Subaru Impreza

1. Subaru, des origines aéronautique

Nakajima Aircraft était un important groupe industriel fondé en 1917, spécialisé dans le domaine aéronautique. A l'issue d'une réorganisation intervenue en 1953, cinq des douze sociétés qui composaient cet empire se regroupaient sous la raison sociale Fuji Heavy Industries, dont la vocation était de produire des avions, des hélicoptères, des poids lourds, des chariots de manutention et des automobiles.

2. Les premières automobiles Subaru

Une première voiture du groupe Fuji Heavy était présentée en 1954. Cette berline d'aspect plutôt conventionnel était animée par un quatre cylindres de 1,5  litres. Elle fut baptisée Subaru 1500, du nom japonais de la constellation des Pléiades. Le premier modèle à être produit en grande série fut la Subaru 360. Une nouvelle législation japonaise était très favorable aux automobiles de moins de 360 cm3 et de moins de 3 mètres. La 360 présentée en mars 1958 et produite à partir de mai 1959 répondait à ces critères . La mécanique bicylindres installée à l'arrière développait 25 ch Din, et permettait d'atteindre 110 km/h.


Subaru 360

Sa remplaçante, la R2, était diffusée à partir de 1969. La 360 s'éclipsait en 1972. Subaru maintenait dans sa gamme des modèles à moteur arrière jusqu'en 1981, tandis que les bicylindres ne faisaient leurs adieux qu'en 1988.


Subaru R2

Une nouvelle voiture était présentée par Subaru en octobre 1965. Cette 1000 était une petite berline quatre portes à traction avant, aux lignes modernes. Il s'agissait du premier modèle d'une longue lignée qui s'étend jusqu'à nos jours.


Subaru 1000

3. Un constructeur atypique

Subaru est toujours demeuré dans l'ombre des grandes marques telles que Honda, Mitsubishi, Toyota ou Nissan. Sa notoriété actuelle tient beaucoup à sa spécialisation dans le domaine des voitures à quatre roues motrices, non pas des 4 x 4 haut perchés, mais de discrets breaks et berlines de tourisme aptes à affronter les routes les plus escarpées de montagne dans de difficiles conditions climatiques. Subaru a joué un rôle de promoteur de la transmission intégrale appliquée à ce type d'automobiles, bien qu'avant Audi ne se penche sur la question. Le break Leone présenté en septembre 1972 constituait la première étape d'un concept que la marque développe depuis. 


Subaru Leone, 1972

Une autre caractéristique des moteurs Subaru était de disposer d'une architecture de type " boxer ", qui consiste à disposer les cylindres à plat, opposés l'un à l'autre.

4. Les débuts de l'Impreza

La Subaru Impreza était dévoilée au salon de Tokyo en 1992 pour succéder à la Leone, et c'est avec cette voiture que la marque japonaise allait débuter sa véritable percée sur les marchés européens. La transmission intégrale faisait partie de l'équipement de base. Subaru installait une filiale en France cette même année 1992. Jusqu'alors, seule la société de René Baboulin avait importé quelques unités dans l'hexagone à titre isolé, sans être accrédité par Fuji Heavy. L'Impreza succédait aux Legacy dans les grands rallyes. Les trois titres au Championnat du Monde en WRC en 1995, 1996 et 1997 firent énormément pour la renommée de l'Impreza et de Subaru en général. Deux carrosseries étaient proposées au catalogue : une berline quatre portes et un élégant break cinq portes. La version GT Turbo de 211 ch servait dès le début de locomotive à la gamme. Elle était disponible avec les deux carrosseries.


Subaru Impreza, première version

5. Les évolutions de l'Impreza

L'Impreza bénéficiait d'un important lifting fin 2000. Les optiques avant rectangulaires étaient remplacés par des phares ronds. La variante sportive portait désormais le nom de WRX. Avec ses 218 ch, la WRX était la vedette de la gamme en France, où elle a représenté à elle seule jusqu'à 45 % des ventes. Son excellent rapport prix / performances contribuait à cette réussite.


Subaru Impreza, 2000

La nouvelle WRX STi de 265 ch, vendue parallèlement à la WRX, était disponible uniquement en version quatre portes à partir de 2002. Elle présentait un aspect encore plus radical avec ses jantes en alliage couleur or et son imposant aileron arrière. Fin 2002, l'Impreza était de nouveau restylée. La principale différence se situait au niveau de la face avant dotée de nouveaux phares à double optique. La puissance de la WRX passait à 225 ch.


Subaru Impreza, 2002

Depuis 2005, il peut vous arriver de rencontrer ... ou de vous faire rattraper par des Impreza WRX bleues sur autoroute. Les brigades d'intervention rapide de la gendarmerie ont en effet remplacé leur anciennes Peugeot S 16 contre soixante treize de ces berlines japonaises, spécialement aménagées chez Gruau. Après les lifting de 2000 et 2002, l'Impreza était de nouveau retouchée en 2005, avec de nouveaux phares et une calandre en trois parties. Les WRX et WRX STi gagnaient en puissance, avec respectivement 230 ch et 270 ch. 


Subaru Impreza, 2005

En 2007, Subaru présentait une nouvelle mouture de l'Impreza, totalement différente des précédents modèles.


Subaru Impreza, 2007

6. Une présence discrète en France

La part de marché de Subaru en France a toujours été relativement modeste, 300 à 500 voitures les premières années, 2000 à 2500 voitures de 1999 à  2002. Actuellement, la marque se stabilise aux environs de 1500 exemplaires  vendus par an. Un manque de notoriété malgré les victoires passées en compétition, des voitures très sophistiquées destinées à de vrais connaisseurs, ainsi que l'absence de Diesel expliquent ces petits volumes.

Quesako - Similitude - Sommaire du site