Peugeot 404 

1. La collaboration Peugeot Pinin Farina

Les premiers contacts entre Peugeot et Pinin Farina remontaient au début des années 50. A l'époque, Pinin Farina commençait son irrésistible ascension. La Cisitalia avait définitivement marqué les esprits, la collaboration avec Ferrari battait son plein, Pinin Farina s'exportait aux Etats Unis grâce aux accords avec Nash ... Mais il était aussi important pour l'entreprise italienne de nouer des relations durables avec de grands groupes industriels. C'est dans ce contexte que débuta la coopération entre la firme de Sochaux et le carrossier Turinois.

Georges Boschetti, responsable des " études carrosseries " chez Peugeot, avait toujours été séduit par la personnalité de Pinin Farina. Il le sollicita pour imaginer les lignes de la future Peugeot qui devait remplacer la 203. Pinin Farina abandonnait les influences stylistiques américaines d'avant guerre qui avaient donné forme au dessin de la 203, et adoptait pour la 403 le modèle italien, aux lignes fonctionnelles, sobres et élégantes. La 403 fut présentée en 955, et connut immédiatement un énorme succès.

2. Les dénominations Peugeot

Peugeot déposa lors de la présentation de la 201 en 1929 le droit de désigner ses futurs modèles par un nombre à trois chiffres avec un zéro central. La lignée " 40 " correspondait aux moyennes supérieures. Elle débuta avec la 401 en 1934, puis la 402 en 1935 et la 403 en 1955. Peu de constructeurs à travers le monde ont eu sur la durée une telle stabilité dans la désignation de leurs modèles.

3. La fin du modèle unique

Le modèle unique avait assez bien réussi à Peugeot depuis la fin de la guerre. Mais les dirigeants de la firme commençaient à douter de la pérennité de cette formule. Dès la fin des années 50, à mi parcours de l'étude de la 404, il fut décidé que la gamme Peugeot devait comporter au moins deux modèles. Le projet de la 204 était désormais sur les rails.

En mai 1960, Peugeot présentait sa 404 à la presse, le même mois que celui de la mise à l'eau du paquebot France, cela ne pouvait pas être qu'un hasard ! Peugeot accompagnait sa clientèle sans la bousculer vers des modèles de plus en plus puissants, plus cossus, plus modernes, plus puissants et plus chers. De la 7 CV 203, les clients passèrent à la 8 CV 403 puis à la 9 CV 404, avant de rouler dans des 10 et 11  CV 504.

4. Les cousines étrangères

La parenté avec les lignes des Morris Oxford et de leurs dérivés n'échappa alors à personne. Le lien avec les Fiat 1800/2100 n'était pas non plus trop difficile à établir. Toutes ces voitures avaient une origine commune, le prototype Lancia Florida de 1955. On peut s'interroger sur la bienveillance de Peugeot à l'égard de Pininfarina (en un seul mot depuis un décret présidentiel de 1961), qui ne se privait pas de vendre plusieurs fois la même idée à différents clients.


Peugeot 404

5. Séduire sans choquer

Une partie de la clientèle traditionnelle de Sochaux souhaitait un véhicule plus moderne, aux lignes nouvelles et pimpantes, mais il fallait aussi veillez à respecter l'image de Peugeot, fabriquant d'automobiles fiables et discrètes. La 404 osait toutefois sortir de la " monotonie " du blanc, gris et noir en proposant des teintes osées pour une marque habituellement austère, tel l'orange " tango " ou le bleu turquoise.

6. Leader en France

Le lancement commercial eu lieu à partir du salon de Paris, avec le millésime 1961. La voiture se positionnait sur la marché en face de l'ID 19 et des dernières grandes Simca Vedette et dérivés. Les étrangères (Mercedes, BMW, Ford, Lancia, Ford, Hillman ...) étaient encore très rares et chères en France. En un mot, hormis la concurrence de Citroën, la 404 avait de beaux jours devant elle. 

L'arrivée de la 404 ne tua pas la 403. De la même manière que la 203 avait survécu à la 403, la 403 allait survivre à la 404 jusqu'en 1966. Plutôt que de baisser ses tarifs artificiellement, Peugeot proposa une 403 plus économique, équipée d'un moteur de 203. De nouveau, le succès fut au rendez vous.

7. Un succès à l'étranger

La 404 fut la voiture de l'internationalisation de Peugeot, de part son dessin italien, sa fabrication française, sa technologie allemande (le moteur à injection) et ses ventes à travers le monde (l'Amérique, l'Afrique ...). Pour l'anecdote, signalons que ce fut la voiture " de tous les jours " d' Enzo Ferrari. Le constructeur de Sochaux utilisa la compétition comme moyen de promotion pour sa 404. Elle se fit ainsi remarquer à l'East African Safary, qu'elle remporta quatre fois entre 1963 et 1968.

8. Le moteur diesel

Peugeot fut l'un des premiers constructeurs européen avec Mercedes à proposer un moteur Diesel sur une voiture de série, et ce à partir du modèle 1964. Les progrès à réaliser demeuraient encore importants à l'époque, notamment en matière de nuisances sonores. Ces deux précurseurs ne furent rejoints par leurs concurrents sur ce terrain qu'à partir du milieu des années 70.

9. Peugeot en pleine croissance

La réussite commerciale incontestable de la 404 puis de la 204 à partir de 1965 permettait à Peugeot de quasiment doubler ses volumes de production entre 1960 à 1968, année de naissance de la 504. Au coeur des années 60, il se vendait deux fois plus de 404 que d'ID et de DS Citroën. La 404 présentait aussi l'avantage de bien vieillir. En effet, Peugeot s'était bien gardé d'affubler sa 404 de certaines outrances esthétiques que l'on trouvait par exemple sur l'Austin équivalente.

La 504, selon le même schéma que la 404 avec la 403, ne tua pas la 404 qui fut maintenue au catalogue jusqu'en 1975, au prix d'une simplification de l'offre. Les berlines et breaks 404 furent produits à 2 449 845 exemplaires de 1960 à 1975. La carrière de la 404 s'acheva définitivement en 1981 en Argentine.


Peugeot 404

Quesako - Similitude - Sommaire du site