Peugeot 504 Coupé et Cabriolet

1. Une longue tradition

Peugeot a toujours proposé depuis la fin de la seconde guerre mondiale un coupé et / ou un cabriolet dans sa gamme. Ce furent d'abord le coupé et le cabriolet  203, suivi par le cabriolet 403 cher à l'inspecteur Columbo. Ces deux voitures ne pouvaient pas cacher leurs origines, tant leurs lignes générales s'inspiraient des berlines de base.


Peugeot 203 Cabriolet


Peugeot 403 Cabriolet

Le coupé/cabriolet 404 adoptait un dessin plus original, et ne partageait plus aucun panneau de carrosserie avec la berline correspondante. Il allait en être de même avec le coupé cabriolet 504.


Peugeot 404 Cabriolet

2. Pininfarina toujours présent

Pininfarina collaborait déjà avec Peugeot depuis une dizaine d'années quand le projet du coupé / cabriolet 504 débuta. Pininfarina proposait sa première maquette en novembre 1966. Le coupé et le cabriolet 504 étaient exposés au Salon de Genève en mars 1969, soit six mois après la présentation de la berline au Salon de Paris de 1968. Comparé à la berline, l'empattement était plus court de 19 centimètres et la longueur totale de la voiture inférieure de 13 centimètres. Le levier de vitesse était implanté au plancher, contrairement à la berline sur laquelle il était situé sur le tableau de bord. Cela donnait à l'auto une connotation plus  " sportive ".


Peugeot 504 Berline

Les Peugeot possédaient déjà une image de voitures sérieuses, construites par des gens sérieux pour des acheteurs sérieux. Ceux-ci, principalement issus des classes moyennes, étaient plutôt fidèles au constructeur sochalien. Les modèles Peugeot étaient dépourvus de toute excentricité. Pininfarina dut en tenir compte, afin de satisfaire son client français. Le dessin du coupé et du cabriolet 504 était d'un classicisme à toute épreuve, ce qui ne l'empêchait pas de présenter des lignes élégantes et épurées, avec un équilibre remarquable des proportions. La cassure disgracieuse du couvercle de coffre de la berline quatre portes était évitée. Outre l'étude de la voiture, Pininfarina se voyait confier la production de la nouvelle Peugeot de " grand tourisme " dans ses usines.


Peugeot 504 Coupé

3. Les évolutions mécaniques

Le coupé/cabriolet 504 fut initialement proposé avec un 4 cylindres de 1,8 litre à injection de 90 ch Din, le même que celui qui équipait la berline 504 Injection. Cela permettait à ce nouveau modèle d'atteindre 173 km/h. Par rapport au coupé / cabriolet 404 équipé d'un moteur de 1,6 litre, le coupé /cabriolet 504 opérait donc à une légère montée en gamme. Il était destiné à séduire une clientèle bourgeoise, à la recherche d'une automobile plus confortable que réellement performante. Pour cela, Peugeot estimait qu'il n'était nul besoin de recourir à des mécaniques très affûtées. Cela n'empêchait pas certaines évolutions bénéfiques.

Au salon de Paris en 1970, le coupé / cabriolet 504 adoptait comme la berline un nouveau moteur deux litres à injection de 97 ch Din qui développait 104 ch. Le couple et la vitesse de pointe s'en trouvaient sensiblement améliorés (179  km/h au lieu de 173). Sur les modèles 1975, le quatre cylindres de 2 litres était suspendu, et remplacé par le tout récent V6 PRV de 2664 cm3 et 136 ch Din, étudié en collaboration avec Renault et Volvo.

Le V6 PRV ne présentait pas que des avantages. Sa gourmandise en carburant, son prix élevé, son entretien coûteux faisaient fuir une partie de la clientèle. Les services commerciaux regrettèrent ce choix du " tout 6 cylindres ". C'est ainsi que le quatre cylindres était de retour dans la gamme trois ans plus tard, à partir du millésime 1978. Désormais, l'acquéreur d'un coupé 504 avait le choix entre un 4 ou un 6 cylindres dont la puissance atteignait maintenant 144 ch Din grâce à l'injection. Le cabriolet devait se contenter du quatre cylindres dont la puissance avait été portée à 106 ch Din.


Peugeot 504 Coupé

4. Les évolutions esthétiques

Lors de l'adoption du V6 PRV en 1975, la voiture profitait de quelques améliorations esthétiques. La calandre perdait ses barrettes chromées. Les quatre phares étaient remplacés par un ensemble bloc optique plus moderne. Les feux arrière auparavant disposés en biais étaient désormais englobés dans un rectangle.


Peugeot 504 Cabriolet

Au Salon de Paris de 1979, le coupé/cabriolet 504 bénéficiait pour la seconde fois de quelques retouches esthétiques. Des pare chocs en polyuréthanne de la même teinte que la carrosserie faisaient leur apparition sur les modèles à peinture métallisée (ils étaient noirs sur les autres voitures). Dans l'habitacle, le tableau de bord et la console centrale étaient habillés d'une boiserie en loupe d'orme du plus bel effet. Le coupé V6 recevait des jantes en alliage en septembre 1980 (disponibles en option sur les quatre cylindres). La production du coupé/cabriolet 504 cessait en avril 1983.


Peugeot 504 Coupé

4. Une carrière discrète

La carrière discrète du coupé/cabriolet 50 4 s'est étalée sur quatorze ans. Peugeot n'a jamais fait d'efforts particuliers pour promouvoir ce modèle. Une voiture dotée d'un meilleur équipement et d'une finition plus en rapport avec le niveau de gamme (sauf en fin de carrière) aurait sans doute permis de séduire une plus large clientèle. Le coupé / cabriolet 504 n'a pas eu a attendre longtemps pour devenir une véritable voiture de collection. Cette série de 504 a été produite en 16746 exemplaires pour le coupé et 7211 exemplaires pour le cabriolet.

Quesako - Similitude - Sommaire du site