Volkswagen Karmann Ghia


Karmann


En 1901, Wilhelm Karmann succède à la tête d'une entreprise de fabrication de calèche du nom de Klages à son fondateur, récemment décédé. La société Karmann vient de naître. Karmann produit sa première carrosserie pour automobile en 1902. Rapidement, l'entreprise acquiert une excellente réputation et est sollicitée par de nombreux constructeurs. Karmann travaille ainsi jusqu'à la seconde guerre mondiale pour Opel, Minerva, Adler, Hanomag, Ford ... Au début du conflit, Karmann emploie 800 salariés et produit jusqu'à 65 carrosseries par jour. En 1945, l'usine subit les bombardements alliés.

Dès 1946, Wilhelm Karmann s'intéresse à la Volkswagen, bien conscient du potentiel de développement de cette voiture appelée à une large diffusion. Il obtient des dirigeants de Wolfsburg l'aide nécessaire à la construction de deux prototypes de cabriolet. Pour Volkswagen, ce genre de carrosserie peut constituer un excellent produit d'appel sur les marchés étrangers. La production en série du cabriolet Volkswagen débute en août 1949 chez Karmann. En septembre 1952, Wilhelm Karmann Junior remplace son père à la tête de l'entreprise. Celui-ci vient de mourir à l'âge de 82 ans.


Ghia


Giacinto Ghia fonde la Carrozzeria Ghia en 1915. Au court de la seconde guerre mondiale, l'usine est détruite par des bombardements. Son fondateur décède en 1944, avant même que l'activité ait vraiment redémarré. Deux hommes vont remettre sur les rails du succès la carrosserie Ghia : Mario Felice Boano et Luigi Segre.

Mario Felice Boano est né en 1903 en Italie. Il débute sa carrière en tant qu'assistant de Giovanni Farina à la Stabilimenti Farina, avant de rejoindre l'entreprise de son frère Pinin Farina qu'il quitte en 1934. Il ouvre alors une menuiserie industrielle qui fournit aux carrossiers les matrices en bois sur lesquelles sont ensuite formées les tôles. Giacinto Ghia, client de Boano, le désigne comme son éventuel successeur.

Luigi Segre a été présenté à Mario Boano par Vittorino Viotti, le dirigeant de la carrosserie du même nom. Boano ne peut que se féliciter de ce recrutement. En effet, Luigi Segre se montre particulièrement efficace sur le plan commercial, et il contribue largement au redémarrage économique de la carrosserie grâce à un activisme extraordinaire. Luigi Segre est né en 1919. Pendant la guerre, il a été officier de liaison des partisans avec les américains. Sa maîtrise de l'anglais et sa connaissance de la mentalité américaine vont s'avérer fort utiles au développement des affaires de Ghia.

Plusieurs constructeurs, tant français - Delahaye et Talbot - que italiens - Fiat, Lancia, Alfa Romeo - s'assurent dès après-guerre les services de Ghia. La bonne entente entre Boano et Segre ne dure pas hélas, et l'artiste Boano jette l'éponge en quittant l'entreprise en 1952, laissant seul Segre l'industriel, plus préoccupé par la rentabilité que par la création, diriger la société. Segre s'adjoint alors les services de Tom Tjaarda et de Filippo Sapino en remplacement de Boano. Les années 50 et 60 sont florissantes pour  Ghia, qui travaille à la fois avec les Américains (Ford, Packard ou Chrysler) et les Européens (Alfa Romeo, Porsche, Maserati, Renault, Volkswagen).

Outre le cabriolet Coccinelle déjà produit chez Ghia, la voiture du peuple allemande suscite bien des vocations au début des années cinquante chez les carrossiers d'outre Rhin, pressé de proposer à une clientèle aisée des dérivés  sportifs et/ou luxueux de la voiture populaire de Wolfsburg. Karmann en fait évidemment partie.


La rencontre


La rencontre entre Wilhelm Karmann et Luigi Segre a lieu lors d'un Salon. Les deux hommes entretiendront dès lors des relations amicales. Cela tombe bien, Mario Boano a quelques idées pour habiller de manière élégante le coach Coccinelle.


 Luigi Segre et Wilhelm Karmann en 1955

Un autre détail rapproche ces hommes : France Motors, l'importateur parisien de Volkswagen, est aussi le distributeur pour l'Europe des modèles exclusifs créés par Ghia sur base Chrysler. Wilhelm Karmann est totalement séduit par le travail de Ghia, et n'a alors plus qu'une seule idée en tête : convaincre les dirigeants de Volkswagen de la viabilité économique de son projet de coach. En novembre 1953, la décision est prise par les dirigeants du géant allemand. Karmann va se charger de la production du coach et Volkswagen va en assurer la diffusion sous l'étiquette Karmann Ghia.


La Karmann Ghia


Le coupé Karmann Ghia est présenté le 14 juillet 1955 à la presse et aux principaux distributeurs Volkswagen en Allemagne. Sa première apparition officielle dans un Salon automobile eu lieu à Francfort quelques semaines plus tard. En connaissant la genèse de cette auto, on ne s'étonne donc pas d'y retrouver les lignes du concept car Chrysler d'Elegance, dans des proportions évidemment moindres. Une version cabriolet complète l'offre à partir de septembre 1957.


VW Karmann Ghia Coupé


VW Karmann Ghia Cabriolet

Le succès est immédiat malgré un prix de vente représentant quasiment le double de celui d'une Coccinelle de base. Les soldats américains basés en Allemagne ramènent au pays le coupé allemand et le font connaître auprès de leurs compatriotes. En peu de temps, le marché US devient le premier client pour cette drôle d'européenne. Pour se maintenir à niveau, les évolutions esthétiques et celles touchant à l'équipement de l'auto sont nombreuses durant la carrière de la Karmann Ghia. Malgré cela, la concurrence devient de plus en plus rude à la fin des années soixante et la voiture accuse alors ses quinze ans d'âge. Elle est maintenue en production jusqu'en 1974, avant de céder sa place sur les chaînes de Karmann à la VW Scirocco. Durant cette carrière particulièrement longue, il a été produit 364 401 coupés et de 80 899 cabriolets.


Après l'épisode Karmann Ghia


Luigi Segre décéde soudainement en 1963 après une banale intervention chirurgicale. Alejandro de Tomaso reprend en main la carrosserie Ghia en 1967, avant de revendre l'affaire à Ford en 1971. De nos jours, le nom de Ghia appartient toujours au géant américain, et a longtemps désigné ses modèles dotés d'une finition plus élaborée. Karmann a toujours pris soin de diversifier sa clientèle, et a travaillé régulièrement à partir des années 60 avec les plus grands constructeurs mondiaux, d'AMC à VW, en passant Audi, BMW, Ford, Jaguar, Kia, Mercedes, BMW, Renault, etc ... Pour raisons économiques, l'entreprise a été contrainte de cesser son activité de constructeur automobile en 2009.

Sommaire Histoire d'Auto - Sommaire site