Jaguar XJ (1968-2003)

Depuis le lancement de la XJ en septembre 1968 jusqu'en 2003, Jaguar a produit six générations de berlines XJ, soit au total plus de 800 000 voitures. En d'autres termes, les XJ représentent plus de la moitié de toutes les Jaguar jamais construites. La version présentée en 2003 (nom de code X350 pendant sa phase de développement) était donc la septième génération de la prestigieuse gamme de berlines Jaguar.

Pour de nombreux clients fidèles à Jaguar et passionnés, la XJ caractérise véritablement la berline Jaguar. La gamme XJ peut s'enorgueillir d'un lien direct avec le fondateur de Jaguar, Sir William Lyons (1901/1985). Il avait inspiré le modèle d'origine qui traduisait ainsi sa vision de l'avenir de Jaguar dans les années 60. Le succès de la gamme XJ au cours des décennies en constitue la meilleure preuve.

1. Série 1, 1968-1973

Simplifier la gamme

Au cours des années 1960, la gamme des berlines Jaguar se composait de la Mark 2, une berline de sport compacte alors la plus vendue, ainsi que de deux modèles intermédiaires dérivés de cette dernière, la Type S d'origine et la 420. Le haut de gamme était représenté par la Mark X et la 420 G, une voiture de luxe davantage proche d'une limousine.

Avec cette gamme importante, Jaguar s'était positionné sur chaque " niche " du marché des voitures de prestige mais la production d'un si grand nombre de modèles en séries relativement limitées, était un véritable casse-tête. Ces quatre gammes représentaient au total sept modèles Jaguar et deux modèles Daimler, animés par quatre moteurs six cylindres XK de cylindrées différentes ainsi que par le V8 Daimler.

Aussi, il est apparu nécessaire de remplacer toutes ces différentes voitures par une gamme unique proposant un choix de deux moteurs et disponibles sous les logos Jaguar et Daimler. Les niveaux d'équipement de la nouvelle voiture ont été définis de manière à remplacer les modèles Type S et 420 de taille moyenne, ce qui correspondait alors à la taille idéale d'une future Jaguar, attrayante au plan international.

La dénomination XJ

La voiture a pris le nom de XJ, donné à l'origine au projet avec son numéro interne : XJ4. Dans cette dénomination, XJ signifie " eXperimental Jaguar " et le chiffre 4 n'a pas de signification particulière. A la base du projet a été la proposition de remplacer la Type E par un modèle GT quatre places pour répondre aux  modèles qui apparaissaient alors en Amérique, le plus important marché de Jaguar, avec par exemple la Buick Riviera. Le style, comme toujours supervisé par Sir William Lyons, présentait une partie avant et arrière d'inspiration Type E et la caisse n'avait que deux portes.

L'esthétique Jaguar

Ensuite, le projet a progressé et s'est orienté davantage sur un modèle berline. Ainsi, les portes arrière ont été ajoutées et les parties avant et arrière transformées pour donner l'esthétique particulière de la XJ. L'avant a été inspiré des Mark X et 420 avec une calandre plus large et plus basse et quatre projecteurs.


Jaguar XJ, série 1

La calandre a pu faire naître des critiques avec ses barres verticales et horizontales entrecroisées. La voiture était considérée comme si distinctive que les premiers exemplaires ne comportaient pas la dénomination Jaguar, mais uniquement les logos de la " tête de jaguar " et de " jaguar bondissant ". L'intérieur était typique d'une Jaguar avec sellerie cuir, boiseries et un équipement très complet.

Le moteur XK

A l'origine, Sir William espérait que la nouvelle berline serait animée par le nouveau moteur V12 développé par l'équipe de Wally Hassan, Claude Baily et Harry Mundy. Cependant, le V12 a pris du retard. En fait, il sera monté sur la Type E début 1971. Un V8 dérivé de ce concept n'avait pas été mené à son terme. En conséquence, lorsque la XJ a été commercialisée en 1968, son moteur était le fameux XK six cylindres en ligne de 4.2 litres à double carburateur développant 247 ch.

