Lanchester, plus dure sera la chute


Lanchester est une marque de luxe britannique fondée à Birmingham, rachetée en 1930 par BSA qui possédait déjà la firme britannique Daimler depuis 1910. Lanchester disparaît en 1954, après une longue et douloureuse descente aux enfers.


La première Lanchester apparaît en 1895. Il s’agit donc d’une des plus anciennes marques automobiles non seulement de Grande-Bretagne mais également d’Europe. Franck Lanchester est chargé des ventes, Frédérick et George se consacrent à la partie technique.

Pionnier anglais de l'automobile et à l'origine de la firme portant son nom, Frédérik William Lanchester (1868/1946) s'intéresse dès son plus jeune âge aux problèmes de la locomotion en se consacrant à l'étude de moteurs. Après avoir expérimenté sur des embarcations un certain nombre de propulseurs, il présente sa première voiture au public en 1896 en compagnie de ses frères Franck et George. C'est lui le cerveau de l'affaire. Plus tard, il travaillera avec les équipes de Daimler, en étudiant notamment les problèmes liés à l'aérodynamisme. Il introduisit de nombreuses innovations dans le domaine de la suspension et de la transmission.


Concurrent de Rolls-Royce


Ses modèles étaient réalisés avec un soin extrême et ses caractéristiques techniques étaient souvent avant-gardistes, ce qui assura à la marque la réputation enviable de constructeur de voitures d’exception. Peu avant la guerre de 1914-1918, la firme Lanchester se situait tout en haut de la hiérarchie des voitures britanniques, pratiquement au même niveau que Rolls-Royce.

Lanchester 12 HP Tonneau 1901. La véritable production en série bien qu'embryonnaire commence en 1900 par la fabrication des modèles désignés 10 HP et 12 HP  de 4250 cm3. 

Les Lanchester étaient le plus souvent carrossées par Lanchester, chose rare à l’époque car la plupart des constructeurs faisaient carrosser leurs voitures à l'extérieur, et cette caractéristique sera préservée jusqu’à l’extinction de la marque. Pendant la Première Guerre Mondiale, l'entreprise fabrique des obus d'artillerie et des moteurs d'avions, mais une production de véhicules a continué avec les voitures blindées Lanchester construites sur le châssis Lanchester 38 HP.

Lanchester Armoured Car 38 HP. Lanchester produisit pendant la guerre des voitures blindées sur de vieux châssis de 38 HP. Elles furent mises à l'épreuve dans des conditions particulièrement difficiles, notamment durant les hivers russes.

Après la fin des hostilités, la compagnie adopte la politique du modèle unique : la 40 HP qui succède à la 38 HP avec un moteur six cylindres de 6,2 litres à soupapes en tête, munie d'une boîte à trois vitesses, devient le seul modèle de la marque. Ce modèle de très haut de gamme était très coûteux puisqu’il était plus cher qu'une Rolls-Royce Silver Ghost. Mais il n’eut pas la même audience. Ce modèle a en effet été produit à 392 exemplaires au total, soit vingt fois moins que la Rolls-Royce. 

la Lanchester 40 HP pouvait être considérée comme une voiture luxueuse et puissante qui pouvait rivaliser avec la Rolls Royce Silve Ghost tout en possédant l'avantage de coûter moins chère. Au cours de sa carrière longue de onze années, environ 500 exemplaires furent fabriqués, dont quelques-uns furent achetés par des souverains européens.

Pour rentabiliser son outil industriel, la firme Lanchester est contrainte de faire une croix sur la politique du modèle unique et lance en 1923 une plus petite voiture, la 21 HP, qui s'ajoute à la gamme des 40 HP. La 21 HP avait un moteur six cylindres de 3 litres accouplé à une boîte de vitesses à quatre rapports et des freins aux quatre roues, ce qui n’était pas courant à l’époque. Elle devient la 23 HP en 1926 avec un moteur six cylindres de 3,3 litres. Les deux modèles ont été produits à 735 exemplaires au total.

En 1923, on adjoignit à la 40 HP une version plus petite, la 21 HP, d'un cylindrée ramenée tout d'abord à 3 litres puis en 1925 à 3,3 litres. Cette voiture peut être considérée comme la dernière véritable Lanchester.

Pour honorer une commande de l’armée britannique, une nouvelle série de véhicules blindés est fabriquée à partir de 1927, sur la base d'une version à six roues du châssis de la 40 HP. La 40HP est finalement remplacée en 1928 par la 30 HP à moteur huit cylindres en ligne de 4,4 litres de cylindrée. Ce modèle est produit à 126 exemplaires au total. La marque subit alors de plein fouet le choc de la Grande Dépression de l’automne 1929.

