Heuliez Will

Au Mondial 2008, Heuliez présentait trois prototypes de voitures électriques : la Will, la Friendly et la Pondicherry, cette dernière ayant été développée par les ingénieurs d'Argentum Motors en partenariat avec un autre fabricant indien, Reva, qui fournissait la motorisation.

La Will fut conçue avec les soutients du manufacturier Michelin et de l'opérateur de téléphonie Orange, sur la base d'une Opel Agila.


Notez l'ouverture sur l'aile avant destinée à recevoir le branchement électrique

Michelin introduisait avec l'Active Wheel une roue qui intègre non seulement le pneu et le système de freinage, mais aussi et surtout la motorisation du véhicule ainsi que sa suspension électrique (et non plus mécanique). Deux groupes motopropulseurs étaient intégrés dans les deux roues avants. " Rien sous le capot, tout dans les roues " comme on se plaisait à le préciser chez Michelin. Puisque les Michelin Active Wheel intégraient les fonctions de motorisation et de suspension, nombre de composants mécaniques obligatoires sur des véhicules traditionnels n'étaient plus nécessaires : il en allait ainsi des arbres de transmission, de la boîte de vitesses, des barres anti-roulis, etc ...

Cette simplification ouvrait de nouvelles perspectives dans la conception de futurs véhicules. Le design se trouvait en effet libéré de contraintes qui jusqu'alors semblaient immuables : plus de bloc moteur, une réduction considérables de la masse, une carrosserie entièrement dédiée à l'espace à vivre  et à la sécurité, un allègement du véhicule qui participait à son tour à la forte réduction de la consommation d'énergie. Orange pour sa part avait développé un système de diagnostique à distance par wifi qui permettait d'accéder aux informations sur le trafic routier en temps réel, de contacter les services d'assistance et de maintenance avec intervention possible à distance, etc ...

La nombre de batteries équipant la Will devait être adapté aux besoins de son utilisateur, en fonction de l'autonomie requise (de 150 à 400 kilomètres). Selon l'évolution des besoins de l'usager, il devait être possible de passer d'un module à un autre sur un même véhicule. Le premier prototype devrait être produit à quelques exemplaires, afin de les tester auprès d'entreprises et de collectivités, ceci avant une industrialisation qui était planifiée à partir de 2010 sur le site de Cerizay. Heuliez et Michelin avaient de grandes ambitions pour la Will, avec une perspective de 5000 véhicules produits la première année, cette cadence devant être multipliée par dix en cinq ans.


La Will devait être disponible sous forme de véhicule utilitaire de 2,5 m3 et 3 m3

C'était donc un véritable projet industriel qui était lancé. Pour la première fois, un véhicule sans moteur central devait être commercialisé à destination des professionnels, flottes et collectivités, afin de mieux maîtriser dans un premier temps le service après vente et l'entretien. Dans un second temps, la commercialisation auprès du grand public aurait pu être envisagée.

Retour au sommaire - Page suivante