Jaguar proposait en alternative, à cause des marchés d'Europe Continentale où les voitures étaient taxées en fonction de la cylindrée du moteur, une nouvelle version 2.8 litres du moteur XK. L'appellation XJ6 a été choisie simplement parce que la voiture était équipée d'un moteur six cylindres.

Le lancement de la voiture

Le lancement de la voiture a eu lieu le 26 septembre 1968, juste avant le Salon de Londres. Sir William Lyons en personne est apparu dans les publicités de la nouvelle voiture et déclarait que c'était la meilleure berline Jaguar jamais construite. La presse fut d'accord avec lui et la XJ a reçu un accueil enthousiaste. Des comparaisons flatteuses ont été faites entre la Jaguar XJ et la Rolls Royce.

Des tarifs compétitifs

Jaguar a aussi défini un nouveau critère, plus particulièrement avec son prix. Le modèle de base 2.8 litres coûtait 1800 £, bien que manquant de quelques équipement de confort et avec un garnissage Ambla plutôt qu'une sellerie cuir qui augmentait le prix de 100 £. Même la XJ 4.2 litres automatique n'était affichée que 2400 £. Au niveau des performances, la XJ 4.2 litre à boîte de vitesses manuelle atteignait la vitesse maximum de pratiquement 200 km/h.

La demande a été si forte que pendant une certaine période, il a été difficile à Jaguar de fournir les XJ et les listes d'attente se sont considérablement allongées, à la fois en Grande Bretagne et sur les marchés à l'exportation, alors que dans le même temps, les premières voitures d'occasion se sont échangées à des prix nettement supérieurs aux tarifs affichés.

Les versions Daimler

L'offre s'est améliorée après les deux premières années, lorsque Jaguar a totalement arrêté la production de ses anciens modèles et s'est concentré sur la nouvelle voiture. En 1969 sont apparues les versions Daimler attendues et portant l'appellation Sovereign qui était celle du modèle immédiatement précédent de la gamme Daimler. D'un coût légèrement supérieur aux Jaguar, les Daimler bénéficiaient d'un garnissage plus luxueux.

La Jaguar XJ 12

En avril 1971, le superbe moteur 5.3 litres V12 fait son apparition à bord de la Type E Série 3, et en juillet 1972 ce moteur est également monté à bord de la XJ qui s'appelle alors la XJ 12, alors que la version Daimler a adopté la dénomination Double-Six provenant d'un modèle Daimler originellement doté d'un V12 dans les années 1930.


Jaguar XJ 12, série 1

Ces modèles n'étaient proposés qu'avec une transmission automatique et pour la première fois sur une Jaguar, la climatisation était d'origine. La XJ 12 avait une calandre à barres verticales avec le badge V12. Dans les années 1970, la XJ 12 et la Double-Six étaient les deux seules berlines à moteur V12 au monde et Jaguar le seul constructeur à proposer en série des voitures à moteur V12. Avec une vitesse proche de 240 km/h, la XJ 12 s'est vu attribuer le titre de berline la plus rapide au monde.

La version à empattement long

Si une critique pouvait être émise sur la XJ d'origine, elle portait sur la longueur aux jambes à l'arrière relativement limitée pour une voiture de luxe. Ce problème a été résolu en septembre 1972 lorsqu'est apparu le modèle à empattement long, ajoutant ainsi 102 mm entre les trains roulants.

Le premier modèle à empattement long a été la Daimler Double-Six Vanden Plas dotée d'un garnissage de luxe exclusif réalisé par le carrossier Vanden Plas qui intervenait également dans les limousines Daimler. Les sièges à l'arrière étaient séparés. Ce modèle a été rapidement suivi par les versions à empattement long des autres modèles de la gamme Jaguar et Daimler.

