Peugeot 604 HLZ


     

Arnaud Blandin mène un travail de recensement des 604 HLZ. Vous êtes invité à le rejoindre dans sa démarche à cette adresse : http://club604.free.fr


Dès le début de la phase de conception de la 604, Peugeot avait imaginé d’en  dériver plusieurs versions pouvant servir de voitures d’apparat, aussi bien à destination des services officiels (ministères, ambassades) que des responsables d’entreprises ou des sociétés de location avec chauffeur. Deux carrossiers furent consultés pour mener à bien l’étude de ces versions spéciales, Pourtout de Rueil Malmaison, au passé prestigieux, mais qui s’était depuis reconverti dans la transformation d’utilitaires, et Chapron de Levallois Perret.

Pourtout déclina la proposition de Peugeot. Chapron fut plus motivé par le projet. C’est ainsi que l’on vit apparaître lors du salon de Paris 1975 la 604 de série sur le stand Peugeot (première présentation officielle en France, après une présentation à Genève en mars 1975), et une berline 604 avec séparation chauffeur et un aménagement spécifique de l’habitacle sur le stand Chapron. Mais au delà de la proposition de Chapron, Peugeot souhaitait présenter une version longue de la 604. Le service commercial de la marque estimait le marché potentiel pour ce type de véhicule à deux ou trois centaines d’unités par an.

Heuliez fut contacté, mais le carrossier de Cerizay avait déjà pris les devants en étudiant différentes possibilités d’évolutions sur base 604. Dès 1977, un programme prévoyant des rallongements de 17, 25, 62 ou 98 centimètres fut élaboré, mais en définitive, seul le projet de 62 cm fut retenu.


© Source : Archives LP Deux-Sèvres auto-mémoire


© Source : Archives LP Deux-Sèvres auto-mémoire


© Source : Archives LP Deux-Sèvres auto-mémoire


© Source : Archives LP Deux-Sèvres auto-mémoire


© Source : Archives LP Deux-Sèvres auto-mémoire

Le premier exemplaire de limousine 604 fut présenté officiellement au salon de Paris en 1978. Heuliez élabora en parallèle les moyens industriels nécessaires à la mise en production d'une petite série.


La 604 HLZ au Salon de Paris 1978 - Source : Gegeb Brin


La 604 HLZ au Salon de Paris 1982, près du cabriolet Fuego - Source : Gegeb Brin

L'idée d'une limousine était venue à Gérard Quéveau lors d'un voyage aux Etats Unis au milieu des années 70. Soucieux de développer l'utilisation de son système de toit à lamelles rétractables sur le marché américain, il visita plusieurs industriels. L'un d'eux, Moloney, bien connu pour ses voitures à rallonges, ouvrit ses portes à la délégation française. Gérard Quéveau fut très intéressé par le mode de fabrication des limousines. Ce type de véhicule était totalement absent en France. Le marché, même étroit, méritait d'être comblé.


© Source : Archives LP Deux-Sèvres auto-mémoire - Les premiers exemplaires furent transformés sur des moyens prototypes de taille moindre ...


... comparés aux moyens séries de section plus importante disponibles à partir de la mi 1979

Les 604 HLZ étaient disponibles avec les différents types de motorisation de la gamme. Les premières voitures furent commercialisées après réception à titre isolé auprès des mines des Deux-Sèvres dès le premier semestre 1980. L'homologation par type était obtenue à la mi-1980, à partir de la 17ème transformation, les exemplaires #017 pour la version essence, et  #004 pour la version diesel, servant de véhicule de référence.


604 Heuliez #004 - © Source : Archives LP Deux-Sèvres auto-mémoire


604 Heuliez #017 - © Source : Archives LP Deux-Sèvres auto-mémoire

La 604 HLZ conservée au sein du conservatoire Heuliez (#020) fut mise en vente le 7 juillet 2012 par Artcurial. Elle aurait été commandée à Heuliez par la société Almabani, mais pourtant immatriculée chez le carrossier dès le 26 novembre 1980, date de sa première mise en circulation. De livrée d'origine noire, et visible ci-dessous à gauche sur la photo prise dans l'enceinte de l'entreprise, elle reçut ensuite une livrée gris métallisé.


604 Heuliez #020 - © Source : Archives LP Deux-Sèvres auto-mémoire

Elle était annoncée comme étant en bel état de présentation, mais nécessitant une remise en route. Estimée entre 10 000 et 20 000 euros, elle trouva acquéreur à 16 679 euros.


