dans une boutique, pour un jeune apprenti dessinateur qui vingt-cinq ans plus tard fondera sa propre société. Elle a continué tout au long d'une carrière jalonnée de réussites qui ont révolutionné le style des carrosseries non seulement en Italie, mais encore en France, en Angleterre, aux Etats-Unis et au Japon. Elle s'est poursuivie au travers de la seconde génération de Pininfarina, devenue aujourd'hui de grands industriels passés maîtres dans la technique difficile du " management " moderne. Car l'histoire de Pininfarina, c'est aussi celle d'une entreprise qui a su transformer un artisanat en industrie et qui a réussi très tôt à transmette l'élégance de ses voitures d'exception aux modèles de série.

Des millions d'automobilistes roulent Pininfarina, parfois même sans le savoir. Ils pourront découvrir dans ce livre richement illustré de documents souvent inédits cent trente voitures choisies tant pour leur valeur esthétique qu'historique. Elles témoignent d'une évolution permanente qui a permis à l'entreprise de conserver sa prospérité. Elles témoignent aussi du respect d'une tradition : aucun de ces chefs-d'oeuvre en effet ne renie les enseignements du passé, chacun s'efforce au contraire de faire progresser l'art de la carrosserie vers la perfection.
 

L'auteur

Didier Merlin est par ailleurs l'auteur de deux ouvrages, l'un édité en 1971 chez Larousse, et sobrement intitulé " l'auto ", en fait un ouvrage généraliste sur notre domaine de prédilection, l'autre paru en 1981 chez Edita, qui porte le titre " Audi, une tradition sportive ", qui relate l'histoire de la marque aux anneaux.
 

Plan du livre

Préface de Sergio Pininfarina
Histoire de Pininfarina : sur environ 50 pages, avec quelques photos
Evolution, 1931-1958 : sur 46 pages, photos des réalisations avec des commentaires
Histoire de Pininfarina, sur 32 pages, la suite, avec quelques photos
Evolution, 1959-1980, sur 92 pages, photos des réalisations avec des commentaires
Biographies de Battista Pininfarina, Sergio Pininfarina et Renzo Carli, sur 3 pages
Annexes techniques, sur 4 pages
 

Les plus

Ouvrage de référence
Densité de l'information
Iconographie riche avec des documents d'époque
Un plaisir pour les yeux
Un " beau " livre et un " classique " de toute bibliothèque automobile
 

Quelques regrets

Les hommes qui se cachent derrière les créations signées Pininfarina sont totalement ignorés. On pense notamment à Aldo Brovarone, Leonardo Fioravanti ou Paolo Martin.
 

A noter

Les documents iconographiques proviennent des archives de la famille Pininfarina, de la  Carrozzeria Pininfarina et de la collection " l'Année Automobile ", également diffusée par Edita.

La préface signée Sergio Pininfarina (1926/2012) et Renzo Carli (1916/1994) apporte encore plus de crédibilité au travail de l'auteur. 

Quand paraît ce livre en 1980, l'entreprise célèbre ses 50 années d'existence. A cette époque, les Ghia, Bertone, Ital Design ou Pininfarina animent les salons de Turin ou de Genève avec leurs sublimes créations. Pininfarina produit 150 voitures par jour dans son usine : Alfa Spider, Ferrari 400, Fiat 124 Spider, Beta Monte Carlo, Gamma Coupé, 504 coupé et cabriolet.

Depuis, le monde a bien changé et la carrosserie italienne est redescendu de son piédestal. Pininfarina est aujourd'hui plus connu pour son partenariat avec le groupe Bolloré (et ses voitures électriques) que pour ses voitures de rêve. En décembre 2015, 74 % du capital est passé aux moins de l'Indien Mahindra. L'activité automobile n'est plus la locomotive du groupe.

Sur le même thème est paru en 2000 chez ETAI l'ouvrage " Pininfarina, art et industrie, 1930-2000 ", par Antoine Prunet.

Retour au sommaire de Bibliothèque - Retour au sommaire du site