Pontiac Fiero

1. La marque sportive de la General Motors

Pontiac était réputé durant la seconde moitié des années 60 et au début des années 70 pour ses " muscle cars ". Son coupé Firebird savait aussi séduire une clientèle jeune. Pontiac était dans l'esprit du public la marque sportive de la General Motors. Pour les années 80, proposer un coupé plus économique à deux places semblait être plus en phase avec la conjoncture. La Fiero, dont le nom se traduit par " fier " en italien, fut présentée en 1983. La consonance italienne avait sans aucun doute pour objet d'évoquer les réalisations des constructeurs turinois ou milanais.

2. Une voiture " à part "

Son  dessin était l'oeuvre de Ron Hill et John Schinella. Les ingénieurs imaginèrent une voiture totalement différente de ce qui existait jusqu'alors. La Fiero était en effet la première automobile à moteur central produite par un grand constructeur américain, et après la Thunderbird des années 50, la seule voiture d'outre Atlantique de grande série à deux places.

Pour les ingénieurs de Pontiac, il s'agissait de l'aboutissement d'un souhait mainte fois formulé aux dirigeants de la marque : proposer une alternative crédible à la Corvette appartenant au même groupe General Motors. Le combat fut rude pour persuader la direction du géant américain qu'une telle voiture pouvait être bénéfique pour la notoriété de Pontiac, qui à part la Firebird sans cesse remise au goût du jour, n'avait plus rien de très palpitant à faire valoir pour son image.

3. La Fiero diversement appréciée

La Fiero était dotée d'une carrosserie en fibre de verre fixée sur une structure en acier. Son moteur central de 2.2 litres, dérivé de celui de la Chevrolet Chevette, ne développait que 92 ch. L'acheteur pouvait choisir en option un V6 de 140 ch. La Fiero présentait cependant de grosses lacunes. Elle était lourde, peu spacieuse, sa visibilité était médiocre, et la qualité de construction était très éloignée des standards japonais ou européens. Des problèmes d'incendie de moteurs contribuèrent à nuire à l'image de la voiture. Elle était tout de même appréciée pour sa tenue de route, son freinage, et son confort de conduite, aussi bien en milieu urbain que sur autoroute. Il fut vendu 101 820 Fiero en 1984, puis 90 691 en 1985.

4. Une seconde version à partir de 1986

Au cours de l'années 1986, la Fiero perdait sa carrosserie à trois volumes au profit d'un dessin de type fastback plus banal. Les ventes chutèrent à 71 283 unités en 1986 et 47 156 en 1987. La production de la Fiero fut suspendue au cours de l'année 1988.


Le nouveau dessin fastback de la Fiero

Quesako - Similitude - Sommaire du site