Pietro Frua

Pietro Frua - Italie - 1913/1983


Formation

Ecole de mécanique de Fiat jusqu'en 1930.


Années 30'

Pietro Frua poursuit sa formation en travaillant pour plusieurs entreprises de carrosserie de la région piémontaise, en particulier au sein des Stabilimenti Farina.

1937

Ouverture de son atelier, qui arrête toute activité au début de la guerre.

1944

Naissance de la Carrozzeria Pietro Frua dans une petite usine endommagée par les bombardements. Il embauche une quinzaine de carrossiers.

Années 40 et 50

Frua travaille pour Maserati, Alfa Romeo, Lancia, Renault, Panhard ...


1951, Maserati A6G 2000 Spider, Pinin Farina s'est déjà lancé dans la production industrielle, tandis que Frua sait encore produire des modèles uniques ou des petites séries.


1953, le Coupé DB Sport dessiné par Frua fait la couverture de " l'Automobile " en août 1953.


En mars 1954, le fabriquant de voiture de sport Pasquino Ermini présente au concours l'élégance de San Remo ce coupé dessiné par Frua, doté d'une moteur 1380 cm3.

1957

Giovanni Savonuzzi quitte Ghia en 1957. Luigi Segre, qui dirige la carrosserie italienne, ne trouve pas en interne le candidat idéal pour le remplacer. Préférant assurer ses arrières, il signe un accord de coopération avec Pietro Frua qui intègre les locaux de Ghia. La société de Pietro Frua est mise en liquidation. Seule la marque est conservée.

Après dix années de présence, Frua est absent au Salon de Turin. Officiellement, Pietro  Frua est le nouveau responsable du style de Ghia. Il est désormais libéré de toutes les contraintes d'une gestion quotidienne, et peut donner libre court à ses talents de styliste et de manager.

Il est le principal protagoniste de l'affaire Renault Floride. Frua, employé par Ghia, est tenu à un devoir de discrétion, voir de secret, concernant les projets sur lesquels il travaille. Il fut sans doute l'auteur pour Ghia des lignes de la Floride. Mais il ne peut s'empêcher de s'en attribuer publiquement la paternité. Cette affaire est notamment à l'origine de la rupture entre Luigi Segre et Pietro Frua.


1958, Jaguar XK 150 dessinée par Pietro Frua puis construite par Ghia Aigle. Ghia Aigle est un carrossier suisse installé à Aigle, financièrement indépendant de Ghia en Italie, mais dont le dirigeant Pierre Paul Filippi à obtenu le droit d'utiliser le nom, à condition de s'engager à solliciter la maison turinoise pour l'étude de ses productions. 


1958, Renault est un client fidèle de Ghia. La première étude de Frua pour Ghia porte sur la Floride, à l'origine du conflit avec Luigi Segre. Notez la similitude avec le dessin de la Jaguar XK 150.


1958, Alfa Romeo 1900 CSS pour Ghia Aigle.


1961, Frua alors qu'il est encore chez Ghia, supervise le dessin du coupé Volvo P 1800, même si celui-ci est officiellement signé Palle Petterson.

1959

Souhaitant voler de ses propres ailes, Frua se détache de Ghia et ouvre un bureau d'étude indépendant, Studio Technico Pietro Frua. Les années 60 à 70 seront riches en créations diverses et variées, quelques unes sont illustrées ici.


Hector Bossaert, réputé pour ses préparations mécaniques sur base DS et ID, demanda à Pietro Frua de lui dessiner un coupé DS. C'est ainsi que vit le jour en 1963 la Citroën DS 19 GT Bossaert, plus courte de 47 cm et plus basse de 7 cm que la berline. Douze ou treize GT auraient été construites jusqu'en 1966.


1961, la Studebaker Italia assemblée par la carrosserie Francis Lombardi est présentée à Genève.


1963, Maserati Quattroporte, Pietro Frua a dessiné une berline dont le modernisme est suggérée par la présence de montants minces, d'une caisse surbaissée, par l'importance des surfaces vitrées et par le dépouillement des flancs.


1963, la Maserati Mistral est produite en 948 exemplaires jusqu'en 1970, dont 120 spiders. Les lignes trop féminines de cette voiture d'homme semble avoir freiné sa diffusion.