Début 1930, la gamme Lanchester se compose des 23 HP six cylindres de 3,3 litres et 30 HP huit cylindres de 4,4 litres. La même année, la gamme Rolls-Royce se compose d’une 25HP et d’une 50 HP, dite Phantom II. Mais les chiffres de ventes sont très différents d’une marque à l’autre, si bien que Rolls-Royce passe la période sans trop de difficultés, mais pas Lanchester.


1930, le rachat par BSA


Les Lanchester sont des automobiles de très grande qualité. Mais avec de faibles volumes, l'affaire n'est plus profitable. Fin 1930, les banquiers devenus méfiants exigent le remboursement de toutes les créances dans un délai de deux semaines. Mais le montant demandé est supérieur à la valeur du stock et des matières disponibles au sein de l'usine. Napier ou Rolls Royce se seraient bien portés acquéreurs, mais avec une échéance si courte, ils n'en avaient pas la capacité financière. C'est finalement le 28 décembre 1930 que la puissante BSA - Birmingham Small Arms Company - reprend le passif de Lanchester. Ce groupe est déjà le propriétaire de Daimler depuis 1910.

On prétend que la firme Lanchester a été rachetée parce que ses locaux se situaient à côté de ceux de la célèbre entreprise d’armement BSA. Ce n’est sans doute pas la seule raison car il fallait un réel intérêt pour BSA pour reprendre une marque de luxe en pleine déconfiture. En tout cas, ce changement de propriétaire a sans doute été la cause du décès brutal d'un infarctus à l’âge de 63 ans de Thomas Hamilton Barnsley, principal actionnaire de Lanchester et président-directeur général de l’entreprise.

Le rachat de l'entreprise est conclu pour 26 000 £, représentant une fraction de la valeur des actifs. L’usine de Birmingham est fermée le 2 février 1931 et la production des voitures Lanchester est transférée sur le site Daimler de Coventry. Le stock de pièces permettra encore de fabriquer quelques Lanchester classiques courant 1932. La seule vente du site de Birmingham rapportera plus à BSA que son investissement initial ...


Lanchester change de positionnement commercial


La gamme des voitures Lanchester est alors totalement revue, en profitant des synergies mises en œuvre avec les voitures BSA et les voitures Daimler qui se situaient l'une et l'autre aux extrémités de la gamme. Le groupe dispose désormais de trois marques clairement échelonnées : BSA, Lanchester et Daimler. La direction du groupe BSA considérait en effet que Lanchester ne devait pas concurrencer Daimler mais se situer en terme de prix entre les modèles BSA et ceux de Daimler, ce qui sur le papier pouvait paraître pertinent mais donna peu de résultats. Ce changement de positionnement sur le marché conduisit Lanchester sur un créneau déjà fort encombré, celui de la voiture bourgeoise de milieu de gamme.

La première nouvelle offre se présentait sous la forme d’une voiture dérivée de la Daimler Light Twenty : la Lanchester Eighteen dotée d’un moteur six cylindres de 2504 cm3 qui évolua en un 2565 cm3 à partir de 1936. Un total de 2 650 exemplaires de ce modèle a été produit entre 1932 et 1940. La Lanchester Ten de 1933 était une version haut de gamme de la BSA Ten. Il s’agissait d’un modèle de segment inférieur. Son moteur était un quatre cylindres de 1203 cm3 qui évolua en un 1444 cm3 en 1936. Un total de 12 250 exemplaires a été produit entre 1933 et 1936, ce qui constitue le plus gros succès de la marque. La Lanchester Light Six dotée d’un petit moteur six cylindres de 1378 cm3 était dérivée d’un autre modèle BSA qui était dotée de la carrosserie de la Ten et de ce petit moteur six cylindres. Un total de 1 075 exemplaires a été produit entre 1935 et 1936.

Lanchester une fois intégré au groupe BSA va couvrir le segment des automobiles bourgeoises en proposant une véritable gamme. Celle de 1936 comporte trois modèles : Ten, Light Six et Eighteen. BSA couvre le marché des modèles économiques (avec notamment des trois roues) et Daimler celui des voitures de prestige.

La Lanchester Fourteen " Roadrider " de 1936 était dérivée de la nouvelle Daimler Fifteen. Son moteur était un six cylindres de 1527 cm3 qui évolua en un 1809 cm3 en 1938. Un total de 2 000 exemplaires a été produit entre 1936 et 1940. Enfin, en 1937, la Lanchester Eleven succéda à la Ten, avec un moteur quatre cylindres de 1444 cm3. Ici encore, 2 000 exemplaires ont été produits entre 1937 et 1940.

La Fourteen Roadrider succède à la Light Six en de septembre 1936. Elle doit son nom au confort apporté par ses suspensions. C'est la six cylindres Lanchester la moins chère jamais proposée.  Deux versions sont disponibles, Saloon et Sports Saloon. Cette dernière adopte une carrosserie de type " razor edge ", un dessin que l'on retrouvera après-guerre sur nombre de voitures britanniques.

