Lancia Flaminia

Vincenzo Lancia disparaît en 1937. Dès la fin de la seconde guerre mondiale, c'est son fils Gianni qui préside aux destinées du constructeur italien. La marque se doit de trouver sa place entre le géant Fiat et la firme Alfa Romeo qui bénéficie d'une belle réputation dans le domaine des voitures sportives. Au début des années 50, l'Aurelia et la petite Appia assurent le quotidien de la firme turinoise. Mais la rentabilité de l'affaire n'est pas vraiment au rendez-vous. En effet, des coûts de production élevés et un programme ambitieux en compétition n'arrangent pas les finances. Gianni Lancia cherche à passer la main.


Lancia Aurelia Berlina

En 1955, un homme d'affaire, Carlo Pesenti, prend en charge la gestion de l'entreprise. Il confie à l'ingénieur Antonio Fessia le soin de mettre sur pied un programme de renouvellement de la gamme. C'est dans ce contexte qu'est présentée au Salon de Turin en 1955 le concept car Lancia Florida, basé sur une mécanique d'Aurelia. On l'ignore encore mais ce prototype conçu par Pinin Farina va marquer pour plus de vingt ans le style automobile européen.


Lancia Aurelia Florida 1955

Les designers proposaient jusqu'alors des engins aux formes monolithiques, arrondies, comme sculptées dans un bloc massif. La Florida dévoile au contraire des lignes modernes et aiguisées, avec une carrosserie dotée de flancs lisses partagés par un pli central, avec des ailes arrière dans le prolongement du panneau de custode. La Florida donne naissance au Salon de Turin 1956 à l'Aurelia Florida 4 portes, qui préfigure la berline Flaminia de série.


Lancia Aurelia Florida 4 portes, prototype qui préfigure la Flaminia de série

La Flaminia de série est dévoilée au Salon de Genève en avril 1957. Comme l'Aurelia et l'Appia, elle adopte un nom de voie romaine. La première voiture de l'époque Pesenti est née. La clientèle bourgeoise de Lancia apprécie son confort, son niveau d'équipement et ses performances.


Lancia Flaminia

Née avec un 6 cylindres de 2458 cm3 et 102 ch, la puissance est poussée à 110 ch en 1961, puis à 125 ch en 1962 grâce à une augmentation de cylindrée à 2775 cm3. Cela n'est pas de trop pour propulser la tonne et demi de l'auto. La Flaminia, en raison de son prix, demeure un objet de luxe, forcément rare, autant dans son pays d'origine qu'à l'étranger. Elle se heurte à une concurrence très vive, qu'il s'agisse de prestige ou de performances. L'acheteur peut à juste titre hésiter entre l'Aurelia et une Mercedes, une Jaguar, voire une américaine, toutes moins onéreuses. Une DS Citroën est trois fois moins chère à l'achat qu'une Flaminia.

Le succès de la berline de prestige de Lancia sera de courte durée. La ligne originale se banalise avec l'arrivée sur le marché des Peugeot 404, Morris Oxford et autres Fiat 1800/2100. La production chute à moins d'une centaine de voitures par an à partir de 1963. Heureusement, depuis peu, Lancia propose des modèles plus accessibles, la Flavia en 1960 et la Fulvia en 1963. Ceux-ci vont contribuer à démocratiser la marque. La berline Flaminia est retirée du catalogue en 1968, tandis que Lancia passe sous le contrôle de Fiat en 1969.


Lancia Flaminia

Sommaire Histoire d'Auto - Sommaire site