Lancia Beta HPE

Avec la Reliant Scimitar et la Volvo P 1800 ES, la Lancia HPE fut l'une des voitures les plus représentative du fameux compromis coupé break. L'auto ne manquait pas d'élégance. Elle était née au coeur des années 70 (en mars 1975 exactement), et venait alors compléter une gamme Beta déjà composée d'une berline, d'un coupé, d'un spider et d'une berlinette.


La Lancia Beta HPE avant l'évolution esthétique de 1981

Sa formule attrayante en a fait une des cartes maîtresses de la famille Beta. La HPE était basée sur l'empattement long de la berline, ce qui a permis l'aménagement d'une partie arrière suffisamment vaste. La principale évolution esthétique eut lieu fin 1981, et se traduisit par un nouveau dessin de la grille de calandre et une utilisation accrue de baguettes noir mat. La motorisation progressa durant la carrière de la HPE, depuis le moteur 1600 de 100 ch Din jusqu'au 2 litres Volumex de 135 ch Din. Ce break sportif fut retiré de production en 1985, après que 71 257 unités furent commercialisés.


La Lancia Beta HPE après l'évolution esthétique de 1981

Voir aussi :
- http://www.automobile-sportive.com
- http://www.motorlegend.com


Scoop de l'Auto Journal du 15 janvier 1975


 Commentaire relevé dans le numéro spécial salon de l'Auto Journal en 1975 :
 " Le succès de ce genre de carrosserie mi-coupé mi-break tient autant du  snobisme de la formule " utilitaire sportif " que de son caractère fonctionnel "


Extrait de l'Auto Journal du 01 avril 1975, compte rendu du salon de Genève


Extrait de l'Auto Journal du 15 juin 1975


Bernard Carat présentait la HPE dans un des fameux " banc d'essai officiel de l'AJ " dans l'édition du 15 janvier 1976 (extrait) :

" Ce break trois portes de hautes performances, est presque une hérésie par rapport au dogme Lancia. C'est, en effet, la première fois que cette marque propose une voiture semi utilitaire et pratique. Toutefois le côté esthétique n'a pas été oublié, loin de là, et la Beta HPE peut être classée d'emblée parmi les rares carrosseries originales de ce temps, agréables à regarder. Mais voyons de plus près la composition de cette formule qui tient en trois lettres HPE un peu barbares : une avant de coupé, l'empattement de la berline et un arrière transformable aussi nouveau que bien profilé.

L'empattement de la HPE est de 2,54 m soit 19 cm de plus que la coupé. La longueur hors tout ne dépasse pas 4,28 m et la carrosserie présente l'originalité d'être aussi basse que le coupé, aussi longue que la berline et presque aussi pratique qu'un break grâce au hayon arrière et à une longueur utile de l'ordre de 2 m de plancher, lorsque la petite banquette est rabattue.

La Beta HPE réussit le tour de force de mieux tenir la route que le coupé parce qu'elle est plus longue et d'avoir une meilleure stabilité que la berline parce que son centre de gravité est plus bas. Ce résumé permet de se faire une idée des possibilités routières de cette voiture et de ses capacités d'évolution sur tous les terrains.

Et de conclure : La Lancia HPE répond à une formule très intéressante de voiture luxueuse, sportive, mais utilitaire. C'est un véritable break. Elle est aussi le complément logique de la résidence secondaire, la seconde compagne des fins de semaine. Elle coûte assez cher mais consomme peu d'essence. Elle est complète, bien présentée, malheureusement ses sièges sont plutôt rudimentaires. Quant au moteur, à la mécanique, aux qualités routières, nous avons affaire au meilleure Lancia de la nouvelle école. En somme, elle n'est pas trop bête cette Beta nouvelle. "

Retour au sommaire de Shooting Brakes, Break de Chasse & Cie