1963, ce coupé Glas 1700 GT terminera sa carrière à partir de 1967 sous le nom de BMW 1600 GT, après la reprise de Glas à bout de souffle par l'autre constructeur bavarois BMW.


1965, Frua est souvent tenté de se plagier lui même. L'AC 428 de 1965 ressemble à la Maserati Mistral de 1963.


1966, Glas 2600 GT V8, son style n'est pas sans rappeler les Maserati contemporaines, avec un avant de Quattroporte et un pavillon de Sebring, ce qui lui vaut le surnom de Glaserati.


1967, la Monteverdi High Speed 375 S à mécanique V8 Chrysler s'inspire de la Maserati Ghibli. Elle est présentée au Salon de Francfort.


Cette Monteverdi High Speed 375 L au dessin plus original est dévoilée à Genève en 1968. Contrairement à la S, elle dispose de quatre places assises.


1968, concept car BMW 2000 Ti Frua. Le carrossier italien multiplia ses travaux sur base BMW jusqu'en 1976.


1969, BMW 2002 GT4 Coupé


1969, Opel Admiral B Coupé


1970, Opel Diplomat CD Coupé. Erich Bitter produira cette voiture légèrement modifiée en 395 exemplaires de 1973 à 1979, après en avoir acquis les droits.


1971, projet de coupé Volvo réalisé par Coggiola. Sergio Coggiola travailla pour Frua après guerre et apprit son métier à son contact, avant de fonder sa propres entreprise quelques années plus tard.


1970, VW Porsche 914/6 commandée par le constructeur et importateur espagnol Hispano Aleman.


1972, Frua reprend le même thème sur une base de Citroën SM raccourcie. Ce dessin sera encore une fois transposé sur la Fiat 130 en 1973.


1974, après trois ans de sur place, Frua présente à Genève sa propre version de l'Audi 100 Coupé.


Extrait de l'Année Automobile numéro 22 (1974/75) : " A côté des grands carrossiers industriels comme Bertone et Pininfarina, Piero Frua fait figure de franc-tireur. Il représente l'artisanat à l'état le plus pur, travaille dans un minuscule atelier si bien dissimulé dans la banlieue de Turin qu'il est littéralement introuvable. Chez lui, point d'alignements infinis de tables à dessin, point de chaînes de montage. Corpulent mais remuant, ce bon vivant remplit un tout petit bureau croulant sous les piles de revues, de livres, de pièces de carrosseries. Sa vocation n'est pas d'être un fabricant, il a vocation de créateur, isolé, mais prodigue ... "



1976, la Maserati Kyalami dessinée par Frua est un modèle de transition, à mi-chemin entre la période Citroën et la reprise en main de Maserati par De Tomaso. Elle fut produite à 200 exemplaires jusqu'en 1983.


1976, Frua est présent à Turin avec un original coupé BMW 520, traité sobrement, sans éclat ni originalité particulière, à l'exception de l'importance donnée aux surfaces vitrées, avec en particulier une immense lunette arrière.


1978, Frua est le premier à imaginer une Lamborghini à quatre portes longue de 5,48 m, sur la base d'une Espada.


L'Amectran (AMerican ECological TRANportation) Exar-1 est une voiture électrique présentée à Rome en 1979. Le projet est piloté par un certain Edmond Xavier Ramirez. Son aventure et ses déboires pourraient faire l'objet d'un roman, tant le personnage peut faire penser à Preston Tucker ou à John Zachary De Lorean. Le dessin de Frua avait déjà été proposé sur une base BMW en 1977.

1983

Décès de Pietro Frua.

Extrait d'Auto Hebdo N° 383 du 25 août 1983 : " Il est mort, pratiquement dans plus strict anonymat journalistique, victime de cette implacable maladie qui l'avait éloigné de toute activité depuis plusieurs années. Force de la nature, Frua a résisté longtemps, mais a fini par succomber. Il avait fêté ses soixante dix ans le 1er mai dernier. Sans avoir connu le succès et la notoriété des Pininfarina ou Bertone, Frua faisait quand même partie du gotha des couturiers de l'automobile. Sa volonté de s'isoler, sa modestie viscérale l'ont souvent placé en retrait, mais il a signé quelques-unes des célébrités de ce siècle automobile ".

Trombinoscope - Retour au sommaire du site