Le Duc d'York, fidèle client de Lanchester durant les années 1920 et 1930, préféra se tourner désormais vers Daimler et prit livraison de deux limousines Daimler huit cylindres spécialement aménagées avec la calandre Lanchester, ce qui est une rareté. Mauvais présage pour la marque Lanchester ou simple conséquence d’une baisse du niveau de gamme de la marque … Lanchester était passé en quelques années du niveau de Rolls-Royce à celui de Wolseley. Et ce n’était pas fini, car Lanchester allait bientôt faire une croix sur ses six cylindres.


L'après-guerre


Alors que le groupe BSA avait définitivement stoppé la production automobile de sa propre marque éponyme en 1939, Lanchester et Daimler réapparaissaient en 1946.

Cette publicité d'avril 1944 annonce le retour prochain de Lanchester sur le devant de la scène, sans pouvoir pour l'instant se prononcer sur une date.

La Lanchester Ten est réintroduite après la guerre avec un nouveau quatre cylindres de 1287 cm3 qui n’existera jamais chez Daimler. La carrosserie recevait de nombreuses modifications par rapport aux modèles d’avant-guerre : le pavillon était plus arrondi, au même titre que le capot et la calandre. Le capot crocodile s’ouvrant d’avant en arrière était une spécificité de la marque depuis de nombreuses années. Ce modèle à suspension avant à roues indépendantes, une première chez Lanchester, fut produit à 3 030 exemplaires entre 1946 et 1951. La Lanchester Ten a été proposée dans une version dite Ten Sport à quatre glaces latérales - au lieu de six sur la Ten - dessinée par le carrossier Barker. Mais les moteurs étaient identiques

La Lanchester Ten est renouvelée en 1946. Sa carrosserie est plus moderne et s’inspire du style des voitures de l’immédiat après-guerre. Son moteur est cette fois un quatre cylindres de 1,3 litre mais plus puissant que le 1,4 litre d’avant-guerre.

En 1950, apparaît la nouvelle Lanchester Fourteen qui succédait à la génération commercialisée entre 1936 et 1940. Son moteur était maintenant un quatre cylindres de 1968 cm3 et non plus un six cylindres comme avant la guerre. Lanchester réduit à ne vendre que des modèles à quatre cylindres, c’était faire tomber la marque au niveau des marques britanniques d’entrée de gamme. Même Austin et Morris commercialisaient des modèles à six cylindres. La carrosserie de la nouvelle Fourteen était pourtant assez moderne pour l’époque, s’inspirant pour sa partie avant de la Humber Hawk lancée en 1948. Cette carrosserie sera d’ailleurs reprise chez Daimler en 1953, pour donner naissance à la Daimler Conquest. Toutefois, la Lanchester Fourteen (Leda sur les marchés extérieurs) ne rencontrera pas le succès, puisque 2 100 exemplaires ont été fabriqués sur le site de Coventry entre 1950 et 1954, contre 9 739 Daimler Conquest à moteur six cylindres.

La Lanchester Fourteen est renouvelée en 1950 dans un style semi-ponton. Son moteur est un quatre cylindres de 2 litres. Sa carrosserie sera reprise sur la Daimler Conquest en 1953 avec un moteur six cylindres cette fois.

En 1954, la marque Lanchester, autrefois rivale de Rolls-Royce, est supprimée par le groupe BSA. A part la firme Delaunay-Belleville, rarement une marque a connu une telle déchéance au cours de sa carrière commerciale, passant de la voiture de très grand luxe à la voiture compacte banale et sans attrait. Une berline à carrosserie ponton baptisée Sprite qui s’inspirait du style de la Morris Oxford de 1954 et de la partie avant de la Singer Hunter de 1954 a été dévoilée en 1955 pour ressusciter la marque Lanchester mais ce modèle ne fut jamais commercialisé. Il semble néanmoins qu’une dizaine d’exemplaires auraient été produits. Elle était dotée d’un moteur quatre cylindres de 1622 cm3 et d’une boîte automatique, innovation peu commune à cette époque, tout du moins en Europe et dans cette catégorie de véhicules.

Aujourd’hui, le nom Lanchester est détenu par le propriétaire de Jaguar, c’est-à-dire le groupe indien Tata Motors. Jaguar avait en effet racheté le nom Lanchester en même temps que Daimler en 1960, et étant passé de BMH à BLMC puis à Ford, le nom Lanchester s’est retrouvé sous contrôle indien quand Tata Motors a acheté Jaguar Daimler à Ford en 2008. Même si le nom Lanchester n’évoque plus rien aujourd’hui, peut-être verra-t-on dans le futur une Lanchester de très haut de gamme qui renouerait avec les années fastes de la marque.

Texte : Jean-Michel Prillieux
Reproduction interdite, merci

Retour au sommaire de Marques disparues - Retour au sommaire du site