Genève 1976


Lancia Gamma Berlina

Lancia dévoile à Genève la Gamma. Il s'agit en fait de deux voitures, d'un part une luxueuse berline deux volumes et d'autre part un magnifique coupé signé Pininfarina. Elles marquent le retour du constructeur italien sur le marché des modèles de prestige, abandonné depuis la disparition de la Flaminia. L'une et l'autre sont des tractions avant dotées d'un quatre cylindres à plat de 2484 cm3. Ce groupe ne provient pas de chez Fiat, mais c'est tout de même le géant italien qui l'a financé. Sa puissance réelle est de 140 ch Din.

La berline affiche un coefficient de pénétration dans l'air très bas qui l'aide à atteindre une vitesse de 195 km/h. Sa longueur est de 4,58 mètres, pour un poids de 1320 kg. On apprécie l'équilibre général des formes, à l'exception de la face avant plutôt lourde d'aspect, avec une calandre maladroitement dessinée. La berline  Gamma n'est pas sans rappeler l'étude réalisée par Pininfarina pour la BMC en 1968.

Par rapport à la berline, l'empattement du coupé est réduit de 11,5 centimètres. Le dessin de Pininfarina sa singularise par une ligne pure, quoique que très classique. Il puise son inspiration auprès d'autres créations récentes du carrossier italien, comme la Fiat 130 Coupé ou la Rolls-Royce Camargue. Lancia ose s'attaquer au marché du luxe avec un moderne 4 cylindres " boxer ", là où règnent les 6 cylindres. L'avenir lui donnera t'il raison ?


Lancia Gamma Coupé

Chez Fiat, le Spider quitte la scène en pleine gloire. Sa remplaçante, la 131 Abarth Rally s'appuie sur un modèle plus actuel, plus représentatif, et accessoirement le plus exporté de la gamme, avec près de 50 % des ventes de la marque en Europe. Sous le capot de cette version stradale prend place un 4 cylindres de 1995 cm3 d'une puissance de 140 ch, qui lui permet de boucler le kilomètre départ arrêté en 28,9 secondes. La version compétition offre 215 ch. Sur l'Abarth, Bertone a supprimé les pare-chocs, et a remanié la partie frontale en lui incorporant un spoiler, tandis que les ailes reçoivent des élargisseurs afin de permettre le passage de pneumatiques plus larges. Deux déflecteurs sont implantés à l'arrière, un sur le toit, l'autre sur le couvercle de coffre.


Fiat 131 Abarth Rally

Frua sur commande de Maserati récemment repris en main par De Tomaso a imaginé un coupé assez classique du nom de Kyalami, en souvenir de la victoire remportée en 1967 sur le circuit du même nom par Pedro Rodriguez sur la Cooper Maserati V8. Ce coupé est bien proportionné, très soigné dans sa présentation et son équipement. Il emprunte son châssis et ses suspensions à la De Tomaso Longchamp. Il est équipé du V8 de la Bora réduit à 4,2 litres, qui dispose ici de 225 ch. La Kyalami est donnée pour 240 km/h.


Maserati Kyalami

De son côté, Bertone expose une voiture de recherche à l'état pur. La Navajo présente un profilage en coin, des phares escamotables insérés latéralement dans l'épaisseur de l'aile, une carrosserie en plastique, un pare-brise à vision totale sans montant, un déflecteur avant et un aileron arrière dont la position varie en fonction de la vitesse. Le carrossier a plus cherché à favoriser l'adhérence que la vitesse pure. La Navajo abrite une mécanique Alfa Romeo 33, dont le châssis tubulaire a été allongé afin d'offrir deux véritables places. Elle est très compacte, 3,80 mètres de long et 1,05 de haut. A lui seul, le tableau de bord à affichage digital et par courbes constitue une sensation.


Bertone Navajo

Le gouvernement italien n'a pas abandonné ses petits artisans de génie, et après avoir aidé Maserati, il vient d'accorder un crédit conséquent à Lamborghini qui était au bord du gouffre. Cela permet à ce constructeur d'exposer une version Silhouette dérivée de l'Urraco, également dessinée chez Bertone. Ce nom de baptême fait sans doute référence à la nouvelle catégorie de course réservée aux voitures de sport dérivées de la série. Sur cette Silhouette apparaissent des passages de roues élargis, un équipement pneumatique " section basse " et un large spoiler à l'avant sous la calandre. Le toit est amovible, et se range contre la cloison arrière de l'habitacle. Des haut-parleurs sont installés dans les appuis-tête, pour pouvoir entendre la radio même quand on roule à ciel ouvert. Sous le capot, on découvre un 8 cylindres 3 litres de 260 ch, qui permet d'atteindre 250 km/h.


Lamborghini Uracco

Opel élargit sa série Kadett grâce à cette version découvrable, l'Aero, suivant une solution déjà employée par BMW et Lancia. Le toit rigide se range dans le coffre tout en laissant suffisamment d'espace pour les bagages, et la lunette arrière s'ouvre et se replie comme une capote. Ce modèle qui sera assemblé en petite série chez le carrossier Baur de Stuttgart se signale en outre par une finition très soignée.


