Aston Martin, 60' et 70'

1. Aston Martin DB 5 et DB 6 par Radford

Aston Martin est certainement l'un des constructeurs qui possède la plus longue tradition de shooting brake. A Newport Pagnell, l'idée de ce type de carrosserie revient à David Brown, fondateur de la société. Il désirait une voiture pour un usage campagnard, mais aussi un modèle qu'il serait possible de différencier de la production " courante " de la marque. ! Le patron d'Aston Martin avait déjà montré quelques velléités dans ce domaine, avec la présentation en 1954 de la DBD2/4 dotée d'un hayon arrière.


Le hayon de l'Aston Martin DB2/4

Ainsi, quelques mois après la commercialisation de la DB 5 en juillet 1963, le carrossier londonien Harold Radford proposait ce type de carrosserie. Nous étions bien loin de l'utilitaire d'usage quotidien, puisqu'au tarif de base d'une DB 5, il fallait ajouter plus de la moitié du prix pour acquérir une voiture ainsi modifiée.


Aston Martin DB5 Radford, le rare feuillet publicitaire


Aston Martin DB 5 Radford - Copyright Bobdcuk

Sur un total de 1021 DB 5, douze furent transformées en shooting brake entre 1963 et 1965. Le travail était exécuté à partir d'une voiture finie, et non pas d'un châssis roulant, au coup par coup et au fur et à mesure des commandes, ce qui explique que les numéros de châssis soient disséminés sur toute la durée de la carrière de la DB 5, le dernier châssis étant justement un break. Mécaniquement, rien de différenciait le break du coupé de série.  Deux exemplaires furent vendus en France par le Garage Mirabeau.


Aston Martin DB6 Radford

Radford oeuvra ensuite sur la DB 6, qui succédait à la DB 5 fin 1965. L'allure générale demeurait identique, à l'exception des modifications mineures intervenues sur le modèle de série, en particulier l'adoption d'un becquet aérodynamique arrière et l'allongement de 95 mm de l'empattement. Pour la petite histoire, notons que les techniciens de la marque ne raffolaient pas de ce type de transformation. Une DB 5 trop chargée pouvait en effet devenir instable aux hautes vitesses que le shooting brake atteignait (250 km/h).

2. Aston Martin DB 6 et DB S par FLM Panelcraft

Une autre société, FLM Panelcraft, proposa sa propre interprétation d'un shooting brake, mais uniquement sur la base de la DB 6. Les lignes étaient moins sobres que celles de Radford, notamment au niveau de la vitre latérale arrière. Néanmoins, la voiture y gagnait en volume utile. Trois exemplaires furent construits.


Aston Martin DB 6 par FLM Panelcraft


Aston Martin DB 6 par FLM Panelcraft - Source : http://www.classicdriver.com

FLM Panelcraft proposait en 1971 une ultime Aston Martin Shooting Brake, mais sur base DBS. Le style était nettement plus lisse, avec une vitre latérale unique plus haute au niveau du hayon que sur le reste de la longueur. La voiture fut commandée par l'intermédiaire d'un important distributeur britannique, la société HR Owen Ltd, qui ne manqua pas à l'époque de préciser que plusieurs acheteurs potentiels avaient manifesté leur intérêt. La production ne dépassa pourtant pas cet exemplaire unique.


Aston Martin DB S par FLM Panelcraft


Aston Martin DB S par FLM Panelcraft - source : http://wallpaper-auto.fr

Retour au sommaire de Shooting Brakes, Break de Chasse & Cie