Francfort 1967


NSU Ro 80

Lors de ce Salon de Francfort 1967, les Allemands frappent un grand coup avec ce qu'ils pensent, comme d'autres, être la solution d'avenir : la naissance d'une berline de grande série pourvue d'un moteur rotatif, la NSU Ro 80. L'expérimentation du moteur rotatif sur le Spider lancée par NSU en 1964 semble avoir donné satisfaction, et incite par conséquent le constructeur allemand à étendre cette technologie sur une berline de gamme moyenne supérieure. La modernité de la Ro 80 est confirmée par le choix esthétique, assurément audacieux, avec des lignes courbes alors que la mode est aux formes en coin. Ce sera un succès d'estime essentiellement dans son pays d'origine, avec 37 389 exemplaires produits jusqu'en 1977. En effet, les ventes ne crèveront jamais le plafond, le grand public hésitant encore à investir dans un objet aussi novateur.

En dehors de la Ro 80, réelle nouveauté, l'évolution des autres modèles NSU se poursuit. Un moteur de 1174 cm3 et 55 ch Din équipe maintenant l'ancienne NSU 110, qui était dotée d'un 1100 cm3 de 53 ch. Elle prend dès lors la dénomination de NSU 1200. L'aménagement intérieur est modernisé.


NSU 1200

Autre constructeur allemand de taille moyenne, Glas est en sursit après son rachat par BMW l'année précédente. La production du coupé 2600 V8 a été interrompue de janvier à décembre 1967. Après avoir pris la direction opérationnelle de Glas, les dirigeants de Munich décident de relancer la production de ce haut de gamme, avec un V8 BMW de 2982 cm3 et 160 ch Din. La Glas 3000 V8 par BMW, présentée à Francfort, arbore désormais le badge à l'hélice sur le capot moteur et au centre des enjoliveurs.


Glas 3000 V8 par BMW

Un cran en dessous, l'ancienne Glas 1700 GT change plus franchement de marque et de moteur. Le châssis et la partie mécanique sont empruntés à la BMW 1600. L'avant est remanié afin de recevoir la calandre au double haricot. Il fut produit 5 013 coupés par Glas. BMW en produira encore 1 255 exemplaires de septembre 1967 à août 1968.


BMW 1600 GT

La gamme BMW est complétée par une version cabriolet de la 1600. Avec ses 85 ch Din, elle est identique mécaniquement à la berline apparue en 1964. Elle est assemblée chez le carrossier Baur à Stuttgart. Autre nouveauté chez le constructeur bavarois ; la 1600 Ti, plus performante avec 105 ch et 175 km/h, identifiable à sa calandre sur fond noir et ses badges 1600 Ti. Sur un autre plan, Pietro Frua dévoile un nouveau coupé BMW Glas V8, arrivé sur le salon à la dernière heure, et qui suscite bien des commentaires par la modernité de son style.


BMW 1600 Cabriolet


BMW Glas V8 par Frua

 Porsche présente la 911 T, version économique de la 911, dont le flat 6 ne développe que 110 ch (au lieu de 130). Son aménagement intérieur est dépouillé, et certains équipements facilitant une conduite sportive sont absents. La 911 T est disponible en coupé et en targa. Elle a pour mission de combler les amateurs qui rechignent à rouler en 912 équipée d'un 4 cylindres qui ne peut faire oublier son ascendance VW, mais dont le budget est limité pour accéder à la " vraie " 911.


Porsche 911 T

On assiste à Francfort à un remaniement complet des Ford 17 M et 20 M. L'appellation Taunus n'a plus le droit de cité. Plus puissantes, dotées de carrosseries entièrement nouvelles, elles peuvent être considérées comme des nouveautés à part entière. Leur dessin se rapproche davantage de celui des 12 M et 15 M avec des traits plus rectilignes. La ligne générale de la 20 M est identique à celle de la 17 M. Toutefois le dessin de la grille de calandre est différent, et l'on note la présence d'une prise d'air fictive sur le capot. Ford expose par ailleurs deux versions baptisées RS des modèles 15 M TS et 20 M TS 2.3 litres, d'allure plus virile : projecteurs supplémentaires, bandes latérales ... Leur puissance est respectivement de 70 et 108 ch Din.


Ford 17 M

Chez Opel, l'Olympia, troisième du nom, fait son apparition. Il s'agit d'une version améliorée de la Kadett, au dos plus rond, c'est à dire sans décrochement à l'arrière, avec une garniture extérieure de pavillon en vinyl noir et une finition plus élaborée : tableau de bord revêtu de simili bois, montre, volant à trois branches ... Le carrossier Karmann présente un cabriolet sur base de Commodore. La capote une fois fermée confère à ce modèle une silhouette proche de celle du coupé de série.


Opel Olympia et Opel Commodore cabriolet par Karmann

Réalisé avec le soutien d'un fabricant de pneumatiques, ce cabriolet se singularise par son éclairage avant. Tout le capot se soulève, mettant à jour une batterie impressionnante de projecteurs. Le moteur, un 1245 cm3 de 120 ch, est disposé transversalement à l'arrière. D'origine NSU, il a fait l'objet d'une préparation spéciale.


Metzeler Delta 1

Renzo Rivolta est mort l'année précédente. L'affaire est reprise par son fils Piero, alors âgé de 26 ans. Iso présente au Salon de Francfort la S4, une berline de prestige, qui sera rebaptisée Fidia quelques mois plus tard. Giorgetto Giugiaro, auteur des lignes des précédentes Iso Rivolta  GT 300 et Grifo, a de nouveau été sollicité pour dessiner cette grande berline.


Iso S4/Fidia

Pininfarina s'essaye à quelques réalisations osées sur la base de la récente 206 GT de série. La Pininfarina Dino Berlinetta Prototipo Competizione est un prototype imaginé sur le thème de l'aérodynamique. Des études en soufflerie ont déterminé l'emplacement des volets déflecteurs chargés de plaquer horizontalement la voiture au sol à grande vitesse. Celui de l'avant est réglable à l'arrêt tandis qu'à l'arrière il peut être commandé en marche par le pilote, au moyen d'un câble.


Pininfarina Dino Berlinetta Prototipo Competizione

La Volvo 144 est disponible depuis août 1966. Le constructeur suédois adopte avec cette voiture qui remplace la série Amazon un nouveau système de numérotation logique, dans lequel le deuxième chiffre indique le nombre de cylindres et le troisième et dernier le nombre de portes. La version deux portes, désignée 142, est disponible depuis juin 1967, et elle fait ici sa première apparition sur un grand salon international. La dernière du trio, le break 145, sera disponible en mars 1968.


Volvo 144

Le seul japonais présent à Francfort est Honda avec sa N600, une concurrente pour la Mini, qui s'apprête à monter à l'assaut de l'Europe. Elle est équipée d'un 598 cm3 de 45 ch, et complète l'offre du constructeur qui vend déjà au compte goutte sa N360, plus modestement motorisée. Honda est une marque automobile jeune, puisque son premier modèle, le pick-up T360, n'est commercialisé que depuis 1963. A partir de 1972, la Civic fera de Honda un grand exportateur, sans qu'il atteigne pour autant les niveaux de Nissan ou de Toyota.


Honda N600

Sommaire de la rubrique Salon - Retour au sommaire du site