Opel Kadett Aero

BMW se porte bien, ses chiffres de vente sont en constante progression. La récente Série 3 fait un carton. Six mois de production sont vendus d'avance. C'est dans ce contexte  favorable que le constructeur renouvelle sa gamme de coupé haut de gamme avec les 630 CS et 633 CSi dessinés par Paul Bracq alors qu'il était encore à Munich (depuis 1974, il travaille pour Peugeot). Ces deux versions sont plus typées grand tourisme que sport, et viennent remplacer des modèles qui avaient débuté leur carrière en 1968. Elles sont équipées en six cylindres, 2986 cm3 et 185 ch pour la première, 3210 cm3 et 200 ch sur la seconde.


BMW Série 6

L'entrée de Daf dans le groupe Volvo se traduit par l'apparition de la nouvelle Daf sous l'appellation Volvo 343. Cette berline deux portes longue de 4,19 mètres reprend la fameuse transmission automatique à courroies, et son 4 cylindres 1397 cm3 est emprunté à la Renault 5. Il développe ici 70 ch Din. Cette 343 est équipée d'un hayon arrière et de larges pare-chocs absorbants bien dans l'esprit Volvo. Elle consacre l'arrivée du constructeur suédois dans la classe moyenne.


Volvo 343

Saab commercialise une nouvelle version de la 99, avec cinq portes et deux glaces de custode, parallèlement à la 99 trois portes disponible depuis août 1973. Sur cette " Combi cinq portes ", la mécanique est inchangée, et l'on a aussi conservé la banquette arrière repliable. Une fois celle-ci dépliée, cette Saab dispose d'un volume de chargement de près de 1,5 m3.


Saab 99

Le style Ford a deux implantations en Europe, à Cologne en Allemagne et chez Ghia à Turin. Le centre italien expose à Genève le projet Urban Car. La voiture dotée de larges portières est longue de 2,58 mètres et large de 1,71 mètre. Elle peut accueillir quatre passagers. Le moteur transversal est celui de la future Ford Fiesta, mais monté à l'arrière. L'autre prototype présenté par Ghia à Genève est un coupé sportif, la Mustang III, qui prend aussi pour base des éléments de la future Fiesta. De par ses formes, il s'inscrit dans la catégorie des découvrables à toit amovible. On peut s'étonner de voir associer le nom de Mustang, signe de virilité, avec celui de Fiesta, petite citadine que doit bientôt commercialiser Ford.


Ghia Urban Car


Ford Mustang III

Renault expose la 5 GTL, nouvelle version de son best-seller. Le constructeur préfère insister sur ses pare-chocs latéraux en polyester plutôt que sur sa consommation. Elle adopte en effet le " gros " moteur 1289 cm3 de la 5 TS retravaillé pour être le plus économe possible en carburant. Ainsi, la puissance passe de 64 à 44 ch Din, autant que sur la TL, mais en consommant 15 à 20 % de carburant en moins. Renault présente par ailleurs ses nouvelles 15 et 17 " relookées " en février. La plupart des versions disposent des fameux sièges pétale. La planche de bord, la calandre, les boucliers et les feux arrière reliés par un bandeau rouge ont été redessinés.


Renault 5 GTL


Renault 15 et 17

Michelotti fait preuve d'originalité. A partir d'une Ferrari 12 cylindres, 4,4 litres de 350 ch, il propose une jolie barquette pour amateur très fortuné. Deux places, pas de capote, pas de portières, des sièges recouverts de tissu en jeans, cette sorte de voiture de plage très pure de ligne est destinée à la promenade en des lieux ensoleillés, le long des plages californiennes ou sur la Côte d'Azur.


Michelotti Beach Car

Cette année, le constructeur suisse Monteverdi s'est orienté vers " le tout terrain de plaisance " avec un utilitaire de haut standing, dans l'esprit du Range Rover. D'une forme d'ailleurs assez voisine, le Safari est mu par un V8 Chrysler (5,2 ou 5,9, 152 ou 182 ch) avec boîte mécanique ou automatique. Pesant près de deux tonnes en ordre de marche, le Safari peut prétendre atteindre 180 km/h. Il présente bien évidemment un haut niveau d'équipement : air conditionné, verrouillage centralisé, radio stéréo, etc ...


Monteverdi Safari

Sur le stand du carrossier Felber trône une autre production signée Michelotti. Il s'agit d'une berline Lancia Beta dont toute la partie frontale a été entièrement remaniée. Plus fine, elle reçoit des phares escamotables, des boucliers pare-chocs avec feux encastrés et une calandre qui évoque les anciennes voitures de la marque. Enfin, Michelotti a doté cette voiture d'une cinquième porte relevable dégageant complètement le coffre à bagages.


Felber Lancia Beta par Michelotti

Sommaire de la rubrique Salon - Retour au sommaire du site