Clan

La Clan Crusader (chevalier croisé) est un petit coupé sportif à deux places créé en 1969 par Paul Haussauer, Brian Luff et John Frayling, tous d'anciens ingénieurs ayant travaillé pour Lotus. Paul Haussauer, à la double nationalité suisse et britannique, est le directeur général de l'entreprise. John Frayling, qui a par ailleurs signé le style particulier de la Lotus Europe, est l'auteur du dessin anguleux de la Clan Crusader.  Pour mener à bien leur projet et produire l'auto, nos trois hommes ont débauché quelques ouvriers chez leur ex-employeur.

Le coupé Clan Crusader prend appui sur l'Hillman Imp, modèle économique du groupe Rootes introduit en 1963, dont il adopte le 4 cylindres 875 cm3 poussé à 51 ch, ainsi que la transmission et les suspensions. Le châssis monocoque est en fibre de verre, c'est-à-dire qu'il fait partie intégrante de la carrosserie. Cette technique permet de se passer d'un châssis métallique. L'auto atteint presque les 100 mph, soit environ 160 km/h.

La Clan Motor Company s'installe à Washington dans le comté de Durham. Elle est aidée financièrement pour les autorités britanniques trop heureuses de créer quelques emplois dans cette région déshéritée du nord-est de l'Angleterre. La Crusader est disponible à partir de septembre 1971. Assez vite, la société emploie une trentaine de personnes et produit jusqu'à cinq voitures par semaine.


Le Prince Philip en discussion avec Paul Haussauer chez Clan au début des années 70

Après être sortie de son moule, les quelques imperfections de la carrosserie sont corrigées. Ensuite de nombreuses couches de peinture sont appliquées. Une mini chaîne d'assemblage est constituée, sur laquelle sont installés l'électricité, les garnitures, les suspensions, le moteur et la transmission. Le processus de fabrication a été mûrement réfléchi. Un soin particulier est porté à la finition. Clan tient parfaitement son rang, et n'a pas à rougir de la qualité de ses produits si on la compare à celle de ses principaux concurrents, qu'il s'agisse de Ginetta, Marcos, Lotus ou TVR ...

Le mode de production qui reste très artisanal influe évidemment sur le prix de revient. D'autant plus qu'il a été nécessaire d'adapter la voiture à de nouvelles réglementations liées à la sécurité et à la lutte contre la pollution. Vendue 40 % plus cher qu'un MG B, sa diffusion s'en trouve restreinte. D'abord proposée toute montée, la Clan Crusader est bientôt disponible en kit, une formule moins onéreuse d'environ 20 %. Un bon technicien disposant des outillages nécessaires doit pouvoir assembler ce coupé en quatre heures, déclare t'on chez Clan. Bel optimisme !

La presse ne manque pas de faire l'éloge de la Clan Crusader lors de sa commercialisation. Elle loue en particulier ses performances. Le carnet de commandes prend de l'épaisseur. De nombreux pilotes de rallye sont séduits par le poids contenu de l'auto et par ses trains roulants intelligemment conçus. Mais soumise à rude épreuve, la Crusader montre ses limites en course.


La Clan connaît quelques succès en compétition de 1972 et 1974, sur des rallyes nationaux.

Hélas, Clan fera partie des innombrables petits artisans qui seront incapables de se remettre de la baisse des ventes engendrée par la crise pétrolière. L'entreprise est contrainte de déposer son bilan et ferme ses portes en novembre 1973, après avoir assemblé 315 exemplaires (350 ou 358 selon d'autres sources). Quelques voitures finies ou partiellement finies seront vendues après la cessation d'activité.


Clan Crusader

En 1974, après la fermeture du site de Washington, un certain Andreas Kaisis, fabricant chypriote de camions, rachète la société, ses stocks et les moules de la Crusader. Son souhait est de relancer la voiture dans son pays.  Mais l'affaire tourne court, en raison notamment de l'invasion par les Turcs du tiers nord de l'île. Les stocks de pièces et les moules sont stockés durant de nombreuses années à Chypre, avant d'être rapatriés en Grande-Bretagne par Ian Hooper, un ami de Paul  Haussauer

Brian Luff, l'un des trois cofondateurs de la marque, prend le relais de Paul Haussauer. Nombreux sont encore les propriétaires de Clan Crusader à faire rouler leur auto sur route ouverte et/ou sur circuit. A ceux-ci il propose des éléments de carrosserie, des vitres adaptées et diverses pièces détachées.

En 1982, Luff cède l'affaire à un irlandais passionné par la Clan Crusader, Peter McCanless. Celui-ci encore une fois aidé financièrement par les autorités fonde la Clan Car Ltd sise à Newtownards, en Irlande du Nord. La " nouvelle " venue prend le nom de " Clan " tout court. Les feux avant fixes de 1972 sont remplacés par des éléments rétractables. Les pare-chocs sont moulés, et un toit en verre est proposé en option. La mécanique est toujours d'origine Hillman, un 995 cm3 de 65 ch en version de base ou 78 ch pour la version " S ". Les clients les plus exigeants peuvent adapter eux-mêmes la mécanique, la transmission et les trains roulants de leur choix. Bien qu'aucune donnée officielle existe, il semblerait qu'environ 140 coupés Clan de seconde génération aient été produits.


La Clan à moteur Hillman de 65 ch, 1982/1985

Chez Clan Car Ltd, on a toujours eu l'intention de remplacer la vieillissante mécanique d'origine Imp par un moteur  plus moderne, plus puissant. Une dernière version de la Crusader est présentée en 1985, sous le nom de Clan Clover. Cette fois, le 4 cylindres à plat de 1490 cm3 de 105 ch Din provient de chez Alfa Romeo. Mais l'ensemble est de conception déjà ancienne et n'intéresse plus grand monde. Six kits et vingt-et-une voitures auraient été produits. L'entreprise ferme définitivement ses portes en 1987.


Clan Clover

Voiture de passionnés, nombre de Clan roulent encore de nos jours. Les amateurs se sont regroupés au sein du Clan Owners Club

Retour au sommaire de "A nous les petites anglaises "