Heuliez Friendly / Mia

La Friendly fut étudiée dans le cadre d'un appel d'offre lancé en janvier 2008 par le Conseil Régional de Poitou-Charentes, destiné à promouvoir l'utilisation d'un véhicule électrique conçu pour la ville et sa périphérie. Grâce à son expérience d'une part avec les voitures électriques produites pour PSA, d'autre part dans le cadre du projet Cleanova étudié avec Dassault, Heuliez partait sur de bonnes bases.


Les premières esquisses de voiture électrique sous la marque Heuliez (Electric V)

Le premier prototype était dotée de trois places assises, une en position centrale et deux légèrement en retrait de chaque côté du conducteur. Dans son projet initial, Heuliez prévoyait trois longueurs de carrosseries, 2.10 m, 2.50 m et 2.90 m, selon les besoins en volume de chargement. La première Friendly avait une hauteur de 1,50 mètre et une largeur de 1,55 mètre.

Heuliez évoquait finalement dans un premier temps une commercialisation à l'échéance d'avril 2010, avec une version de 2,60 mètres, avec une quatrième place d'appoint optionnelle. Une version de 3 mètres demeurait au stade de projet.

Plusieurs variantes cosmétiques furent envisagées, afin de répondre aux besoins et aux métiers de chacun. 

La Friendly visait d'abord le marché des collectivités, des loueurs, puis à plus long terme celui du grand public, avec une autonomie pouvant, selon le pack batterie choisi, aller de 100 à 250 km, avec une vitesse de pointe de 110 km/h. Il a cependant toujours été question d'un véhicule plus à l'aise en milieu urbain que sur les grands axes routiers.


Une des premières maquette à l'échelle 1 de la Friendly

Gérard Quéveau fixait début 2009 un ambitieux calendrier :
  - avant août 2009 : réalisation des prototypes + essais des éléments de base
  - à partir d'août 2009 : production des préséries
  - de janvier à mars 2010 : début de la production en grande série
mais aussi sa stratégie et ses objectifs :
  - vente de licences pour la production à l'étranger (Inde, Chine, Brésil ...)
  - vente en France de 10 à 15 000 Friendly + Will en 2010 sur un marché estimé à
    50 000 voitures électriques
  - 800 emplois chez Heuliez Electric en 2012

Hélas, le président de Heuliez pêchait par excès d'optimisme. En 2011, il ne s'est vendu en France que 2630 voitures électriques, et 5663 en 2012.


Les pères de la Mia : Patrick Largeau et Jean Marc Guillez, ancien directeur de Recherche Avancée de Heuliez (qui a désormais quitté l'entreprise), à bord de leur création (2 mars 2012 © VD)

Heuliez souhaitait aborder le marché de la voiture électrique sous sa propre marque, ce qui était nouveau pour le constructeur, avec un premier modèle au prix amical (friendly !) de moins de 12 000 euros hors taxes, départ usine, hors options et hors frais de préparation du véhicule. De ce montant il y avait lieu de déduire les aides gouvernementales.

Fin 2009, il était possible de réserver sa Friendly sur internet. Cette solution pouvait donner à Heuliez une idée sur le niveau des intentions d'achat. Les candidats à l'acquisition, moyennant un versement de 500 euros, devaient avoir le privilège d'être les premiers livrés.


La future Autolib' gérée par Véolia et produite par Heuliez ? C'est Bolloré qui remporta ce marché.

 

30/01/2009 : Première présentation de la Friendly par Cyril Lacroix

En février 2010, Heuliez n'était pas encore au stade de la production, la voiture s'appelait encore Friendly. Elle n'allait adopter le nom de Mia qu'au salon de Genève quelques semaines plus tard. Paul Quéveau, Jean Marc Guillez et Patrick Largeau présentaient leur création.

En France, la Friendly était en 2009 potentiellement en concurrence, pour ne citer que quelques fabricants français de voitures électriques, avec des projets plus ou moins aboutis :  la Bluecar de Bolloré, les Venturi, la Peugeot iOn et les Renault Kangoo ZE, Fluence ZE, Zoe et Twizy.


Heuliez Friendly


Blue Car (2010)


Venturi Eclectic (2010)


Renault Zoé (2011)


Peugeot ion (2011)


Heuliez s'était déjà intéressé durant les années 90 aux questions de mobilité urbaine et suburbaine, par l'utilisation de véhicules à propulsion électrique. Le concept de version courte, standard et longue, voire de " super limousine " à 15/30 places,


Très Petit Véhicule Urbain (TPUV), à face avant rétractable


Petit Véhicule Urbain (PVU)


Petit Véhicule Routier (PVR)


Grand Vehicule Urbain " interville " (GVU)

Retour au sommaire - Page suivante