Rolls Royce Camargue

Rolls Royce sur le site Caradisiac

1. Une conception Italo-britannique

Le projet de la future Rolls Royce Camargue fut baptisé " Delta " dès ses origines à la fin des années 60. Afin de palier à la défaillance des derniers grands carrossiers britanniques, le constructeur de Crewe s'adressa à Pininfarina en Italie pour concevoir un coupé de prestige. A ce titre, la Camargue était un cas unique dans l'histoire de Rolls Royce. Il s'agissait en effet la première voiture de série de la marque à porter la griffe d'un designer étranger. C'est Sergio Pininfarina lui même qui s'attela à définir le style de la Camargue. Ses lignes rappelaient celles du coupé Fiat 130 du même carrossier exposé quatre ans plus tôt au bord du lac Léman.

Contrairement à l'usage, il fut décidé dès les débuts du projet que la " Delta " n'aurait pas d'équivalent sous les couleurs de Bentley. Seul un modèle unique pourrait faire mentir cette affirmation. Tout comme la Rolls Royce Corniche, son nom faisait référence à l'un des plus beaux paysages du sud de la France.

2. Un projet lourd à mener

L'étude et l'industrialisation de la Camargue furent retardés par différents évènements : faillite de Rolls Royce en 1971, grève chez Mulliner qui participait à l'élaboration de la voiture, difficultés dans la mise au point du système de climatisation, etc ... Finalement, elle fut présentée en première mondiale au salon de Genève en 1975.

3. Assemblée chez Mulliner à Londres

La voiture était assemblée dans les ateliers londoniens de Mulliner Park Ward. Elle reprenait la plupart des éléments mécaniques des Rolls Royce Silver Shadow et Corniche, notamment le moteur V8 de 6750 cm3 réputé pour sa douceur et son silence de fonctionnement. Il fallait environ six mois pour construire une voiture.

4. Un style controversé

La Camargue ne suscita pas d'emblée l'enthousiasme des foules. La face avant massive contrastait avec des lignes arrière plus fluides. Son dessin avait un air de déjà vu sur d'autres réalisations de Pininfarina ! Enfin, son prix de vente très élevé, quasiment le double de celui d'une Silver Shadow, faisait réfléchir à deux fois bien des acquéreurs potentiels.

5. La mal aimée de la gamme

Le niveau de production déclina régulièrement durant les années 80, et ne dépassait plus deux voitures par mois en moyenne sur les trois dernières années de sa carrière. La Camargue fut fabriquée à 531 exemplaires entre 1975 et 1986. On ne peut pas vraiment parler de succès pour ce gros coupé, qui fit longtemps figure de mal aimé dans la gamme du constructeur britannique. Selon les termes utilisés par Rolls Royce, " elle ne fut produite qu'en un nombre extrêmement restreint. Ce coupé à deux portes ne trouva au travers le monde qu'un cercle hautement exclusif d'adhérents. "

Quesako - Similitude - Sommaire du site