2. Série 2, 1973-1979

Nouvelle face avant

Dès les années 1970, une version modifiée de l'avant de la gamme XJ est en cours de développement. L'une des raisons essentielles de cette modification du modèle d'origine provenait de l'augmentation de hauteur du bouclier pour être conforme avec la nouvelle réglementation américaine. Aussi la calandre de radiateur devait être plus étroite et elle est devenue de type grillagé sur les modèles 6 et 12 cylindres Jaguar. Simultanément, Jaguar a profité de l'occasion pour modifier l'habitacle et améliorer l'ergonomie avec un nouveau tableau de bord qui plaçait tous les instruments et principales commandes en face du conducteur.


Jaguar XJ, série 2

Nouvelle gamme

Le modèle 2.8 litres a été arrêté sur la nouvelle série 2, à l'exception d'une production limitée pour les versions à conduite à gauche destinées à l'exportation. Les berlines quatre portes à empattement court ont également été arrêtées et toutes les berlines ont été construites avec l'empattement long, alors que l'empattement d'origine a été gardé pour le nouveau Coupé également connu sous l'appellation XJ-C.

Les berlines ont conservé les mêmes versions que précédemment avec toutefois, en 1975, un moteur 3.4 litres, reprenant la cylindrée d'origine du moteur XK, et un peu plus tard est apparue une version Vanden Plas de la Daimler Sovereign 4.2. Côté mécanique, l'injection a remplacé les carburateurs sur les modèles V12 en 1975, et une transmission automatiques GM a été introduite sur tous les modèles en 1977. En 1978, les modèles six cylindres pour le marché Nord américain ont adopté l'injection, à l'instar des modèles V12.

La Jaguar XJ-C

L'annonce du coupé en octobre 1973 était légèrement prématurée car, à cause de problèmes d'étanchéité de la vitre de custode ouvrante qui ne satisfaisait pas les critères de Jaguar, la production en série n'a commencé que début 1975.


Jaguar XJ-C, série 2

Le Coupé n'a fait l'objet que d'une production relativement courte car ces élégantes automobiles avec leur pavillon typique en vinyle d'origine et leurs jantes en alliage n'ont plus été produites à partir de la fin 1977. Néanmoins, leur production a dépassé juste 10000 unités et elles restent parmi les plus rares des modèles XJ de collection.

3. Série 3, 1979-1986

Un sérieux restylage

Il était bientôt temps de voir arriver une troisième génération de XJ. Pour la première fois dans l'histoire de Jaguar, le restylage du nouveau modèle a été confié à un designer extérieur, le carrossier italien Pininfarina. Toutes la partie vitrée au dessus de la ligne de ceinture de caisse a été totalement redessinée avec un nouveau pavillon, vitres latérales, pare-brise et lunette arrière, qui tout en augmentant la surface vitrée, donnaient l'impression que la voiture était plus basse alors que la hauteur sous pavillon à l'arrière était accrue. Sont également apparues de nouvelles poignées de porte, pare-chocs et feux arrière, une nouvelle calandre de radiateur à barres verticales plus esthétique. L'habitacle a aussi bénéficié d'améliorations.


Jaguar XJ, série 2

Mécaniquement, la modification la plus importante a concerné les modèles six cylindres à boîte de vitesses manuelle désormais dotés d'une boîte à cinq rapports et l'injection a été adoptée sur tous les modèles 4.2 litres. La nouvelle XJ, appelée Série 3, a été lancée fin mars 1979 et sous ses lignes élégantes, elle a reçu un accueil chaleureux et a perpétué la tradition de Jaguar à un moment difficile et crucial de l'histoire de la société.

Les Jaguar HE

En 1981, des améliorations importantes ont été apportées au moteur V12. Une nouvelle culasse a été introduite avec un très haut taux de compression et d'autres caractéristiques qui ont permis de réduire la consommation d'environ 25 %, une amélioration extrêmement bien accueillie sur ces voitures grosses consommatrices. Animées par le moteur modifié, la XJ 12 et la Daimler Double-Six ont pris les appellations HE. La même année, une version Vanden Plas de la Jaguar XJ 6 a été proposée en Amérique du Nord avec un niveau d'équipement identique à celui des Daimler destinées au marché britannique. En 1983, le nom Sovereign était transférée de Daimler à Jaguar et depuis lors, a désigné les versions des plus luxueuses Jaguar.

