Ronart


Ronart W152, 1987

L'idée de concevoir puis assembler une voiture de sport dans l'esprit de Rona et Arthur Wolstenholme date de 1981, après avoir visité le musée Daimler-Benz à Stuttgart. Le nom de la compagnie qu'ils créent à cet effet résulte de la contraction de leurs prénoms : RonArt. Ils s'installent en 1984 à Peterboroug en Angleterre.

1. Ronart W152

Leur ambition est de produire un engin capable de rouler sur route ouverte qui puisse restituer toutes les sensations des Formule 1 de la fin des années 40 et des années 50. Leur auto baptisée W152 n'est pas une réplique mais une évocation qui reprend les codes de cette époque : système d'échappement externe, appuie-tête bien marqué, etc ... L'inspiration trouve sa source auprès des Vanwall, HWM Jaguar ou Maserati 250 F.


Maserati 250 F

Les époux ne manquent ni de volonté, ni  d'ambition. Il s'agit de garantir une qualité de réalisation, proche des standards des constructeurs artisanaux les plus réputés. D'ailleurs, la Ronart deviendra en tant que telle une classique pour les collectionneurs.


Courrier manuscrit en français signé Rona Wolstenholme et fiche simplifiée décrivant la voiture, 1987

La Ronart W152 est présentée en 1985 au NEC Classic Car Show. Son châssis est taillé pour encaisser de grosses puissances. A ses débuts, deux moteurs Jaguar sont proposés au choix : le 6 cylindres en ligne 4,2 litres ou le V12 de 5,3 litres. Au fil des années, Ronart proposera d'autres motorisations Jaguar plus modernes. En 1986, la W152 est élue " best car of 1986 " par le magazine " Kit Magazine ". La production en petite série débute en 1987, et dès l'année suivante, quelques exemplaires sont exportés en France, Allemagne, Japon et Etats Unis.

La W152 n’a ni portes ni pare-brise. Pour se protéger, les passagers doivent se satisfaire d'un petit saute-vent d'inspiration aéronautique. L'acheteur peut opter pour différents niveaux d'assemblage, depuis le simple kit sans fourniture de la base mécanique jusqu'à la voiture complète. Divers degrés de finition sont également au choix, de même que certaines spécifications techniques. La Ronart a pour ambition d'allier un style classique avec des solutions modernes, garantissant un maximum de fiabilité et de sécurité à ses occupants. La W152 évolue en 1997 dans une version Mk II plus aboutie.

2. Ronart V8 Lightning

En 1999, Ronart présente un second modèle au London Motor Show, la V8 Lightning. L'approche est totalement différente. Il s'agit cette fois d'une GT moderne. Vingt quatre commandes sont prises sur le stand en quelques jours. C'est énorme pour une si petite entreprise. La voiture est propulsée par un V8 Ford Mustang SVT Cobra de 320 ch ou de 500 ch (en option). La carrosserie est en carbone. Les trains roulants, la direction et les suspensions ont été conçus par les meilleurs spécialistes britanniques. L'aménagement intérieur se veut particulièrement riche, d'un luxe très britannique. La production est interrompue en 2003. Sept voitures auraient été produites.


Ronart V8 Lighning, 1999

En 2004, Arthur Wolstenholme devient le propriétaire de la marque Vanwall, et se lance dans la production de trois voitures différentes sous ce nom : Grand Prix Racer, 2S et 58. En 2006, Iain Sanderson rejoint Arthur Wolstenholme pour produire les Vanwall et de nouveau la Ronart W152. En 2008, les deux hommes lancent la société Lightning Car, dans l'idée de développer une nouvelle voiture de sport à motorisation électrique baptisée Lightning GT, dont le style repose sur celui de la V8 Lightning.

3. Ronart de nos jours

L'existence de la W152 va s'avérer plus durable que ces multiples projets, puisqu'elle est toujours produite de nos jours (juillet 2019) à Peterborough. Si vous souhaitez obtenir un modèle complet, il faudra vous armer de patience, un délai minimum d'environ un an étant nécessaire avant de se faire livrer.


Ronart W152, 2019

Retour au sommaire de "A nous les petites anglaises "