Claus Luthe



Claus Luthe - Allemagne - 1932/2007


Naissance en 1932 à Wuppertal dans une famille de cinq enfants. Il perd son père sur le front de l'Est alors qu'il n'a que douze ans.

1948 à 1954

Apprentissage dans une entreprise de carrosserie à Würzburg, où il travaille sur des projets d'autobus.

1954

Claus Luthe intègre Fiat en Allemagne. Il participe au dessin de la face avant de la Fiat 500 lancée en 1957, une voiture dont le visage adorable a marqué son époque.


Fiat 500

Il rejoint NSU. Il y dessine la Prinz IV et le Spider Wankel. La première citée présentée en septembre 1961 à Francfort s'inspire sans équivoque de la Chevrolet Corvair. Avec ses 3,44 mètres, elle ne manque pas d'élégance, adoptant dans un format compact toutes les astuces de style de la belle américaine : dessin du pavillon, nervure de caisse, aspect symétrique ...


NSU Prinz IV, 1962

La NSU spider Wankel est exposée au Salon de Francfort 1963. Sa ligne n'a rien de révolutionnaire, et dérive de celle du coupé Prinz dessiné par Franco Scaglione en 1959 pour Bertone.


NSU Spyder Wankel, 1964

Le développement de l'économie allemande permet à NSU d'envisager la conception d'une voiture de taille moyenne. C'est ainsi que la NSU Ro 80 voit le jour au Salon de Francfort de 1967. Le choix de l'entreprise se porte sur l'utilisation d'un moteur rotatif, conçu par l'ingénieur Félix Wankel. Le dessin de la carrosserie est imaginé par Claus Luthe, et on peut aisément lui accorder quinze ans d'avance, tant il évoque celui des Audi des années quatre-vingt.


NSU Ro 80, 1967


NSU Ro 80 et Claus Luthe

La NSU K 70 est conçue pour combler l'écart dans la gamme NSU entre les petites Prinz IV et la Ro 80. Elle est commercialisée à partir de 1971 sous la marque Volkswagen, après que ce dernier ait repris NSU. A l'exception du modelé des flancs, ses lignes n'ont pas grand rapport avec celles de la Ro 80. La K70 paraît moderne avec ses grandes surfaces vitrées.


Volkswagen K70, née NSU en 1970

1971 à 1976

Travaille pour Audi. Son premier projet porte sur la petite Audi 50, dessinée en collaboration avec Marcello Gandini chez Bertone, et présentée en octobre 1974. Sa soeur jumelle la Volkswagen Polo sortira six mois plus tard.


Audi 50? 1974

Il étudie ensuite l'aménagement intérieur de la deuxième génération d'Audi 100, puis les lignes extérieures de l'Audi 80 finalisée par Ital Design.


Audi 80 " B2 ", 1978

1976

Claus Luthe remplace Paul Bracq à la tête du style BMW. L'entreprise dispose alors d'une gamme complète et étendue, avec les séries 3, 5, 6 et 7. Sa première mission importante consiste à rhabiller à moindre coût la vieillissante BMW Série 5. La cellule centrale est conservée mais l'avant et l'arrière sont modernisés, pour donner naissance à la Série 5 du type E28.


BMW Série 5 E28, 1981

Il entreprend ensuite le renouvellement de la Série 3. La nouvelle venue (E30) lancée su Salon de Francfort en septembre 1952 présente une face avant verticale et non plus " pointue " comme celle des BMW des années soixante-dix. Son style est simple et sans fioritures. Son coefficient de pénétration dans l'air est inférieur de 10 %  à celui de la précédente génération. Afin d'élargir l'attrait de ce modèle, une version à quatre portes est disponible à partir de septembre 1983.


BMW Série 3 E30, 1982

Le style de la nouvelle série 7 du type E32 est attribué au styliste Ercole Spada qui travaille sous la direction de Claus Luthe. Son dessin est plus lisse et plus profilé que celui de la précédente génération, sans se départir d'un certain conservatisme. 


BMW Série 7 E32, 1986

Claus Luthe supervise le style de la BMW Série 8 (E31) qui remplace la Série 6 très typée Paul Bracq. Ses dimensions et son aspect massif imposent le respect. Sa fine calandre qui fait office de bouclier de pare-chocs comme sur une Porsche 928, surmontée de projecteurs escamotables, l'identifie immédiatement. Le profil reste dans la droite ligne des coupés BMW, classe et sobre. C'est moins le cas pour l'arrière, aux contours nets mais lourds.


BMW Série 8 E31, 1989

Les autres BMW évoluent sans choquer. Une autre Série 5 (E34) enfin totalement redessinée voit le jour en 1987, de même qu'une troisième génération de BMW Série 3 (E36) en 1991.


BMW Série 5 E34, 1987


BMW Série 5 E36, 1991

1990

Un drame familial conduit Claus Luthe à quitter BMW en 1990. Il poignarde en effet son fils toxicomane après une dispute. Reconnu coupable d'homicide involontaire, il est condamné à 33 mois de prison, mais sera libéré avant d'avoir purgé l'intégralité de sa peine.

Claus Luthe termine sa carrière professionnelle en tant que consultant pour BMW. Il décède le 17 mars 2007 à l'âge de 75 ans. Par son action, il a largement contribué à définir l'image de la voiture allemande telle que nous la connaissons de nos jours, sans extravagance sur le plan du style et sans faute de goût.

Trombinoscope - Retour au sommaire du site