Source : http://www.artcurial.com


Source : http://www.artcurial.com


Source : http://www.artcurial.com


Source : http://www.artcurial.com

L'accès au places arrière fut jugé peu pratique comparé à ce que proposait Mercedes sur la limousine W123 commercialisée fin 1977, contre laquelle la 604 HLZ voulait se disputer le marché des taxis. La tôlerie d'entrée des portes arrière d'origine initialement conservée fut modifiée à la mi-1980, de sorte de rendre la partie inférieure du pied " C " plus verticale. C'est dans cette nouvelle configuration que la 604 HLZ (#21) fut de nouveau exposée au Salon de Paris en octobre 1980.


© Source : Archives LP Deux-Sèvres auto-mémoire

La 604 produite par Peugeot a souffert d’un manque de succès tout au long de sa carrière. Par ailleurs, les limousines n’ont jamais vraiment eu la côte en France, où contrairement aux Etats Unis, il n’est pas toujours bien perçu de s’afficher à bord de telles voitures. La discrétion a le plus souvent été de rigueur pour nos dirigeants d’entreprises.


Durant les années 70, l'usage de vinyle sur un pavillon de voiture était synonyme de haut de gamme


Source : Archives LP

L’acquéreur pouvait véritablement faire aménager sa voiture selon ses désirs, avec ébénisterie bois, bar, télévision, téléphone, équipement stéréo, table de travail, cloison de séparation, rideaux de protection, etc …


  © photographies Vincent Dabin

Heuliez ne parvint jamais à atteindre ses objectifs de production. La fabrication de la limousine 604 fut donc suspendue à l’initiative du carrossier dès juillet 1984. Un total de 124 limousines furent assemblées de 1978 à 1984. 30 % environ furent exportées, principalement vers les émirats arabes et l’Afrique.

Heuliez ne fut pas le seul carrossier à œuvrer sur base 604. Chapron continua ainsi à proposer de nombreux aménagements luxueux de l’habitacle, ainsi que des versions blindées, et un landaulet produit en deux exemplaires (présentation au salon de Paris de 1978). Le premier exemplaire fut exporté vers la Présidence de la République du Niger en janvier 1979. Le second, fabriqué sur une base de 604 Ti en 1980 fut livré en Suisse au brasseur Alfred Heineken. Fontauto en Italie et Labbé en France proposèrent aussi des 604 blindées, Barré un break unique doté d’un hayon de Ford Granada, Parat deux breaks plus élégants, et André Lecoq quelques voitures aménagées pour le Tour de France. Quelques années plus tard, Heuliez abordait de nouveau le domaine de la limousine, avec la Renault 25 du même nom, pour le compte de Renault. Là non plus, le succès ne fut pas au rendez vous.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, six pages sont consacrées à la 604 HLZ dans le livre " La Peugeot 604 de mon père " de Dominique Pagneux, éditions ETAI.


Ci-dessous l'intégralité du texte du dossier de presse, daté de Mars 1980.

" Une 604 longue, sur le marché européen, répond à un besoin, car sur notre continent deux firmes seulement offrent un produit similaire dans une gamme de prix différents. La 604 HLZ longue dans ses quatre versions de base correspond à des demandes jusqu'alors insatisfaites. La première version " Taxi " comble le vide du transport mini collectif en zone rurale et suburbaine, ou encore pour assurer une liaison rentable entre le centre ville et les aéroports toujours excentrés.

La seconde dite " Familiale " permet aisément le transport de 7 à 8 membres d'une même famille dans une voiture et non dans un break " même de luxe ". La troisième " Limousine " c'est le créneau de la location de la voiture avec chauffeur qui se trouver comblé. Le propriétaire de voiture de grande remise comme le loueur professionnel verront certainement favorablement l'arrivée de ce véhicule sur le marché.

Le quatrième enfin " Super Limousine " c'est quatre places de très grand confort, avec bar, téléphone, télex, télévision, dont deux places arrière super confortables. Il s'agit d'un véritable salon-bureau roulant où le journaliste, l'homme de télévision, l'artiste ou le PDG, pourront continuer d'être en liaison avec leur équipe pendant leurs déplacements.

Toutes les sociétés recevant régulièrement des clients ou ayant à transporter entre leurs différentes usines, des groupes de collaborateurs, même pour  des liaisons courtes avec d'autres moyens de transport, se devront d'avoir un tel véhicule dans leur parc automobile.

Que propose Heuliez comme transformation sur le véhicule de base de la série 604  (fournie par le Client). D'abord un rallongement de 0,62 m sur l'empattement, un garnissage extérieur en vinyle du pavillon, baguettes de caisse extérieures, tapis de série, deux strapontins face route, garniture identique au véhicule de base (supplément  pour la version cuir), accoudoirs avec cendriers et allume-cigares incorporés, dragonnes arrières.

Le prix de lancement d'une telle transformation est de 39.600 francs hors taxes. Il faut préciser qu'un certain nombre d'options et d'aménagements spécifiques sont prévus et indiqués au tarif. Les véhicules de grand luxe avec finition particulière ou personnalisée sont réalisés sur devis.

