La laideur se vend mal


Descriptif

La laideur se vend mal
par Raymond Loewy
Edition originale en 1953
Nouvelle édition revue et augmentée en 1963
Présent ouvrage réédité en septembre 2017

Editeur : Gallimard, collection Tel
Site web : http://www.gallimard.fr

428 pages
Format 125 x 292
En français
Couverture souple, sans jaquette
Prix neuf : 13,90 euros
ISBN 9782070720132

Cote d'amour : 9/10


Le pitch

" Il faut être une œuvre d'art ou en porter une ", disait Oscar Wilde. Raymond Loewy (1893-1986), tenu pour le fondateur du design industriel, a fait sien cet aphorisme. Depuis la plus tendre enfance, il rêve de locomotives, d'automobiles, de navires. Âgé de quinze ans, " il donne son cœur à douze magnifiques créatures" : ce sont douze locomotives d'un entrepôt du P.L.M. Il quitte l'Europe pour New York entre les deux guerres. Ses premières impressions, nous les trouvons dans ce livre écrit trente ans plus tard. " On fabriquait à tort et à travers ascenseurs, moulins à café, grues mécaniques, etc ... avec pour seule préoccupation que " ça marche ". Quand vint l'ère de la production en masse, le pays fut inondé de produits souvent de bonne qualité, mais disgracieux et coûteux. Raymond Loewy, d'abord étalagiste, crée bientôt une profession : celle d' " esthéticien industriel ", et entreprend une croisade contre la laideur, le bruit, l'encombrement, le gâchis en matières premières et en main-d'œuvre. Son principe? Donner à toute chose une apparence parfaite liée à un fonctionnement parfait. Son idée fixe? L'harmonie, qu'il s'agisse d'une locomotive, du mariage, d'une boîte de conserve ou des rapports humains.


L'auteur

Vous pouvez consulter sa biographie sur ce site ici.
 

Plan du livre

Préface
Introduction
Remerciements

Première partie

1. Le caporal Loewy
2. Adolescence
3. Sexe et locomotives
4. Dessinateur de mode
5. La croisade

Deuxième partie

6. " L'ange duplicateur "
7. 54è étage
8. La cuisine américaine
9. Penthouse Studio
10. Mes " Moi aussi " Boys
11. Du cure-dent à la locomotive
12. Business sur grande échelle
13. Viola Erickson
14. Préparatifs pour l'après-guerre

Troisième partie

15. La " National Widget Company "
16. Le chrome et vous
17. L'" industrial design " dans votre vie
18. Un cas type
19. Le stade Maya
20. L'épidémie de " Borax "
21. L'esthétique et la psychologie
22. La création de carrosseries
23. Le lecteur voyage à nouveau
24. Conférencier (?)
25. Conserver sa bonne humeur
26. Vers quel but ?

Epilogue


Raymond Loewy

Les plus

Prix de vente raisonnable
Le texte date de 1953, mais reste étonnamment d'actualité
Une occasion de sortir du 100 % auto, tout en n'y échappant pas totalement
Le personnage de Raymond Loewy est fascinant
Nombreuses anecdotes, style plaisant


Quelques regrets

Qu'on y cause trop peu d'automobile !
 

A noter

" Tel "  est une collection de chez Gallimard née en 1976, en format " semi-poche " consacrée au savoir : philosophie, critique et linguistique, histoire, sciences économiques et politiques ... Les textes y sont proposés dans une version identique à celle de la publication d'origine, mais à prix modéré. A ce jour (2019), 412 titres ont été édités par 256 auteurs.

La première publication de cet ouvrage date de 1953. Elle a été revue et augmentée par l'auteur en 1963. C'est ce texte que nous retrouvons ici. 

Ce livre est essentiellement consacré à la vie de Raymond Loewy, depuis son enfance jusqu'au début des années 50. Il est à la fois acteur et rédacteur. Il évoque ses origines, ses débuts professionnels difficiles, puis le développement d'une nouvelle activité qu'il a largement contribué à inventer, " l'industrial design ". On ne s'ennuie pas. Raymond Loewy sait nous tenir en haleine. Il ne manque pas d'humour. Son récit est bourré d'anecdotes. Certaines des observations de l'auteur se télescopent curieusement avec votre quotidien.

Ce n'est pas un livre sur le design automobile, même si ce thème est abordé ici et là. Cette activité ne représente qu'une partie de la vie de Raymond Loewy. Elle fait toutefois l'objet d'un chapitre entier, le numéro 22, consacré à la conception des carrosseries. L'auteur y aborde ses relations avec les gens de chez Studebaker et le travail de création mené par ses équipes pour la firme de South Bend. Dans le texte revisité de 1963, les deux derniers paragraphes de l'épilogue évoquent la naissance de l'Avanti.

A deux reprises, sur une quarantaine de pages au total, on découvre en noir et blanc les principales réalisations de Raymond Loewy, sous forme de croquis et de photos.


Studebaker Avanti

Retour au sommaire de Bibliothèque - Retour au sommaire du site