Alpine Le Mans

L'histoire d'Alpine au Mans est dense. Elle débuta en 1963 avec la M63, mais c'est en 1976 qu'une Alpine Renault Turbo s'aligna pour la première fois de manière officielle au départ des 24 Heures. La victoire fut au rendez vous à la troisième tentative, en 1978, avec les pilotes Jean Pierre Jaussaud et Didier Pironi. Les pères de cette aventure avaient pour nom Gérard Larrousse et Bernard Dudot. Cette victoire demeura cependant sans lendemain, puisque Renault Sport concentra ensuite tous ses efforts sur la Formule 1, avec les succès que l'on connaît. Mais le nom d'Alpine avait disparu !

C'est donc avec une certaine légitimité qu'Alpine proposa sur le marché en 1990 une version Le Mans de sa V6. Elle fut fabriquée à 325 exemplaires entre février 1990 et mars 1991. La Le Mans préfigurait le style de la future A 610 de 1991, avec ses ailes élargies, son museau retravaillé, et son arrière modifié de manière à englober les sorties d'échappement. Son équipement était particulièrement complet, mais ses performances demeuraient modestes face à une concurrence très sportive. En effet, pour des raisons de dépollution, le moteur V6 Turbo apparaissait dans une version catalysée de 185 ch (au lieu de 200).

Le cas Alpine était grave ! Sur le même stand du salon de Genève était exposée une Renault 25 Turbo de 205 ch ! Le monde à l'envers. Dans les faits, et compte tenu des progrès réalisés en terme de couple et dans la maîtrise de l'effet " turbo ", l'agrément de conduite s'en trouvait globalement renforcé. Mais à ce niveau de gamme, les chiffres de performances ont aussi leur importance. Pour compenser ces prestations modestes, le préparateur Danielson proposa une modification spécifique qui portait la puissance du moteur à 210 ch. Alpine en assurait la commercialisation.

Quesako - Sommaire