Laraki Fulgura

1. Première présentation en mars 2002

C'est au salon de Genève de 2002 que fut présenté pour la première fois leconcept car Laraki Fulgura, qui avait pour origine un pays que l'on a pas l'habitude d'associer à la création d'automobiles et encore moins de super cars : le Maroc. Le design extérieur du prototype associait des lignes acérées et douces. L'avant évoquait la Ferrari 360 tandis que la silhouette rappelait le prototype Lamborghini Cala.

2. Abdeslam Laraki

L'initiateur du projet, Abdeslam Laraki, est l'héritier d'une riche famille marocaine qui possède des activités dans la pêche hauturière, l'importation de camions et d'automobiles. C'est un ancien élève de l'école de design Espera de Sbarro, mais il a aussi fréquenté l'Art Center de Vevey et le Strate Collège d'Issy les Moulineaux. Pour dessiner les lignes de la Fulgura, Laraki n'a pas eu à faire appel à de grands designers extérieurs. Il s'est néanmoins entouré d'une équipe d'une dizaine d'ingénieurs marocains de divers horizons.


Laraki Fulgura

3. Les évolutions de la Fulgura

Laraki revenait à Genève en 2003 avec la même voiture, revue et améliorée. Si le premier prototype de 2002 s'appuyait sur une mécanique Lamborghini Diablo, la version de Genève 2003 était équipée d'un V8 Mercedes. La Fulgura illustrée ci-dessous était exposée au Mondial de Paris 2004. Elle avait évolué esthétiquement, en adoptant un dessin encore plus agressif, et un V 12 Mercedes de 680 ch. Laraki annonçait à l'époque du salon de Genève 2005 une commercialisation imminente au tarif de 300 000 euros, et une production de 99 voitures étalée sur quatre ans.

4. Un marché difficile

Nombreux étaient au début du nouveau millénaire les candidats souhaitant investir le marché des supercars. Il s'agit d'une niche où il est difficile de s'imposer, et où la notoriété joue un rôle majeur. Le chemin est long et semé d'embûches pour atteindre le prestige de Porsche, Lamborghini ou Ferrari.


Laraki Fulgura

Quesako - Similitude - Sommaire du site