Charles Morell Jordan (dit Chuck)

Charles Jordan (dit Chuck) - Californie - 1927/2010


Formation

Diplômé avec les honneurs au Fullerton Union High School en 1945
Etudes en ingénierie mécanique au Massachusetts Institute of Technology (MIT)


1947

Chuck Jordan se souvient d'avoir dessiné ses premières voitures à l'âge de 6 ans. A 12 ans, il conduit des camions dans le ranch familial, son père et son grand-père étant éleveurs. Il entreprend durant son adolescence la construction de maquettes. Justement, alors qu'il n'a que 19 ans, et qu'il est en deuxième année au MIT, lors d'un concours de maquette organisé par Fisher, la division carrosserie de la GM depuis 1926, il rencontre Harley Earl. Il obtient une bourse de la GM, et Earl lui promet de l'engager à l'issue de ses études.


Chuck Jordan (à gauche)


Chuck Jordan

1949

Rentre à la General Motors comme " junior designer ". Il travaille sur des camions, des engins de chantier, des trains ...

1953

Alors que tous les jeunes designers recrutés au sein de la GM ne rêvent que de dessiner des voitures de sport, Jordan qui s'intéresse aux utilitaires voit là une occasion unique de se démarquer, en reconsidérant la conception de ce type de véhicule qui n'a pas évolué depuis les années d'avant-guerre. Il avait déjà tracé les premieres esquisses du futur Cameo dès 1952, alors qu'il était encore sous les drapeaux. Il lui reste à parfaire son travail. La version définitive entame sa carrière commerciale sous la marque Chevrolet en 1955.


Chevrolet Cameo, 1955


Chuck Jordan, notez la maquette du Caméo à droite de la photo

1954

Pour la division Electro-Mototive de la GM, Harley Earl confie à Jordan la responsabilité du design du projet de l'Aerotrain. L'étude est poussée jusqu'à la réalisation d'un prototype. Une fois le projet mené à son terme, Jordan reçoit une note écrite de Earl - ce qui était alors extrêmement rare, car l'homme passait pour un tyran - qui lui indiquait " je veux juste que vous sachiez combien je vous remercie pour la prise en charge du projet de l'Aérotrain ". Avec un tel soutien, la carrière de Jordan était définitivement sur les rails ...


General Motors Aerotrain, 1954

1956

Bill Mitchell qui lui reconnaît aussi un vrai talent lui propose d'imaginer une voiture de rêve pour le Motorama 1956. Cela sera la Buick Centurion. Sur celle-ci, les rétroviseurs sont remplacés par une caméra vidéo installée à l'arrière du véhicule. On doit aussi à Jordan une participation majeure au dessin de la Corvette 1958, qui se singularise par la présence de quatre phares avant.


Buick Centurion


Chevrolet Corvette, 1958

1957

A 30 ans, il prend la tête du studio de style Cadillac. Il participe au travail collectif qui va conduire aux démentiels ailerons de l'Eldorado de 1959, pour ensuite imaginer le futur de la marque. Les Eldorado de 1960 et 1961 reviennent à des formes moins exubérantes.


Cadillac Eldorado Biarritz, 1959, l'année de tous les excès


Cadillac Eldorado 1960, un début d'accalmie


Cadillac Eldorado 1961, la fin du pare-brise panoramique et le retour à la raison

1958

Il a en charge le style extérieur pour l'ensemble des véhicules de la General Motors, aux Etats Unis et en Europe, tant pour l'automobile que pour les poids lourds, les autobus, les équipements de terrassement ...


Chuck Jordan


Chuck Jordan, vers 1963

1967

Jordan remplace Clare McKichan à la direction du style d'Opel, où il développe de nouveaux standards tant en conception qu'en fabrication. On lui doit l'Opel  GT de 1968, la Manta de 1970, la Rekord de 1972 ... Il joue un rôle majeur dans la définition du style du projet CD  présenté au Salon de Francfort en 1969.


Opel GT, 1968


Opel Manta, 1970


Opel Rekord, 1972


Opel CD, 1969

1970

Responsable du design intérieur et extérieur pour le segment du haut de gamme des automobiles de la General Motors, Buick, Cadillac et Oldsmobile.

