Bentley Mulsanne et dérivés (1980-1999)

1. Bentley Mulsanne (1980-1987)
2. Bentley Mulsanne S (1987-1992)

1. Bentley Mulsanne (1980-1987)

« Bentley reprendra sa place ! », déclarait David Plastow, directeur général, aux membres du Bentley Drivers Club à la fin des années 70. Progressivement, le groupe allait développer une stratégie cohérente destinée à faire renaître la marque Bentley. Une société indépendante, la " Bentley Motors Ltd " voyait le jour.


David Plastow

La Mulsanne fut présentée en 1980. Elle était animée par le traditionnel V8 maison de 6,75 litres. L'équivalent chez Rolls Royce portait le nom de Silver Spirit.

La Bentley Mulsanne tirait son nom de la célèbre courbe Mulsanne du circuit de la Sarthe sur lequel les Bentley écrivirent une partie de l'histoire de la course automobile entre 1924 et 1930, en remportant à cinq reprises les 24 Heures du Mans. La dénomination Mulsanne constituait un abandon significatif de la pratique traditionnelle qui voulait que l'on ajoute une lettre de l'alphabet en suffixe. Depuis 1952, les voitures de la marque utilisaient des caractères tels que R, S puis T pour désigner les différentes séries de modèles.

La Mulsanne était dotée de lignes aérodynamiques et modernes dont la surface vitrée était accrue de 30% par rapport à la précédente génération T2. La carrosserie était plus large et plus basse que celle de sa devancière. Les feux avant adoptaient des formes rectangulaires. La voiture était capable d’atteindre 193 km/h. Disponible en version normale ou en version longue (LWB), elle fut fabriquée jusqu'en 1987 à respectivement 482 et 49 exemplaires.


Version américaine de la Mulsanne avec ses doubles optiques sans vitre de protection

La forte demande initiale fut malheureusement ralentie par une récession économique mondiale, mais Bentley s’était préparé à la reprise avec un modèle encore plus puissant.

2. Bentley Mulsanne S (1987-1992)

La Mulsanne S qui succédait à la Mulsanne fut produite pendant cinq ans à partir de 1987, avec des caractéristiques sportives accrues et un tableau de bord dérivé de la version Turbo R. La production fut de 905 unités en version normale, de 61 en version longue et de 2 Limousines. Les voitures postérieures à 1989 se distinguaient à leurs quatre phares indépendants (au lieu de deux).


1. Bentley Mulsanne Turbo (1982-1985)
2. Bentley Turbo R (1985-1997), RT (1997-1999)
3. Bentley Turbo R Sport (1996)
4. Bentley Turbo S (1994-1995)
5. Bentley Mulliner Park Ward

1. Bentley Mulsanne Turbo (1982-85)

En mars 1982, la Mulsanne Turbo était présentée au salon de Genève. Grâce à son Turbo-compresseur Garett, elle atteignait 217 km/h (contre 192 km/h pour la Mulsanne normale) et pouvait accélérer de 0 à 100 km/h en 7 secondes, plus vite que certaines Ferrari. La puissance du V8 de 6,75 litres faisait un bon de 50 % environ. Les Bentley se démarquaient enfin des Rolls Royce ! Ce moteur n'était en effet disponible que sur les Bentley. La Mulsanne Turbo signait vraiment la renaissance de la marque. La Turbo se distinguait extérieurement par sa grille de radiateur peinte dans la couleur de la carrosserie. Elle était dotée de pneus plus larges. La consommation moyenne s'élevait à plus de 20 litres aux 100 km.

Cette voiture, disponible en empattement court (l'équivalent de la Rolls Royce Silver Spirit) ou long (l'équivalent de la Rolls Royce Silver Spur) fut diffusée à 520 exemplaires (dont 24 à empattement long). Elle répondait à l'objectif du groupe qui était d'accroître la quote-part de la marque Bentley par rapport à Rolls Royce, et permettait à nouveau de répondre à la désignation de " The silent sports car " qui avait été attribuée à Bentley depuis 1933.

C'est en 1974 que les ingénieurs de Rolls Royce se lancèrent dans l'étude des avantages qu'offrirait la turbo alimentation appliquée au moteur V8 qui équipait tous les modèles Rolls Royce et Bentley depuis 1959. Ce n'est cependant qu'en 1977 que commença la mise au point de la turbo alimentation du moteur destiné à équiper la Bentley Mulsanne.

2. Bentley Turbo R (1985-1997), RT (1997-1999)

La suralimentation restait au goût du jour quand la Mulsanne Turbo fut remplacée par la Turbo R. Cette nouvelle venue bénéficiait d'un amortissement piloté pour améliorer sa maniabilité et sa tenue de route. Le R de la Turbo R correspondait d'ailleurs à Roadholding ... " tenue de route " en français. La puissance s'élevait désormais à plus de 300 ch, et permettait à la Turbo R d'atteindre les 220 km/h. Elle fut exposée pour la première fois au salon de Genève 1985.

Esthétiquement, la Turbo R se singularisait par ses jantes en alliage léger (une innovation chez Bentley) et par son imposant spoiler avant. Cela restait tout de même une voiture au style discret, qui ne permettait pas de présager au premier abord de ses performances impressionnantes.

La Turbo R devint l’une des Bentley les plus vendues au cours des neuf années suivantes, avec un total de 5864 voitures (dont 1211 à empattement long). C'est sans conteste l'une des voitures qui a permis à la marque Bentley de passer d'une part presque insignifiante de 5 à 6 % de la production de l'entreprise Rolls Royce Motor Cars au début de la décennie, à nettement plus de 50 % en 1992.

