Audi TT Le Mans

Audi peut faire état d’un riche palmarès sur les pistes du monde entier. Après les succès sur lesquels se sont conclus les rallyes des années quatre-vingt, puis la réussite de la marque en tourisme et grand tourisme, l’engagement des voitures de la marque dans la catégorie des sport prototypes représenta un défi important posé à ses techniciens compétition.

C'est en 1998 qu'Audi décida de courir au Mans, en commençant à concevoir un prototype qui donna naissance aux R8. La première tentative de 1999 fut récompensée par une troisième et une quatrième place. L'engagement pour 2000 était alors devenu évident, avec pour objectif la victoire.

Si Audi conservait les hommes, le team faisait évoluer son dispositif avec trois voitures découvertes. Totalement remaniées, les R8 menèrent un train d'enfer, et leurs poursuivants n'eurent même pas l'opportunité de monter sur le podium. Audi en s'offrant le triplé rejoignait ainsi Jaguar, Porsche et Peugeot dans le cercle fermé des constructeurs ayant placé trois voitures sur le podium. Et  pour prouver que cette victoire n'était pas le fruit du hasard, deux voitures officielles signèrent encore le doublé lors de l'édition 2001 de la course mancelle.

C'est dans ce contexte, et avant la nouveau triplé de 2002, que la marque allemande décida de commercialiser, sur le marché français exclusivement, la TT Le Mans. Sa production fut volontairement limitée à vingt exemplaires numérotés. Audi reprenait les caractéristiques de base du Roadster 225 ch, mais complétait l'offre par un équipement très complet d'origine Quattro Gmbh, sa filiale spécialisée dans la personnalisation des véhicules de la marque. L'idée était de souligner encore plus le caractère sportif du roadster, par l'ajout de suspensions sport abaissées, de jantes spécifiques en alliage, des phares au xénon, d'une sellerie intérieure deux tons rouge et noire, d'inserts aluminium sur la console, etc ...

Quesako - Sommaire