Imperial

La première Chrysler Imperial est présentée en 1926. Modèle de haut de gamme équipé d'un six cylindres, elle ne peut toutefois pas prétendre concurrencer à ses débuts les Cadillac, Lincoln ou Packard plus luxueuses et dotées d'un V8. Jusqu'aux années 70, les Imperial suivent les évolutions techniques et esthétiques des autres Chrysler, tout en continuant à peiner commercialement face à  Cadillac et Lincoln sur le marché du haut de gamme. Chrysler suspend la vente des Imperial après le premier choc pétrolier, les chiffres de diffusion de la marque étant tombés au plus bas. En 1974, il ne s'est en effet vendu que 13 500 Imperial, contre 88 000 Lincoln et 230 000 Cadillac.


1975 marque l'arrêt provisoire de la gamme Imperial

La marque renaît en septembre 1980 grâce à la volonté du très dynamique Lee Laccoca, président du groupe Chrysler, qui désire montrer au grand public que l'avenir du troisième constructeur américain est bien assuré. L'avant de la nouvelle Imperial est dominé par des ailes anguleuses et une calandre verticale encadrée par des phares dissimulés. La partie arrière est inspirée du " London look " initié par Bill Mitchell sur la Cadillac Séville de deuxième génération dévoilée en septembre 1979. Il s'agit sans doute d'une coïncidence, certainement plus embarrassante pour Chrysler que pour Cadillac.


Imperial, 1981/83

Ce coupé deux portes est équipé d'un V8 de 5215 cm3 et 140 ch. Il ne vise pas le même segment de marché que la Séville, et s'attaque plutôt à celui des " personal luxury cars ", alors dominé par les Cadillac Eldorado et Lincoln Continental Mk VI. Le groupe Chrysler a pris toutes les dispositions nécessaires pour garantir un niveau de qualité correspondant au prestige attaché à l'écusson Imperial. 7 225 Imperial sont produites en 1981, 2 329 en 1982, et seulement 1 427 en 1983, soit un total de 10 981 voitures, ce qui est peu à l'image du continent américain. Chrysler n'ayant pas les moyens de perdre de l'argent avec son modèle de luxe, la marque disparaît une deuxième fois au terme de l'année 1983.

Le nom Imperial est de nouveau ressuscité de 1990 à 1993, non pas en tant que marque, mais en tant que modèle Chrysler, pour désigner une luxueuse berline longue de 5,16 mètres, dotée d'une calandre inclinée, de phares escamotables, et d'un arrière de type " landaulet ". Son  V6 de 3,8 litres développe 152 ch. Encore une fois, après quatre ans de commercialisation, la désignation Imperial est abandonnée.


Imperial, 1990/93

Le troisième " revival " n'a pas été poussé aussi loin. L'Imperial est de retour au Salon de Détroit en janvier 2006. Le style de ce concept car n'est pas sans évoquer la Rolls-Royce Phantom contemporaine. Le marasme dans lequel se débat alors Chrysler aura de nouveau raison de ce projet qui n'aboutira à aucune production régulière.


Imperial, 2006

Sommaire Histoire d'Auto - Sommaire site