Citroën

1. Citroën SM

L'un d'entre vous en sait il plus sur cette SM Break de Chasse ? marioboano@gmail.com
Merci à Jan pour ces photos !

2. Citroën GS Service

En septembre 1971, un an après la berline, Citroën dévoile le break GS. Plus pratique que la berline quatre portes, plus raffiné qu'un utilitaire, il peut être utilisé à la fois dans le cadre professionnel (commerciaux, agriculteurs, artisans ...) et/ou familial. L'une de ses originalités est sa vitre de hayon qui empiète sur le toit par un effet de courbure, ce qui dégage d'autant l'accès en hauteur et apporte un surplus de luminosité dans l'habitacle. Citroën dérive de ce break cinq portes une version break Commerciale et un break Service. La Commerciale dispose de cinq portes, mais sans banquette arrière. Le break Service est conçu différemment, avec seulement trois portes. L'espace entre les portes avant et l'arrière de la voiture est totalement lisse. La superstructure ne comporte aucun pilier. Le break Service est proposé tôlé ou vitré. Sa commercialisation intervient à partir de janvier 1972.


Citroën GS Service

La version vitrée, très élégante grâce à sa grande vitre latérale ininterrompue, peut légitimement s'inscrire dans la catégorie des breaks de chasse, même si Citroën n'a jamais utilisé cette image un brin élitiste pour en vanter les mérites. Uniquement disponible en version Club mieux finie que la Confort de base, son plancher est recouvert de stratifié. Durant son premier millésime, 1972,  elle est disponible avec l'unique moteur 6 CV de 1015 cm3. Ce n'est que pour le millésime 1973 que Citroën propose sur toutes ses GS un nouveau 7 CV de 1220 cm3, qui devient en l'occurrence la seule motorisation accessible sur la Service vitrée. C'est cette année-là la GS la plus chère au catalogue. Elle est facturée 14 932 francs, contre 13 700 francs pour la berline 1220, ce qui confirme son positionnement dans la gamme. La Service vitrée est retirée du catalogue en septembre 1975.


Citroën GS Service

3. Citroën BX Dyana par Heuliez

Heuliez est le concepteur puis le fabricant entre juillet 1985 et juillet 1994 des BX Break pour le compte de Citroën. Toujours sur la base de la BX, le carrossier de Cerizay propose au Salon de Paris en octobre 1986 une version plus " fun ", la Dyana. Celle-ci se caractérise en particulier par ses larges portes permettant un accès aisé aux places arrière et par une absence de seuil de chargement. L'ambitieux dépliant imprimé pour l'occasion propose cette Dyana dans toutes les motorisations ou finitions existant dans la gamme BX. La voiture peut sur demande recevoir une banquette enfants dos à la route, ou être plus simplement proposée en version " entreprise " à deux places et TVA réduite. Hélas, la carrière de la Dyana s'est arrêtée au stade du prototype.


Citroën BX Dyana par Heuliez

4. Digression


Source : http://www.virtualmodels.org

Retour au sommaire de Shooting Brakes, Break de Chasse & Cie