A cette époque, il était aussi devenu de meilleur goût de rouler " discrètement " dans une Bentley plutôt qu'à bord d'une Rolls Royce avec sa très ostentatoire Flying Lady. La Turbo R fut remplacée en 1995 par la " new " Bentley Turbo R, et produite dans cette version jusqu'en 1997 à 1366 exemplaires, dont 823 à empattement long.

La " new "Turbo R évoluait en Turbo RT en 1997. Elle gagnait en couple et en puissance, et passait de 0 à 100 km/h en moins de 6 secondes, avec une vitesse maximum de 240 km/h. Elle fut produite à 252 exemplaires. La calandre adoptait la grille déjà vue sur la Eight et la Brooklands R. En option, l'acheteur pouvait tout de même choisir la classique calandre à ailettes.

3. Bentley Turbo R Sport (1996)

Présentée au salon de Genève 1996, la série spéciale Bentley Turbo R Sport - trente exemplaires produits en 1996 - était une version encore plus exclusive de la Turbo R dotée d'un couple énorme.

L'acquéreur pouvait opter soit pour un tableau de bord en fibre de carbone, soit pour la version en ronce de noyer. Les artisans de Mulliner avaient créé de nouveaux sièges au style sportif qui se combinaient à un volant et à un pommeau de levier de vitesse dans le même esprit. La voiture se caractérisait extérieurement par de nouvelles roues à cinq branches. La Turbo R était dotée d'un équipement de navigation par satellite, d'un freinage particulièrement performant, et d'un système électronique d'assistance à la traction. Contrairement à la Turbo R, la Turbo R Sport n'était disponible qu'en châssis court. Elle était réservée aux marchés européens.

4. Bentley Turbo S (1994-1995)

Cette version particulièrement performante fut produite volontairement à un nombre limité de 60 exemplaires en 1994 et 1995. La compagnie s'attendait à ce que la rareté de cette Turbo S la rende attrayante pour les collectionneurs et amateurs de performances élevées.

Le moteur qui s'inspirait de la technologie de la Formule 1 et ses pneumatiques lui permettaient d'atteindre 250 km/h, avec des accélérations dignes d'une GT italienne. Le style extérieur de la Turbo S se distinguait par une version surbaissée de la calandre Bentley, des pare-chocs intégraux et enveloppants, et des roues ajourées en aluminium.

5. Bentley Mulliner Park Ward

Mulliner Park Ward, le département carrosserie de Rolls Royce et Bentley, pouvait apporter à l'acquéreur de tout modèle Bentley une touche supplémentaire d'individualité. Sur demande, des améliorations pouvaient être apportées à l'extérieur, à l'intérieur, voir à la mécanique. En sa qualité de service sur mesure, aucune des commandes réalisées par Mulliner Park Ward ne se ressemblaient. L'acheteur puisait à sa guise dans toute une gamme de possibilités de personnalisation, du plus petit mais significatif des détails, comme un monogramme en argent incrusté dans la boiserie en ronce de noyer des panneaux de porte, à une décoration complètement revue de l'habitacle.


1. Bentley Eight (1984-1992)
2. Bentley Brooklands (1992/1999)
3.
Bentley Brooklands R (1997/1998)

1. Bentley Eight (1984-1992)

Quelques années après le creux de la vague, lorsque l'on se posait sérieusement la question de savoir s'il ne fallait pas éventuellement mettre un terme à la production des Bentley, la présentation de la nouvelle Eight, aidée par la Mulsanne Turbo, représentait un autre pas important dans la renaissance de la marque.

Cette berline 4 portes à alimentation atmosphérique était dotée d’un garnissage intérieur simplifié, d’une calandre de radiateur grillagée chromée (une évocation de l’âge d’or de Bentley) et d’une suspension plus dure que la Mulsanne qui lui conférait un caractère sportif marqué. Pudiquement, le dossier de presse de l'époque indiquait que certains détails de l'équipement spécifiquement axés sur le luxe avaient " marqué le pas " pour satisfaire aux impératifs du " understatement " sportif. Les brochures évoquaient un programme d'équipement "compact". Bentley préférait privilégier le plaisir de la conduite par rapport au luxe.

Ce modèle initialement destiné au marché britannique connut un tel succès que sa commercialisation fut étendue aux marchés européens et aux Etats Unis. La Eight fut produite jusqu’en 1992 en 1734 exemplaires. Elle s'adressait à une clientèle certes aisée, mais plus jeune. Un modèle d'accès à la marque en quelque sorte. En 1985, la Eight était vendue 680 000 francs en France, contre plus de 800 000 francs pour la Mulsanne.

2. Bentley Brooklands (1992/1998)

En 1992, la berline quatre portes Bentley Brooklands à alimentation atmosphérique remplaçait la Mulsanne S et la Eight. Elle alliait " une habitabilité et un confort de niveau élevé à une excellente souplesse et agilité en virage ". Tout comme la Eight, il s'agissait d'un véhicule de conquête, puisqu'un modèle sur trois était acheté par une personne n'ayant jamais possédé de Bentley ou de Rolls Royce. Il fut produit 1620 Bentley Brooklands, dont 191 sur châssis long. A l'instar de la Mulsanne, la Brooklands rappellait également un nom de circuit sur lequel la marque Bentley avait glané des succès inoubliables durant les années trente.

3. Bentley Brooklands R (1997/1998)

La Bentley Brooklands R commercialisée à partir de 1997 progressait dans les domaines des suspensions et du freinage. L'acheteur pouvait choisir entre une calandre grillagée et une calandre à ailettes. Sa puissance de 300 ch lui permettait d'atteindre 225 km/h. Il fut fabriqué 100 Brooklands de ce type R.

Quesako - Sommaire du site