Bugatti ID 90 - BMW Nazca


Bugatti ID 90

Ital Design présentait en 1990 sa vision de la future Bugatti. Son projet ne fut pas retenu par le nouvel état major de Bugatti, qui lui préféra la proposition de Gandini. Celle-ci allait donner naissance en septembre 1991 à l'EB 110.  

Si l'EB 110 de Gandini eut les faveurs des dirigeants de Bugatti, elle ne rencontra hélas pas le succès escompté. L'entreprise était déclarée en faillite en 1997, et cessait toute activité après que furent produites 139 voitures.


BMW Nazca

Giorgetto Giugiaro était l'auteur des lignes de la BMW M1 présentée en 1978. Le rêve de son fils Fabrizio était de renouveler treize ans plus tard la même opération. C'était là son premier projet d'envergure.

Au Salon de Genève 1991, Ital Design exposait le prototype de la BMW Nazca, en espérant convaincre un financier susceptible de financer l'industrialisation de ce rêve.

Dans la lignée des nom précolombiens chers à Giugiaro - Inca, Aztec, Maya - Nazca était un site péruvien célèbre pour l'originalité de ses figures gravées dans le sol. La Nazca n'était pas d'un simple exercice de style, mais une vraie voiture apte à circuler, équipée d'une mécanique BMW 850, un V12 BMW de 4988 cm3 et 300 ch. Cette voiture qui ne pesait pas plus d'une tonne pouvait croiser à 300 km/h.

L'appel du pied à la firme de Munich était évident. La BMW M1 appelait une succession. Mais la Nazca n'était qu'un premier brouillon, qui fut tout de même acheté 10 millions de Francs par un japonais. 

En octobre de la même année, une variante C2 était présentée, toujours équipée d'un moteur BMW, mais préparé cette fois par Alpina qui en tirait 350 ch. Les phares étaient désormais implantés sur le museau de la C2, et non plus sur l'arrondi des ailes. La poupe en un seul bloc de la première version s'était creusée pour dégager un aileron.

A l'instar de la première Nazca, la C2 pouvait prendre la route comme n'importe quelle berlinette. Les essais de la presse spécialisée saluèrent son équilibre et son comportement impressionnant. Ital Design avait joué la carte de l'allègement maximum, avec de nombreux éléments en carbone. L'excellent rapport poids / puissance de la Nazca C2 lui permettait de dépasser les 300 km/h. La Nazca C2 demeura toutefois un projet sans suite industrielle.

Quesako - Similitude - Sommaire du site