Sixten Sason



Sixten Sason - Suède - 1912 / 1967


Années 20/30

Sixten Sason est né le 12 mars 1912 à Skövde en Suède. Son père, sculpteur de pierre, finance ses études à Paris, où il apprend la peinture. Il y côtoie un groupe d'artistes suédois vivant dans la capitale. Pour se démarquer, il choisit un nom d'artiste, Sason - inspiré par le mot espagnol sazón qui désigne l'assaisonnement - moins banal qu'Anderson, son vrai nom. Le jeune homme se passionne pour la lecture des " comics " américains, et collabore déjà avec des magazines spécialisés comme Svensk Motor Tidning et Motornyheterna. Il produit des schémas et des illustrations représentant des voitures, des motos, des bateaux et des avions.

En 1928, il est embauché dans une des filiales de l'industriel Husqvarna. Un membre du personnel aperçoit ses dessins de motos, et choisit de les adresser au siège de l'entreprise. Un poste lui est aussitôt proposé au sein du bureau d'études de cette entreprise à la gamme de produits très étendues. 

En 1930, alors qu'il effectue son service militaire comme pilote dans l'Armée de l'Air suédoise, il est victime d'un crash d'avion. L'un de ses poumons est percé. Il va passer plusieurs mois à l'hôpital. Sa carrière militaire est stoppée net. Pendant sa très longue convalescence qui dure jusqu'en 1939, il prend des cours par correspondance pour devenir ingénieur, et poursuit parallèlement ses activités d'illustrateur pour diverses publications, liées au monde de l'automobile ou non. Créatif, il aime traduire par le biais de ses dessins sa vision de l'avenir. Cela peut concerner des objets usuels, mais aussi des immeubles, des ouvrages d'art, ou la conception des villes dans leur ensemble. 

Pendant la guerre

En 1939, il est recruté par l'avionneur Saab. On lui confie la réalisation des vues " éclatées " des moteurs, domaine dans lequel il excelle. Il participe à la conception des manuels d'utilisation pour les avions de chasse. 

Après-guerre

A la sortie du conflit, il crée son propre cabinet de design, Sason Design AB, et travaille pour une multitude de grandes entreprises. Pour Husqvarna il dessine des tronçonneuses, des machines à coudre (la fameuse Zig Zag), des fers à repasser d'une extrême sobriété, des équipements de cuisine, mais aussi le modèle de moto Silverpilen, une deux temps légère de 175 cm3 commercialisée à partir de 1955.


Husqvarna Silverpilen, 1955

Pendant la guerre, des agents du renseignement suédois apportent à Victor Hasselblad, expert reconnu de la photographie, un appareil pour photos aériennes d'une puissance impressionnante récupérée à bord d'un avion allemand abattu. Hasselblad sollicite Sixten Sason afin d'en dériver une version civile qui fait ses débuts commerciaux en octobre 1948 sous la désignation Hasselblad 1600F


Hasselblad 1600 F

Il entreprend une longue et riche coopération avec le fabricant suédois d'électroménager Elektrolux (transformé en Electrolux à partir de 1957), pour qui il dessine des réfrigérateurs, des aspirateurs, des cireuses, etc ...


Différents projets pour Electrolux

Saab et Sixten Sason poursuivent leur collaboration à la fin de la guerre. L'industriel songe à se  diversifier vers l'automobile pour compenser la baisse des activités militaires. Une petite équipe d'une vingtaine de personnes est constituée pour mettre en oeuvre cet ambitieux projet. Parmi eux, Sixten Sason a la charge d'imaginer ce à quoi pourrait ressembler une Saab sur quatre roues. Ses premières esquisses sont réalisées en 1945. L'accent est mis sur l'aérodynamisme des formes. Il n'y a pas de doute, l'origine aéronautique saute aux yeux. C'est un gage de sérieux pour une automobile. Dans les années 40, peu de constructeurs ont les moyens de recourir à des essais en soufflerie.


Projet pour Saab, 1947

Pour réduire la résistance à l'air, Sixten Sason parvient à éviter l'écueil qui consiste à dessiner des formes longues synonymes d'alourdissement. Les sièges arrière situés particulièrement bas ont permis d'adopter une ligne de pavillon pentue et élégante. La Saab 92 est présentée à la presse le 10 juin 1947, qui salue cette réalisation à la fois audacieuse et ingénieuse. Désormais, la Suède va compter deux constructeurs automobiles majeurs, Volvo et Saab.


