Peugeot 309 Break

A l'occasion du salon de Genève 1988, Heuliez présentait une étude de Break sur Peugeot 309, à destination des mères de famille. Ce prototype présentait la particularité de posséder une seule porte côté conducteur, mais deux portes côté passager. Les enfants ne pouvaient alors descendre que face au trottoir. La " bâtarde " de chez Peugeot, issue du mariage Peugeot / Talbot, n'eut pas le droit à une production en série de cette version, qui avait pour autre mérite de réexaminer la partie arrière pas vraiment réussie de la berline 309.



Le break Peugeot 309 sous les voûtes du conservatoire Heuliez (juin 2009)

Ce véhicule a été mis en vente le 7 juillet 2012 par Artcurial. En bon état de présentation, la 309 Break affichait 47 kilomètres au compteur. Elle était présentée comme potentiellement fonctionnelle. Estimation : 5 000 à 10 000 euros - Montant de l'enchère : 7 148 euros avec les frais.


Le nouveau propriétaire de cette 309 Break habite en Haute Savoie, tout prêt de Genève, là même où fut présentée la voiture il y a un peu plus d'un quart de siècle. Comme nombre d'amateurs, il regretta que la région Poitou-Charentes ou une autre autorité ne puisse pas faire un effort financier pour éviter la dispersion du conservatoire Heuliez.

Dès que la presse se fit échos de la vente de cette partie du patrimoine d'Heuliez, il contacta l'étude Artcurial en charge du dossier. Plusieurs voitures l'intéressaient dans le catalogue, parmi lesquelles cette 309, mais aussi la 407 Macarena, la Super 5, et la 604 HLZ.

Au moment de faire un choix, il porta son dévolu sur la limousine Peugeot et sur le break 309. Lors de la vente, la 604 lui échappa pour quelques centaines d'euros, un peu à regret, la grande Peugeot lui rappelant la voiture familiale - dans sa version de série - de ses plus jeunes années.

Il eut plus de chance avec la 309 Break. Pour l'anecdote, la première voiture qu'il acheta neuve en 1988 était une 309 GLD. Décidemment, le virus Peugeot est bien ancré dans la famille.

L'homme de Haute Savoie communiqua ses ordres d'achat par courrier. Vaquant à d'autres occupations, la vente lui était un peu sortie de l'esprit. En tout état de cause, s'il devait remporter un lot, le commissaire priseur ne manquerait pas de le prévenir afin de régler ses comptes.


La Peugeot 309 Break lors de la vente Artcurial du 7 juillet 2012 au Mans

N'ayant pas de nouvelles à l'issue de la journée du 7 juillet, il considéra que le dossier était clos pour lui. Quelle ne fut pas sa surprise d'être contacté une semaine plus tard par Artcurial, qui réclamait son dû sous 48 heures, et qui exigeait que la voiture soit enlevée à Paris sous cinq jours. La situation était tendue. Il s'agissait de trouver un moyen pour rapatrier la belle près de la frontière suisse, sans réellement connaître son état ni ses facultés pour se mouvoir de manière autonome. 

Finalement, la 309 Break arriva à bon port. Son compteur n'a pas bougé, 47 km depuis 1988 ... sans accès à un réservoir. La voiture de base était blanche et non grise. Son origine demeure assez mystérieuse : modèle de pré-série de Peugeot, véhicule de service chez Heuliez ... ?

Son nouveau propriétaire apprécie son originalité, avec une porte à gauche et deux à droite. Il considère sans doute avec raison que le dessin de l'arrière est bien plus réussi que celui de la berline de base.


Moment d'émotion à l'arrivée en Haute Savoie

Son challenge consiste désormais à la remettre dans son état de présentation " salon ". Pour cela, il est en relation avec Heuliez Héritage et le Musée Peugeot. En attendant de prendre une décision quant à la manière de gérer cette restauration, la 309 est bien à l'abri sous bâche dans son garage.

Comme nombre de prototypes Heuliez, la voiture ne possède pas de carte grise. La Fédération Française des Véhicules d'Epoque refuse d'en fournir une avant qu'elle ait trente ans. Il est donc impossible pour le propriétaire d'assurer sa 309 Break en tant que véhicule. Il s'est vu contraint de la déclarer à son assureur en tant qu'oeuvre d'art " non roulante ", une belle revanche pour le vilain petit canard de la gamme Peugeot des années 80 !


La Peugeot 309 Break par Heuliez a trouvé refuge en Haute Savoie

Retour au sommaire - Page suivante