Monteverdi 375 S Fissore

1. Les Monteverdi de Fissore

Monteverdi se heurtait à l'impossibilité qu'avait Frua de fournir en nombre suffisant des carrosseries pour sa 375, et dut donc se tourner vers un autre sous traitant, en l'occurrence la maison Fissore. La première Monteverdi carrossée par Fissore fut présentée au salon de Genève en mars 1969. Ce coupé 2 + 2 conservait l'appellation 375 L, mais le style était totalement différent de la version Frua avec des dimensions supérieures et des lignes plus tendues.


Monteverdi 375 L par Fissore

Un an plus tard, la gamme était complétée avec la 375 S, qui ne proposait que deux places assises, et se voyait dotée d'une face avant avec des phares en retrait de la calandre. Ces voitures étaient dotées d'un V8 Chrysler de 7,2 litres et 380 ch SAE.


Monteverdi 375 S par Fissore

En mars 1972, la 375 S était remplacée par la Berlinetta, qui se distinguait par une calandre modernisée, plus fine, et des prises d'air sur les flancs.


Monteverdi Berlinetta

2. Epilogue

La production des Monteverdi est toujours demeurée confidentielle, ne dépassant pas les 60 à 80 voitures par an durant les plus belles années. Elles étaient vendues uniquement en Europe. Le marché américain et le respect de ses normes draconiennes n'était pas à la portée du petit constructeur suisse. Cet aspect des choses pouvait paraître paradoxale quand on sait que les mécaniques étaient d'origine Chrysler. Durant les années 70, Monteverdi continua à développer sa gamme de voitures performantes, avec la surpuissante Hai 450 SS, l'imposante berline 375/4 ou le cabriolet 375 C.

La crise pétrolière fit chuter le niveau des ventes du constructeur de Bâle aux environs de 40 unités en 1974 et à une vingtaine de voitures en 1975. Les dernières 375 sortaient d'usine en 1976, après avoir été produites à environ 200 exemplaires toutes versions confondues. Cela incita Monteverdi à changer son fusil d'épaule. C'est ainsi que ce constructeur aborda le créneau encore peu développé des 4 x 4 de luxe, un quart de siècle avant les BMW X5 ou autre Porsche Cayenne. Son best seller était alors le Safari, basé sur le véhicule américain International Scout, mais redessiné avec une certaine élégance. Ce 4 x 4 fut présenté à Genève en mars 1976. Le Sahara dévoilé deux ans plus tard était une version un peu moins élaborée.


Monteverdi Safari


Monteverdi Sahara

Une clientèle de fidèle réclamait encore une berline performante et bien finie. Cela donnait naissance à la Sierra qui fut exposée au salon de Genève en mars 1977. Elle reprenait la cellule centrale de la Plymouth Volare, mais avec un avant et un arrière redessinés dans un style plus européen. Il en fut dérivé un break et un cabriolet.


Monteverdi Sierra

En 1980, on vit un ultime prototype de coupé sur base Ford Granada au salon de Genève, puis un Range Rover transformé en version 4 portes. Monteverdi se manifesta une dernière fois à Genève en 1982 en proposant la Tiara, une Mercedes classe S maladroitement modifiée à l'avant et à l'arrière. Ce fut le dernier salon automobile pour la marque Monteverdi, après quinze années à servir des amateurs fortunés de belles automobiles.


Monteverdi Tiara

Quesako - Similitude - Sommaire du site