L'année automobile

Découvrons ici un incontournable de la littérature automobile européenne, bien connu en France depuis 1953 sous le nom de " L'Année Automobile ", traduit depuis toujours en trois langues : français, anglais et allemand. Cette édition annuelle s'adresse à " tous ceux qui s'intéressent à l'automobile, sans trouver cependant le temps d'en suivre les progrès techniques et les résultats sportifs semaine après semaine ".



L'Année Automobile, le numéro 1

Numéro 1

Intitulé :  L'Année Automobile 1953
Format 240 x 315
230 pages
Couverture souple sans jaquette
Editeur : Edita SA, Suisse
Couverture : Bill Vukovich, vainqueur des 500 miles d'Indianapolis, par Staub

Rédacteurs : André Siegfried, Charles Faroux, Paul Frère, Gordon Wilkins (journaliste automobile britannique), Georges Ravon, Jacques Loste, Stephano Bricarelli, Giovanni Lurani, Helmult W. Bönsch

Ce premier numéro débute par une douzaine de pages de publicité, à la fois pour des automobiles (Mercedes 180, Aston Martin et Lagonda, Jaguar, Renault Frégate, Fiat Grand'vue) et pour des produits de luxe (montres Vacheron et Constantin, chemises Van Heusen ...).

Un sommaire permet d'avoir une vue générale du contenu.

Plus de trente pages sont consacrées aux nouvelles voitures de l'année. Sur une page, parfois un peu moins, le modèle concerné est représenté par une photo noir et blanc, accompagnée d'un texte plus ou moins fourni selon les automobiles considérées. Ce panorama est signé Paul Frère et Gordon Wilkins.

Ensuite, ce sont différents sujets qui sont traités dans des dossiers assez complets. Citons notamment un texte de Charles Faroux sur les 50 ans de progrès pour le moteur automobile, ou un autre de Jacques Loste avec quelques considérations très diverses sur l'automobile dans le monde (l'automobile reflet d'une nation, de la voiture neuve à la voiture d'occasion ...). Helmut W. Stephano Bricarelli nous propose un portrait d'Alberto Ascari, tandis qu'Helmut W. Bönsch revient sur les tendances du moment dans la construction des châssis, etc ... Ici et là, quelques photos en pleine page (prototypes, voitures de luxe) viennent égayer les différents textes. 


Dodge Firearrow carrossée par Ghia, Turin

La compétition occupe environ 2/3 de l'espace. Toutes les activités de la course automobile sont passées en revue au travers de nombreux reportages sur les épreuves du calendrier. C'est une occasion exceptionnelle de retrouver les écuries de l'époque, les pilotes (Fangio, Ascari, Behra ...) et leurs voitures, le tout agrémenté de quelques photos en couleurs.


Numéro 2

Intitulé :  L'Année Automobile 1955
Format 240 x 320
204 pages
Couverture souple sans jaquette
Editeur : Edita SA, Suisse
Couverture : dessin de l'Alfa Romeo BAT 5, signé " Publ. Grütter "

Rédacteurs déjà cités : Charles Faroux, Gordon Wilkins, Giovanni Lurani, Paul Frère
Nouveaux rédacteurs : A. Guichard, Federico B. Kirbus (journaliste automobile),
John Fitch, Richard von Frankenberg, F. Treuthardt, F. Dannecker, M. Philipppe

Comme en 1954, ce deuxième numéro de l'Année Automobile commence par une vingtaine de pages de publicité pour des constructeurs automobiles  (DKW, Renault, Pinin Farina, Lancia, Bertone, Borgward, Mercedes, Salmson, Fiat) et pour diverses grandes marques (Casino d'Evian, BP, Heuer, Esso ...).

Le sommaire est plus détaillé, et le lecteur découvre dans les premières pages un calendrier des principales compétitions internationales pour 1955. Charles Faroux tente de définir ce qu'est une voiture de sport. Son propos est illustré par de nombreuses photos NB et couleurs, dont quatre sur des demi-pages : Ferrari 375 America par Vignale, Maserati A6 CGS/2000, Siata Fiat V8, Ferrari America

Les nouvelles voitures de tourisme de l'année ne sont pas présentées comme en 1953 modèle par modèle et par le détail. Il s'agit plutôt d'une vision générale sur une trentaine de pages, à partir d'un texte de Gordon Wilkins, et de photo, soit en NB de petit format, soit en couleurs à très haute définition en format 1/4 de page ou 1/2 page.

