Matra M72

1. Mi auto, mi moto

L'histoire de Matra est émaillée de nombreux prototypes, parmi lesquels la M 72 figure en bonne place. Ce véhicule de loisirs fut présenté au salon de Paris en 2000. Il se positionnait à mi chemin entre d'une part la voiture à quatre roues dotée d'une structure rassurante, d'autre part la moto, dans son esprit et ses lignes. En effet, pour conserver cet esprit moto à leur M 72, les ingénieurs de Matra avaient laissé apparente la structure de la voiture. Par ailleurs, la console centrale évoquait un réservoir de moto, tandis que les ailes traditionnelles faisaient place à des garde-boue.

2. Une nouvelle niche de marché

Avec sa M72, Matra espérait créer une nouvelle niche de marché. Son cahier des charges prévoyait une voiture de 350 kg, avec deux places assises et une puissance à partir de 20 ch. Dans cette première version, la M 72 pouvait séduire un public jeune, dès l'âge de 16 ans. Sur le prototype, le moteur d'une cylindrée de 750 cm3 offrait une plage de développement jusqu'à 100 ch. Avec ces puissances plus élevées, la M 72 était à même de séduire une clientèle plus mûre, qui aimerait rouler en moto, mais qui refusait ce choix pour des raisons de manque de confort et de sécurité, ou tout simplement qui ne disposait pas de permis moto.

3. Un partenariat avec Renault 

Au début du projet, il fut envisagé de diffuser la M 72 par le biais d'Internet. Cette idée fut assez rapidement abandonnée, et Matra étudia un  partenariat avec Renault pour la diffusion de la M 72 via son réseau. Une version de 50 ch fut développée dans ce sens. Cela permettait à Renault de poursuivre ses relations avec son associé de vingt ans. La M 72 pouvait aussi être un moyen d'attirer en concession une clientèle très jeune, susceptible de devenir de futurs clients Renault.

4. La fin de l'aventure

Matra a connu de belles années avec ses petites sportives Djet, M 530, Bagheera et Murena, avec son véhicule de loisirs Rancho, et plus récemment avec la production dans son usine de Romorantin de la Renault Espace. Le vent a tourné le jour où Renault a décidé de réintégrer la production de son monospace dans ses usines. La fabrication de la Renault Avantime à Romorantin était destinée à compenser le départ de l'Espace, mais l'échec commercial de cette dernière (8 545 voitures produites) a mené Matra dans l'impasse. Le projet M 72 devenait bien difficile à concrétiser dans un tel contexte, et il était abandonné en février 2003. La fermeture du site industriel de Romorantin intervenait en juin 2003. Deux mois plus tard, le groupe Pininfarina faisait l'acquisition du pôle ingénierie de Matra Automobile.

5. L'ancêtre de la M 72

Le projet P 28, motorisé par un 125 cm3, fut présenté en 1982. Il préfigurait la M 72, et adoptait la forme d'un kart à armature tubulaire qui pouvait être conduit à partir de seize ans. Dans l'esprit de ses concepteurs, la P 28 aurait pu être à l'automobile ce que le Solex était à la mobylette. Ce projet demeura dans les cartons de Matra jusqu'à ce qu'il soit réactualisé avec la P 72.

Quesako - Similitude - Sommaire du site