Robert Broyer



Robert Broyer - France - 1938 - Source : http://www.lejsl.com


Formation

BTS en génie mécanique.


1958

Engagé chez Chausson.
Suit en parallèle des cours au Conservatoire National des Arts et Métiers.

1961

Recruté par Gaston Juchet dans les années 60 pour constituer le centre de style de Renault.


Tout à droite en costume clair, Robert Broyer avec l'équipe du centre de style Renault en 1965.
Gaston Juchet, patron de style Renault à partir de cette même année, est à sa gauche.

1969

Sur cette étude de style signée Broyer, on note déjà le capot avant plongeant et la malle arrière en pente. Le dessin est peu conventionnel, puisqu'à cette époque la plupart des automobiles privilégient un volume de chargement arrière important. La Renault 12 est sa première création importante.


Etude de style de 1965 pour la Renault 12 signée Robert Broyer


La Renault 12 dans sa première version

1971

Les stylistes de Renault formulent différentes propositions pour les coupés Renault 15 et 17 qui doivent être commercialisés en 1971. A l'issue d'une première sélection, deux d'entre elles sont retenues par la direction générale, celle de Gaston Juchet d'une part, et celle de Robert Broyer d'autre part. C'est la première qui est finalement choisie.


Etude de style de 1965 pour la Renault 15 signée Robert Broyer

1974

L'originale Renault 14 vendue à partir de juin 1976 a été dessinée par Robert Broyer. La voiture est essentiellement restée dans les mémoires en raison d'une campagne publicitaire malheureuse (la fameuse poire). Elle ne s'imposa guère en dehors des marchés français et espagnol. Sa ligne intelligente, sans doute trop originale pour son époque, heurta les esprits les plus conservateurs. Son dessinateur avait voulu une voiture aux lignes nerveuses, mais, lors de l'industrialisation, les emboutisseurs ne parvinrent pas à reproduire avec suffisamment de finesse les idées du styliste.


Renault 14, 1976

Robert Broyer imagine un break de chasse (numéro de projet 121) alors qu'il travaille encore chez Renault. Son dessin se caractérise par un capot avant en pointe, dans l'esprit de la future Triumph TR7, et par une ligne de ceinture de caisse plongeante au niveau de la portière avant. On allait retrouver cette astuce de style quelques années plus tard sur les Lamborghini Diablo et Cizeta Moroder de Marcello Gandini. Dans la catégorie des breaks de chasse compacts, la Honda Aerodeck et la Volvo 480 ES, toutes deux de 1986,  semblaient s'inspirer de la création de Robert Broyer.


Renault Projet 121

Il fut un temps envisagé d'assurer la production de ce coupé break dans les ateliers de Guy Ligier. Mais le projet fut brutalement suspendu en octobre 1976. La régie craignait que l'arrivée de cette voiture puisse avoir un impact négatif sur les ventes des Renault 15 et 17 fraîchement restylées, à la source de marges importantes. 

1974

Robert Broyer quitte Renault pour fonder son propre bureau de consultant en design. La régie qui a apprécié sa collaboration pendant de nombreuses années lui confie le cahier des charges d'une nouvelle gamme Alpine. Son projet présente la particularité d'une dessin arqué. La voiture dispose de deux places, et d'un vrai coffre situé entre l'habitacle et le moteur.


Projet NGA pour Alpine

1980

Il est l'auteur des lignes de la Ligier JS4 dévoilée en 1980, dotée d'un 49.9 cm3 de 3,2 ch, qui ne mesure que 197 centimètres de long, et se caractérise par un style cubique et une importante surface vitrée. Ce modèle détonne dans le paysage des microcars de 1980, face à une concurrence bien plus timorée.


Ligier JS4

Pour Teihol, il dessine la Tangara en 1987.


Teihol Tangara

Son rayon d'action ne se limite pas à l'automobile. Il conçoit des fourneaux, des meubles de jardin, etc ...

2002

Il fonde Créacar avec trois associés, avec pour objectif de développer des véhicules de niche fabriqués en petite série. La société n'existe plus depuis mars 2010.


Vous souhaitez corriger ou enrichir les informations de cette page : marioboano@gmail.com

Trombinoscope - Retour au sommaire du site