Ces dernières vues sont un régal pour les yeux : Cadillac Coupé Sport Cadillac, De Soto Adventurer II, Salmson 2300 Sport, Daimler Century, VW Rometsch, Cadillac Cabriolet Sport par Pininfarina ... A. Guichard emmène le lecteur à la découverte de la création d'une carrosserie spéciale sur base Ferrari chez Pinin Farina. Maurice Philippe, connu également pour ses écrits au sein du numéro annuel sur l'automobile de l'Illustration, évoque la disparition sur les voitures de 1955 d'un certain nombre de dispositifs de contrôle (graissage ...)

Côté compétition, Paul Frère revient sur les débuts de la catégorie Formule 1, Fréderico B. Kirbus nous propose un portait de Fangio, John Fitch évoque le tournage du film The Racer de Hans Ruesch, Richard Von Frankenberg développe la notion de conduite sportive accompagnée de glissements (le dérapage contrôlé), etc ...


Juan Manuel Fangio

La course automobile occupe de nouveau près de 2/3 de la pagination. Les comptes rendus des courses rédigés comme l'an passé par Giovanni Lurani sont divisés en trois grandes catégories : le Championnat du monde des voitures de la Formule 1, le Championnat du monde de Sport et Le Championnat d'Europe de Grand Tourisme.


Numéro 3

Intitulé :  L'Année Automobile 1955
Format 240 x 320
260 pages
Couverture rigide sans jaquette
Editeur : Edita SA, Suisse
Couverture : noire avec une bande bleue /verte

Rédacteurs déjà cités : Gordon Wilkins, Giovanni Lurani, Paul Frère, A. Guichard, Federico B. Kirbus (journaliste automobile)
Nouveaux rédacteurs : Mario Revelli de Beaumont, Jos Jobé, Robert Auzelle, Jacques A. Ricquier, Raymond de Becker, Denis Jenkinson, Dion Bartley


Coupé deux places Vignale sur châssis tubulaire Nardi 2500 cc

L'Année Automobile était simplement broché les deux premières années. Désormais, cet ouvrage est relié, avec une couverture rigide. Tout d'abord, près de 25 pages sont réservées aux publicités. Parmi les nouveaux annonceurs, on note la présence de Ghia, BMW, Ford, Jaguar, la Carrozzeria Boano et Alfredo Vignale.

Comme en 1954, après un sommaire détaillé, on découvre le calendrier sportif international pour 1956. Malgré les évènements tragiques du Mans en juin, sur lesquels cette édition 1955 revient, la même place que les années précédentes - environ 130 pages - est réservée à la compétition. C'est un choix assumé par la rédaction.

Un dossier complet s'intéresse au travail du " stylist ", que l'on n'appelle pas encore designer. Les usines produisent désormais plus de voitures qu'il n'en faut pour remplacer celles qui sont hors d'usage et celles destinées aux nouveaux conducteurs. Pour maintenir leurs ventes, les constructeurs et leurs stylistes doivent innover sans cesse. L'auteur de l'article, Mario Revelli de Beaumont, est bien connu dans le monde des carrossiers et des constructeurs. Il est aussi réputé pour sa très grande discrétion dans les médias. Son point de vue n'en a que plus d'intérêt.

Le trafic urbain était déjà un problème en 1955. Un sociologue, un urbaniste et un spécialiste des problèmes de circulation exposent leur point de vue. Les voitures de l'année sont présentées sous une forme plus attrayante, avec de grandes photos en décors naturels et avec plus de couleurs. Ce n'est pas un inventaire complet, mais simplement une synthèse des automobiles les plus marquantes, avec une préférence pour les voitures de sport. La grande carrosserie italienne est particulièrement mise à l'honneur.  Raymond de Becker s'interroge par ailleurs sur la psychologie des courses automobiles.


Fiat 600

A suivre ...

Retour au sommaire de Bibliothèque - Retour au sommaire du site