Peugeot 203

Peugeot fit le choix fin 1944 d'étudier un seul modèle afin de remplacer sa gamme d'avant guerre. Cette décision de se concentrer sur une voiture unique devait autoriser une production à un coût modéré, et permettre ainsi de dégager des marges suffisantes.


Fin 1947, la 203 n'est pas encore prête. Cela n'empêche pas Peugeot de dévoiler sommairement en dernière page de son dépliant consacré à la 202 son futur modèle.

Renault avait déjà dans ses cartons le projet de la 4 CV, et il était de notoriété que Pierre Lefaucheux rêvait à terme d'une grosse voiture (la Frégate) dans sa gamme. Citroën pour sa part peaufinait sa 2 CV, et la Traction était encore solidement installée en haut de gamme. La place semblait donc libre pour Peugeot et sa voiture de gamme moyenne.


Peugeot 203, modèle 1949 (butoirs pare-choc éloignés, flamme dessus les phares)

Peugeot s'était inspiré de la Chrysler Airflow de 1934 lorsqu'il s'était agi de dessiner la 402. Les stylistes de Sochaux firent de même pour la 203 en empruntant des idées dans la gamme Chrysler du début des années 40. Les cycles de renouvellement des carrosseries étaient bien plus cours aux Etats-Unis qu'en France. Heureusement pour Peugeot, car les lignes adoptées pour sa 203 furent abandonnées outre Atlantique par Chrysler dès le mois de mars 1949.


Couverture du dépliant 1950

La 203 d'une puissance fiscale de 7 CV était présentée au salon de Paris en 1948. Elle acquit rapidement une excellente réputation de fiabilité. Le mono modélisme permettait de parvenir à un bon niveau de qualité en production, validé par des contrôles en sortie de chaîne nombreux et bien respectés à Sochaux.


Couverture du dépliant 1954 (butoirs de pare-choc rapprochés depuis 1951, déflecteur depuis 1953)


Publicité parue dans l'Action Automobile et Touristique, octobre 1953

L'offre était encore largement inférieure à la demande au début des années 50. Le délais d'attente atteignait jusqu'à deux ans pour une 203. Peugeot produisait sereinement son modèle unique, sans chercher à accroître outre mesure son volume de vente. Cela n'empêchait pas le constructeur de développer une gamme à partir de sa 203, et l'on vit ainsi apparaître sur la marché une berline découvrable, un coupé, un cabriolet et des utilitaires.


Le Coupé fut produit pendant 18 mois, d'octobre 1952 à avril 1954


Le Cabriolet fut produit d'octobre 1951 à l'été 1956, et la Berline Découvrable d'octobre 1949 à l'été 1954.


La Limousine Familiale fut proposée d'octobre 1949 à l'été 1956.


Les versions utilitaires de la Peugeot 203

Si Peugeot avait rencontré le succès avec la 203, sa présence sur le marché national en ce début des années 50 était moindre en proportion que ce qu'avait connu l'entreprise avant guerre. Les voitures étrangères étaient encore marginales dans l'hexagone. Par contre un autre constructeur, Simca, avait su s'imposer rapidement avec son Aronde, et grignoter des parts de marché. Peugeot réagissait dès 1955 en présentant la 403, une 8 CV aux lignes pontons alors très en vogue.


Couverture du dépliant 1952


Couverture du dépliant 1955


Couverture du dépliant 1956


Couverture du dépliant 1958 (notez l'apparition de clignotants en 1957)


Page intérieure du dépliant 1958


Couverture du dépliant 1959

La nouvelle venue reléguait la 203 au second rang. Toutefois, Peugeot eut la bonne idée d'abaisser sensiblement les tarifs de sa  203, ce qui en faisait un modèle plus facile d'accès pour une large frange de la clientèle. L'initiative rencontra un tel succès que la voiture fut maintenue au catalogue jusqu'en 1960, et ce contre toute attente de son constructeur.


Couverture du dépliant 1960

Quesako - Similitude - Sommaire du site