4. La XJ 40 (code interne), 1986-1994

Le nouveau moteur

Alors que le concept de base de la XJ datait maintenant de plus de dix ans, Jaguar préparait en coulisses un modèle de remplacement sous le nom de code XJ 40. Après plusieurs faux départs et de nombreux retards, la nouvelle voiture est enfin présentée le 8 octobre 1986. L'élément essentiel du développement de cette voiture a été le nouveau moteur Jaguar en remplacement du moteur XK.

Tout comme cela s'était produit bien des années auparavant avec le moteur XK, ainsi qu'avec le V12, le nouveau moteur, appelé AJ6 pour Advanced Jaguar, a tout d'abord été lancé dans une voiture de sport en série limitée, le cabriolet XJ-S 3.6 de 1983. Outre la version 3.6 litres du moteur AJ6, la XJ 40 pouvait également recevoir une version 2.9 litres. Au départ, il n'y a pas eu de version 12 cylindres de XJ 40 qui n'avait pas été à l'origine conçue pour recevoir un moteur en V.

Aussi, un remodelage partiel a été nécessaire avant que le moteur V12 puisse être proposé en 1993. En conséquence, alors que la production des XJ Série 3 six cylindres a été arrêtée après l'introduction de la XJ 40, la douze cylindres Série 3 a continué d'être produite, prouvant ainsi l'élégance indémodable des lignes de la XJ, même 20 ans après sa conception.

La carrosserie

En ce qui concerne le style, la XJ 40 a été la dernière voiture de série de Jaguar à laquelle Sir William Lyons, décédé en 1985, a apporté sa contribution au titre de conseiller officieux et de visiteur régulier de styling alors qu'il avait pris sa retraite. Certainement inspirée par le design des années 80, la XJ 40 était plus anguleuse que les autres Jaguar. De nombreuses versions ont présenté de grands projecteurs rectangulaires ainsi que des feux arrières carrés. Une autre innovation a été l'apparition au niveau du montant arrière d'une vitre de custode.

Les proportions générales et la ligne relevée des ailes arrière restent cependant typiques de Jaguar. L'intérieur a été mis au goût du jour en offrant une meilleure ergonomie et une électronique sophistiquée qui a permis d'adopter des instruments plus petits avec des affichages à barres et un ordinateur de bord multifonctions.


Jaguar XJ 12, version XJ 40

Le succès est au rendez vous

La nouvelle voiture a connu un succès instantané et Jaguar a eu des difficultés à satisfaire les commandes jusqu'à ce qu'une deuxième ligne d'assemblage soit  ouverte en 1987. Tout comme la XJ 6 d'origine en 1968, il y a eu pendant un certain temps un " marché noir " des XJ 40 pratiquement neuves, mais en 1989, la production a atteint le chiffre record de 39 000 voitures.

Evolution de la motorisation

Pour l'année modèle 1990, le moteur 3.6 litres a été remplacé par un moteur 4.0 litres et quelques mois plus tard le moteur 2.9 litres a vu sa cylindrée passer à 3.2 litres. Comme mentionné précédemment, la version V12 avec un moteur désormais de 6 litres est apparue en 1993. TWR a proposé des versions Jaguar Sport tout d'abord du modèle 3.6 litres puis du modèles 4.0 litres, remplacées ultérieurement par des versions Sport 3.2 et 4.0 litres réalisées par Jaguar. D'autre part, le luxe suprême a été proposé sur les modèles à empattement long sur commande spéciale, disponibles à partir de 1993.

5. La X 300 (code interne), 1994-1997

Une voiture rétrolutionnaire

Au début des années 1990, la nouvelle génération de XJ était en cours de développement. Un investissement de 200 millions de £ effectué par Ford après son rachat de Jaguar en 1989 a permis de redessiner la XJ 40 pour en faire une voiture plus simple à fabriquer tout en améliorant sa qualité. Le résultat a été la X300. Le design de la X 300 a été qualifié de " rétrolutionnaire " : des formes plus douces et l'avant classique à quatre projecteurs étaient davantage en accord avec les formes plus arrondies qui ont refait leur apparition dans les années 1990, ce qui rappelait l'héritage du style des Jaguar du passé.


