NSU Sport Prinz

NSU est né en 1873 de la reprise par deux entrepreneurs d'une fabrique de machines à tricoter. L'usine fut transférée plus tard à Neckarsulm, qui allait demeurer le siège historique de NSU. La production de bicyclettes débuta en 1886, celle de motocyclettes en 1900 et d'automobiles en 1905. NSU assura la construction de voitures jusqu'en 1928, année où l'entreprise céda son usine à Fiat. NSU se concentra alors sur la production de motocyclettes, jusqu'à en devenir le leader mondial au milieu des années 50.

La demande sur le marché de l'automobile était telle dans la période de reconstruction qui suivait la guerre que cela incita NSU à s'intéresser de nouveau au secteur de la voiture populaire. Parallèlement, le marché des deux roues était sur le déclin, de nombreux ménages ayant désormais les moyens d'acquérir une vraie voiture. Le tout à l'arrière était encore à la mode à l'époque, en particulier parmi les voitures populaires. Il suffit d'observer le succès des Coccinelle,  Dauphine, 4 CV, Fiat 500, etc ...

En 1957, NSU adoptait cette technique, et présentait la petite Prinz à moteur bicylindre de 583 cm3. Le succès fut au rendez vous. Pour compléter sa gamme, NSU sollicita le carrossier italien Bertone, afin de lui concevoir un coupé léger qui viserait le marché de la clientèle féminine.

Le coupé Sport Prinz fut présenté en 1959. Il utilisait la mécanique de la Prinz de base qui bénéficia en 1962 d'une augmentation de cylindrée à 598 cm3. Son dessin était l'oeuvre de Franco Scaglione chez Bertone, et il annonçait celui du future coupé Simca commercialisé en 1963.

La Sport Prinz adoptait une face avant toute en rondeur, un pare-brise légèrement panoramique et de petits ailerons d'inspiration américaine, ainsi qu'un arrière en pente douce et continue. Il fut maintenu en production jusqu'en 1968.

La Prinz fut pour sa part totalement redessinée pour 1964. Désormais baptisée Prinz 1000, sa ligne était inspirée de la Chevrolet Corvair. NSU fut l'un de précurseurs du moteur rotatif. La NSU Ro 80 de 1968 marqua les esprits par sa mécanique et son design épuré très novateur. Mais la technique manquait encore de fiabilité. Les interventions sous garantie coûtèrent très chères à NSU, et contribuèrent à fragiliser l'entreprise qui passa sous le giron de Volkswagen en 1969.

Quesako - Similitude - Sommaire du site