Humber Hawk & Super Snipe

1. La voiture de la petite bourgeoise

La société créée par Thomas Humber en 1868 connut une passe difficile à la fin desannées 20. Tout comme Hillman, Sunbeam et Commer, elle fut en 1928 intégrée au groupe créé par William et Reginald Rootes, qui de fil en aiguille se transformait en un petit empire de l'industrie automobile britannique.


Humber Saloon, 1934

En 1932, les frères Rootes étaient seuls maîtres à bord. Ils pratiquaient déjà avant guerre la politique du " badge engineering " qui leur sera préjudiciable dans les années 60. En effet, sous des carrosseries distinctes, les Hillman, Sunbeam et Humber partageaient les mêmes bases techniques. Hillman s'adressait aux classes moyennes, Sunbeam aux sportifs et Humber à la bourgeoisie souhaitant acquérir une automobile de luxe sans y mettre le prix d'une Rolls Royce, d'une Bentley ou d'une Alvis.

Au sortir de la seconde guerre mondiale, Humber proposait sa nouvelle gamme. Celle ci était répartie sur différents niveaux : la Hawk à moteur quatre cylindres d'une part, les Snipe et Super Snipe à moteur six cylindres d'autre part. Les Pullman et Imperial, plus marginales, couronnaient l'offre au sommet.


Au sommet de la gamme, les Pullman et Imperial


Humber Super Snipe

Ces automobiles bénéficièrent d'un réel engouement dans l'empire britannique, ainsi que sur certains marchés neutres, c'est à dire sans constructeurs nationaux, tel que la Suisse et la Belgique. La carrière de ces modèles allait se poursuivre sous cette forme jusqu'en 1952, avant qu'une version restylée ne leur succède.


Humber Super Snipe, à partir de 1953, le modèle a été restylé

2. L'inspiration américaine

Jusqu'en octobre 1957, les Humber conservaient un style très académique. Mais après des années de conformisme, la marque britannique innovait avec un design d'inspiration américaine. Tous les clichés de l'époque s'affichaient sur les nouvelles Humber : lignes basses et rectilignes, ailes arrière intégrées, capot moteur bas, pare brise et lunette arrière panoramiques, phares en bout d'ailes ...

Paradoxalement, l'habitacle demeurait très britannique de conception, avec ses placages en noyer et ses cuirs de qualité. Cela en faisait vraiment une voiture à part, une espèce d'anglo-américaine un rien bâtarde, comme aucun autre constructeur n'en proposait. La démarche eut été plus compréhensible si la marque dépendait d'un puissant groupe américain, mais la firme Humber était encore constituée de capitaux uniquement britanniques.

La gamme était composée de deux versions : la Hawk " de base " apparue en octobre 1957 et équipée d'un 4 cylindres de 2,3 litres et 73 ch, et la Super Snipe positionnée " haut de gamme " disponible à partir d'octobre 1958 avec un V6 de 2,6 litres et 105 ch. Dans les deux cas, une carrosserie break épaulait les berlines.


Humber Hawk Station Wagon


Humber Hawk Saloon


Humber Super Snipe Saloon

3. Terrible fut la chute

Le design des Humber subissait une modification significative en 1964, avec la suppression de la lunette arrière panoramique et l'adoption d'une troisième vitre latérale, en custode. Le peu d'homogénéité dont bénéficiait le dessin des Humber était contrarié par cette modernisation plutôt maladroite. Une luxueuse Imperial identifiable à son toit vinyle coiffait désormais la gamme.


Humber 1964

Le dessin hérité des années 50 était maintenant totalement dépassé, et les ventes s'effondrèrent malgré le restyling récent. Chrysler, le repreneur de Rootes, fit peu de cas des Hawk et Super Snipe, et mit un terme à la production de cette gamme devenue marginale. La marque Humber s'éteignait en 1976 avec les dernières Sceptre, à l'issue d'une longue agonie.


La Sceptre était le modèle d'accès dans la gamme Humber des années 60


La dernière Humber Sceptre

Quesako - Similitude - Sommaire du site