1972

Il occupe des fonctions similaires pour les marques Chevrolet, Pontiac et les véhicules utilitaires. Si à l'époque de Harley Earl, d'une année sur l'autre, on lui demandait de faire " plus bas, plus long, plus large ", la tendance s'inverse durant les années 70 pour répondre aux nouvelles attentes du marché, lorsqu'il s'agit de concevoir " plus haut, plus court et plus étroit ". La Cadillac Séville de 1975 et la Chevrolet Caprice de 1977 sont représentatives de cette nouvelle évolution.

1977

Directeur du design et adjoint d'Irvin Rybicki. Après le départ de Bill Mitchell en 1977, Jordan fait partie du groupe des anciens collaborateurs du célèbre designer. Mais Rybicki veut faire le vide autour de lui, pour partir sur de nouvelles bases. Les relations entre les deux hommes sont complexes. Si Jordan reconnaît à Rybicki son bon goût, il regrette son manque d'audace.

1986 à 1992

Directeur du style de la General Motors, où il remplace Irvin Rybicki. Il est le quatrième homme à ce poste prestigieux, après Harley Earl, Bill Mitchell et Irvin Rybicki. Sa première mission est de remettre un peu de passion dans le style des voitures du groupe. GM doit sortir du conformisme ambiant. Jordan dirige alors près de 1300 personnes, à travers six studios, au sein desquels on compte un tiers de créatifs.

L'intention de Chuck Jordan est  de créer de nouveaux thèmes stylistiques pour les différentes marques du groupe. Le PDG de la General Motors, Roger Smith, séduit par ses travaux, l'incite même à créer un nouveau Motorama. Dès lors, les modèles d'études conçus jusque-là pour être montrés uniquement aux responsables du groupe peuvent être admirés par des milliers de personnes. Une exposition est organisée durant trois jours début janvier 1988, dans le grand salon de l'hôtel Warldorf, là même où se tenait 39 ans plus tôt le premier Motorama. Les concept cars Pontiac Banshee, Cadillac Voyage, GMC Centaur, Buick Lucerne et Chevrolet Venture sont exposés lors de cet évènement.


Pontiac Banshee


Cadillac Voyage


GMC Centaur


Buick Lucerne (on devine Chuck Jordan à gauche)


Chevrolet Venture

D'autres concepts car voient le jour sous son autorité, comme l'Oldsmobile Aerotech de 1987, la GM Ultralite de 1992 et la Corvette Stingray III de la même année.


Oldsmobile Aerotechk, 1987


GM Ultralite, 1992


Chevrolet Stingray, 1992

Parmi les modèles de grande série, on lui doit la Buick Reatta de 1988, la Chevrolet Caprice de 1991, la Cadillac Séville STS de 1992, ainsi que l'Olsmobile Aurora commercialisée en 1995. Pour cette dernière, il demande à ses équipes de se laisser aller, à partir de quelques idées simples, notamment un avant en pointe et un arrière qui se rétrécit, comme dans l'aviation.


Buick Reatta, 1988


Chevrolet Caprice, 1991


Oldsmobile Aurora, 1995

1992

Lors de son départ à la retraite le 1er novembre, il est remplacé par Wayne Cherry. Après 43 ans de carrière à la GM, il laisse le souvenir d'un designer qui a contribué au renouveau du style chez le premier constructeur au monde, grâce à sa forte puissance créative et à son charisme qui lui ont permis de mener ses troupes vers de nouveaux défis. Chuck Jordan savait sentir les tendances avant qu'elles ne se concrétisent, et participait donc à leur définition.

Durant sa retraite, il enseigne le design automobile en Californie. Il peut s'adonner pleinement à sa passion déjà ancienne pour les Ferrari. A ce sujet, il ne manque pas d'évoquer une balade qu'il fit avec Enzo Ferrari à bord d'une voiture construite à Maranello dans la campagne italienne dans les années 60. Il rencontra Ferrari par l'intermédiaire de son ami Sergio Pininfarina. Jordan fit l'acquisition en 1969 de sa première Ferrari, une 250 GT Lusso. Plus tard, il fut l'heureux propriétaire d'une Daytona, puis d'une Berlinette Boxer, d'une Testarossa, d'une F40 et enfin d'une 456 GT. 


Sergio Pininfarina en compagnie de Chuck Jordan.

2010

Chuck Jordan décède le 9 décembre 2010 à l'âge de 83 ans.

Trombinoscope - Retour au sommaire du site