Jaguar XJ 300

Une large gamme

Lancée en 1994, la gamme X 300 a fourni deux versions 3.2 litres et 4.0 litres du moteur six cylindres sous l'appellation AJ 16, alors que le moteur 6.0 litres V12 était également disponible. Plus intéressante cependant était la nouvelle version suralimentée du moteur 4.0 litres monté sur la XJR. Avec une vitesse maxi de 250 km/h, elle était aussi rapide que les versions V12 mais avec une accélération encore plus spectaculaire. Comme pour la génération précédente, la gamme présentait des modèles de base XJ6, des versions Sport et des modèles Sovereign, ainsi que les traditionnelles Daimler. En 1995, des modèles à empattement long sont venus agrandir la gamme.

6. La XJ 308 (code interne), 1997-2003

Nouveau moteur V8

Les versions six et douze cylindres de la X 300 devaient être ceux ayant la plus courte durée de production. Jaguar travaillait à une toute nouvelle famille de moteurs disponibles en versions V6 et V8. Si l'on ne tient pas compte des moteurs Daimler des années 1960, il s'agissait du premier V8 de Jaguar bien qu'une version huit cylindres du V12 ai été envisagée à la fin des années 1960. Le nouveau V8 dénommé AJ8 a été lancé avec une cylindrée de 4.0 litres sur la nouvelle voiture de sport XK8 en remplacement de la XJ-S en 1996. Puis, au cours de l'année suivante, les moteurs V8 ont fait leur apparition sur la X308 (code interne).


Jaguar XJ 308

Une nouvelle offre

Les berlines ont reçu les versions 3.2 litres, 4.0 litres et 4.0 litres suralimentée du V8. Si le lancement du moteur V8 a été accompagné d'une certaine nostalgie, celle-ci concernait le V12 qui en un quart de siècle avait animé tant de modèles. Les appellations XJ 6 et XJ 12 ont été supprimées et la voiture de prestige de Jaguar est devenue XJ8. Dans ces différentes versions, la XJ8 comprenait un modèle Sport, la Sovereign, la XJR suralimentée et la luxueuse Daimler.

7. La XJ 350 (nom de code), 2003

La bataille du poids

La XJ de 2003 développe pour la première fois une architecture allégée, centrée sur une caisse monocoque classique. Les ingénieurs ont réussi à mettre sur la route une berline plus imposante que la précédente, avec plus de technologies embarquées, et pesant 200 kg en moins.

De nouveaux moteurs

Quatre moteurs sont disponibles. Le 3.0 litres V6 est déjà familier des utilisateurs de S Type et X Type. Avec cette nouvelle motorisation de XJ réapparaît une appellation célèbre : XJ 6. Le nouveau 3.5 litres V8 constitue le modèle d'entrée des motorisations 8 cylindres, alors que les exceptionnels 4.2 litres V8 et 4.2 litres V8 suralimenté animent les modèles les plus prestigieux.


Jaguar XJ 350

Le Design

Ian Cullum, directeur du design chez Jaguar, a travaillé avec son équipe pour créer une voiture aux dimensions supérieures à celles du modèle précédent pour offrir davantage d'espace intérieur. C'est une voiture à l'aspect plus moderne. L'espace vitré est plus faible et s'inscrit en cela dans les tendances du design contemporain. Le design de la nouvelle XJ procède d'une démarche consistant à repousser l'habitacle vers l'avant, positionner les roues avant plus près des angles de la voiture, avec un capot moteur plus court et un angle d'inclinaison du pare-brise plus prononcé. Le couvercle de coffre est plus haut. La nouvelle XJ perpétue la tradition. Elle est instantanément reconnaissable, traduisant l'esprit et le style de la XJ dans un langage plus contemporain.

Source : dossier de presse Jaguar, 2003

Quesako - Similitude - Sommaire du site