Le délais actuel est de 8 semaines à compter de la réception du véhicule de base à l'Usine Heuliez de Cerizay. Une fois encore le sens des réalités de la Firme dynamique de Cerizay voit le public utilisateur lui donner raison avec actuellement une prévision de série de 200 à 350 voitures par an. Cette année les premières Peugeot 604 HLZ rouleront sur nos routes. Il ne restera plus alors à la Société Heuliez qu'à se pencher sur un nouveau produit, à moins que cela ne soit déjà fait ."


Extrait d'un dépliant publicitaire :

" La 604 Limousine, dont les travaux de modification sont réalisés par la carrosserie Heuliez, permet le transport de 8 personnes. Ce véhicule, qui peut être réalisé sur base de 604 STI ou SRD Turbo, se différencie essentiellement de la 604 par un allongement de 62 cm au niveau de l'empattement, un pavillon recouvert de vinyle, deux strapontins, placés face à la route, avec accoudoir central escamotable permettant une troisième place, des accoudoirs aux places AR avec cendriers et allume-cigares, des dragonnes aux places AR, une réfrigération de série "


.


Jean-Lou Nory essaye deux voitures de sept places dans le numéro 11 de l'Auto Journal du 15 juin 1980 : la Peugeot 604 HLZ et la ... Toyota Lite Ace Wagon.

" ... je commence par la 604 Heuliez. Pour plusieurs raisons. D'abord parce qu'il faut se tourner vers un carrossier, et non vers un constructeur de haute réputation pour découvrir une limousine française. Secondement, parce que depuis la Traction familiale 1955, pas une seule berline n'offrait sept places. Esthétiquement, c'est bien. Suffit pas d'allonger pour réussir l'esthétique. Au contraire souvent la modification des proportions entraîne certaines difformités, brisant d'un seul coup l'harmonie de lignes longuement pensées. La porte arrière de la 604 est intégralement préservée, seule la petite vitre fixe est retouchée. Les 62 centimètres supplémentaires son logés entre cette porte et la roue arrière. Afin de couper la masse de la nouvelle custode, une vitre est ajoutée et le toit est entièrement recouvert d'un vinyle noir. Tout cela est élégant, pureté classique que je qualifierai malgré tout de rigide. On dira que la 604 l'est déjà. Que ses formes n'ont pas la souplesse d'un esprit aéré. Mais Heuliez fit avec, le résultat est probant. Autre différence extérieure : les jantes reçoivent des Michelin TRX de 220 x 14 au lieu de 190 x 14, cela afin de supporter le poids supplémentaire de 210 kg.

S'installer sur la banquette arrière suppose un effort. La porte ouvre sur les deux strapontins, non devant la banquette proprement dite. Il importe donc d'ouvrir, de se plier, effectuer un pas intérieur tout en pivotant sur le pied, puis de se laisser choir sur le cuir. Si la manœuvre est mal calculée, on risque de s'asseoir sur la moquette ; elle est si épaisse que cette situation n'aurait rien de dramatique. Idem pour sortir. Seuls les personnages en bonne santé réussissent à 100 % cette reptation. L'idéal en fait eût été d'agrandir cette maudite porte pour des allées et venues commodes. On tombe sur une simple question de prix de revient. Lorsque les strapontins ont repliés, le lieu est royal. On allonge les jambes, depuis combien de lustres n'avais-je pas allongé mes jambes en voiture, cendrier, allume-cigarettes et bouton de vitre électrique à portée de doigts. La finition est superbe, rien à voir avec celle d'une Mercedes longue mais égale à celle d'une Cadillac Limousine. Une finition tout cuir jurant d'ailleurs avec les matériaux d'origine du tableau de bord, qui font " faubourg . Il y a là une remise en cause indispensable. Lorsque les deux strapontins sont en place, l'espace pour les jambes est encore acceptable. Malheureusement, les tibias des occupants du fond sont bien près de l'armature horizontale de ces strapontins, et je n'aimerais pas qu'ils connaissent les conséquences d'un choc frontal.

Au plan conduite, deux choses à noter sur la 604 HLZ. Du fait des strapontins, on ne peut plus reculer les sièges avant comme sur la 604 normale. Quand à la tenue de route, elle est devenue nettement survireuse. Ce qui est gênant compte tenu de la dérive importante de la caisse et de la direction démultiplié pour remettre l'engin en ligne ".
 


Les stylistes d'Heuliez exercèrent leurs talents sur la 605 durant les années 90, sans dépasser le stade de la maquette. Trois d'entre elles furent dispersées lors de la vente aux enchères du 7 octobre 2012 à Cerizay.


Peugeot 605 Limousine


Peugeot 605 Cabriolet


Peugeot 605 Coupé


Peugeot 605 Cabriolet, Coupé et Limousine

Retour au sommaire - Page suivante