Saab 92

Les grands constructeurs américains sont impressionnés par les travaux de Sixten Sason. Ils tentent de s'offrir les talents du jeune ingénieur qui décline ces propositions, arguant d'une mauvaise maîtrise de la langue anglaise.

Années 50

Dans les années 50, Sixten Sason AB Design reste une petite structure. Sixten Sason est assisté par Peter Maddock, un architecte anglais, et à partir de 1960 par Björn Envall, un jeune homme formé à l'Académie des arts appliqués et qui deviendra quelques années plus tard le chef du département du design de Saab à Trollhättan.

Sixten Sason poursuit son travail pour Saab en envisageant la descendance de la 92. La 93 dévoilée le 1er décembre 1955 est une évolution raisonnée de sa devancière, avec un nouveau bloc moteur. La face avant est entièrement redessinée. Elle arbore une calandre verticale encadrée par des baguettes chromées. Plus statutaire, celle-ci rend obsolète l'ancien visage un rien boudeur de la 92. 


Saab 93

Les succès de la 92 sur différentes compétitions incitent Saab à concevoir une voiture de sport en conservant la même base mécanique. Sixten Sason dessine un élégant roadster aux lignes fluides et surbaissées baptisé Sonett. La voiture est officiellement présentée au Salon de Stockholm 1956. Elle ne dépassera pas toutefois le stade des cinq prototypes assemblés.


Saab Sonett

Le break 95 est commercialisé au printemps 1959. C'est la première fois que Saab propose autre chose qu'une berline deux portes. Sixten Sason a conçu une voiture conciliant esthétique et fonctionnalité, sans trahir la philosophie si particulière de la marque. Dans le cas présent, il semble s'être inspiré du break Chevrolet Nomad de 1955, en osant même de timides ailerons à la manière US. Cette influence n'est pas gratuite. Le break 95 devra en effet trouver une partie de sa clientèle au pays de l'Oncle Sam.


Saab 95

Années 60

La 96 succède à la 93 en février 1960. Le dessin de la voiture a été retouché dans sa partie arrière, offrant une banquette arrière élargie et une garde au toit plus généreuse. Même le volume du coffre est accru. La lunette arrière panoramique permet de gagner en visibilité, grâce à une superficie qui a progressé de 117 % !


Saab 96

En août 1964, toute la partie avant est redessinée. Avec ses nouveaux pare-chocs, la 96 est plus longue de 15 centimètres. La calandre est usinée en acier inoxydable. Elle est désormais fixe, alors qu'auparavant elle se soulevait avec le capot moteur.


Saab 96, avec avant redessiné

La Sonett II présentée en 1965 n'a pas été dessinée par Sason. Bien que consulté sur ce nouveau projet, la direction de Saab a préféré l'étude concurrente d'une designer indépendant de Stockholm, Björn Karlström. L'esthétique très personnelle de la Sonett II ne manquera pas de susciter la controverse. Cela ne sera pas une réussite sur le plan commercial.


Sason, le deuxième à partir de la droite, en 1965, avec le staff de Saab.

A peine la 92 a t'elle été lancée qu'a débuté l'étude de la future génération de berline. Naturellement, Sixten Sason est impliqué dans ce projet. Il travaille dès 1954 sur différentes hypothèses. Cela va de la petite voiture citadine jusqu'au break plus vaste. Les idées fusent. Il est finalement décidé en 1962 que la future Saab sera une familiale. Les lignes de celle qui se fera appeler 99 se font de plus en plus précises. Elle possèdera un avant bas et un arrière haut. Björn Envall et Sixten Sason travaillent main dans la main sur son étude. La 99 sera présentée fin 1967, quelques mois après le décès de Sason.


Sketch Saab 99 par Sixten Sason

La disparition de Sixten Sason le 1er avril 1967 prive Saab de son styliste. Sa santé était restée fragile après son accident d'avion. Pour relancer la Sonett dans une version III, le constructeur  va s'adresser au designer italien Sergio Coggiola.

Plus d'un demi-siècle après sa disparition, Sixten Sason est toujours considéré comme l'un des plus grands designers industriels de son pays, les voitures n'ayant constitué qu'une part de son portefeuille créatif.

Sixten Sason

Trombinoscope - Retour au sommaire du site