Simca Océane et Plein Ciel

1. Les Simca Sport de l'après guerre

La première Simca 8 Sport fut commercialisée en 1948 et produite jusqu'en 1952. Elle fut alors remplacée par la Simca 9 Sport, qui conservait la même esthétique générale après une adaptation des lignes aux dimensions du nouveau châssis de l'Aronde.


Simca 9 Sport

Cette Simca 9 Sport disponible uniquement en coupé connut une carrière de courte durée, puisqu'une nouvelle carrosserie dessinée et produite en France fut dévoilée au salon de Paris en 1952. La nouvelle venue était le fruit d'une collaboration entre Facel et Simca. Elle était disponible dans un premier temps en coupé. En 1954, un cabriolet Week-end rejoignait le coupé désormais dénommé Coupé De Ville. Cette gamme se maintenait au catalogue jusqu'en 1956, avant d'être totalement redessinée.


Simca Coupé De Ville


Simca Cabriolet Week-end

2. Une nouvelle gamme inspirée de la Thunderbird

Un nouvelle gamme fut présentée au salon de Paris en 1956. Désormais, et à l'image d'autres réalisations européennes (DKW et Sunbeam), le cabriolet Océane et le coupé Plein Ciel s'inspiraient des récentes productions américaines, et en particulier de la Ford Thunderbird de 1954. L'appellation Plein Ciel pour un coupé pouvait paraître inappropriée. En réalité, ce nom faisait référence à son pare-brise panoramique, une première chez un grand constructeur français, supposé apporter une grande luminosité dans l'habitacle et une meilleure visibilité de la route et du ciel !


Simca Cabriolet Océane


Simca Coupé Plein Ciel

Outre ce pare-brise, le style de ces deux nouvelles voitures était caractérisé par une calandre béante, des visières de phares, et de petits ailerons arrière. Avec des investissements limités, les stylistes de Simca et de Facel avaient réussi à imaginer des automobiles aux lignes différentes de leurs aînées. Par rapport à la Thunderbird, on pouvait leur reconnaître des formes plus douces, une sorte de compromis entre les styles d'influence américaine et italienne. Le pare-brise panoramique très à la mode durant la seconde moitié des années 50 allait cependant rapidement " dater " la voiture.

3. Pour la clientèle des quartiers chics

Simca visait toujours la clientèle féminine aisée des beaux quartiers, où malgré son prix élevé, la voiture plaisait avec son style très à la mode et ses couleurs vives. La production des Océane et Plein Ciel était marginale pour Simca, et ne représentait pas plus de 2 % de son activité. Mais ces sportives contribuaient à la notoriété de la marque de Poissy.

Elles furent produites jusqu'à la fin de l'année 1961 en tant que modèle 1962, et ceci sans retouche significative. Des modèles plus modernes, tels la Renault Floride ou les cabriolets Fiat 1200/1500, rentraient désormais en concurrence avec la Simca vieillissante. 

4. Un coup rude pour Facel

Un total de 1424 exemplaires tombèrent de chaîne en 1961. Pour les finances de Facel, l'abandon de cette gamme fut un coup rude. Un projet de coupé sportif sur base Simca 1000 fut proposé à l'époque par Daninos,  mais il fut écarté au profit de la proposition du carrossier italien Bertone mis en concurrence. Le Coupé Simca 1000 de Bertone fut présenté au salon de Genève en mars 1962.

Quesako - Similitude - Sommaire du site