Matra

Texte de Jean Michel Prillieux

Spécialisée dans le domaine de l’armement, la firme Matra s’intéressa à l’automobile en 1964, au moment de la disparition du dernier constructeur français de prestige, Facel Vega. Dirigée par un passionné d’automobile, Jean Luc Lagardère, Matra racheta la petite firme René Bonnet qui produisait à faibles cadences des petites voitures de sport à carrosserie plastique, rivales des Alpine Renault, dans une petite usine située à Romorantin.

Ces voitures, rebaptisées Matra Jet, puis Djet, furent produites en petites quantités de 1964 à 1967, pendant que la firme de Romorantin travaillait sur un nouveau type de coupé à moteur central, toit amovible en deux parties, phares rétractables et carrosserie plastique comme les Jet. Cette voiture naquit en 1967, et fut baptisée 530, reprenant le nom d’un missile Matra. La Matra 530, qui était munie d’un moteur Ford, fut produite à 10000 exemplaires de 1967 à 1973.


Matra Djet

En 1970, la firme Matra s’associa avec la firme Simca, dans le but de distribuer son coupé 530 dans le réseau Simca. En contrepartie, Simca s’engageait à fournir plate-forme et moteur pour la remplaçante de la 530. Egalement, le nom Simca s’ajouterait au nom Matra, sur la carrosserie de cette future voiture et sur les voitures de compétition que la firme de Romorantin construisait et faisait courir sur tous les circuits. Les Matra Simca allaient remporter notamment trois victoires aux 24 Heures du Mans en 1972, 1973 et 1974.


Matra 530

Ces victoires allaient favoriser le succès de la nouvelle Matra Simca Bagheera lancée en 1973, un nouveau coupé à carrosserie plastique, à trois places de front, et dont le moteur placé au centre provenait cette fois de la Simca 1100. La Matra Simca Bagheera, distribuée dans le réseau Simca Chrysler, fut produite à 50000 exemplaires de 1973 à 1980, date à laquelle elle fut remplacée par la Murena, qui en reprenait le principe, mais eut un succès plus éphémère, avec 10 000 exemplaires seulement de 1980 à 1984, en partie à cause de l’effondrement de la firme Talbot Simca créée en 1979 pour remplacer Simca Chrysler.


Matra Simca Bagheera


Talbot Matra Murena

En 1977, Matra lança un nouveau concept de véhicules de loisirs, la Rancho, qui reprenait sous une carrosserie plastique les lignes d’un break Simca 1100 au toit surélevé. Ce véhicule, distribué dans le réseau Simca Chrysler, puis Talbot Simca, fut produit de 1977 à 1984 à 50000 exemplaires. Ce véhicule bien accueilli par la clientèle, poussa les techniciens Matra à aller plus loin dans ce sens, et concevoir un véhicule de loisirs, toujours aussi léger, permettant une modularité de son habitacle, sur une surface au sol la plus réduite possible. Optimiser l’espace habitable imposait une ligne de carrosserie monocorps. Le concept du monospace était né.


Matra Simca Rancho

Le véhicule en question étant conçu en ce début des années 80 sur une base de Talbot Simca Solara. Matra le proposa tout naturellement à Peugeot, le nouveau propriétaire de Talbot Simca. Celui-ci refusant de commercialiser un tel véhicule, Matra le proposa alors à Renault qui lui accepta, à condition que ce nouveau véhicule produit à Romorantin chez Matra reprenne une plate forme et des moteurs Renault, et qu’il soit vendu sous la marque Renault. Matra accepta, mais cela entraîna illico la fin des accords avec Talbot Simca et la fin des petites voitures de sport Matra.


Renault Espace

C’est ainsi que naquit en 1984 le Renault Espace, qui fut le premier monospace européen, et dont le succès ne s’est jamais démenti depuis (plus de 800000 exemplaires produits à ce jour) et qui a inspiré tous les autres constructeurs. En 1999, Matra lance un nouveau concept, le coupé monospace, qui prend la forme d’un gros coupé deux portes basé sur l’Espace et baptisé Avantime.


Renault Avantime

Quesako - Similitude - Sommaire du site