Michel Liébeaux


Page de couverture " d'après Mich " pour un dépliant de la marque de cycles Diamant, 1923

Michel Liébeaux, qui signait ses oeuvres Mich, fut à l'origine de plusieurs affiches dans le domaine automobile, un secteur qui semblait l'attirer. L'artiste vit le jour en 1881 à Perigueux. Après des études de dessin et de peinture à Nantes, le jeune homme publiait à vingt ans un premier album. Il passa rapidement pour un illustrateur prodige, en travaillant pour l'Auto, L'Echo de Paris ou Fantasio. En 1907, il proposait  un nouvel album " A l'automobile ", sous forme de portraits de personnalités en vue : Louis Vuitton, Camille Jenatzy, etc ...


Source : Jacques Dreux


Environ 1905, 2 versions de la même affiche, la seconde est signée Mich - Source : Jacques Dreux


L'auto est lancé le 16 octobre 1900 par Henri Desgrange avec l'appui de personnalités comme le marquis de Dion, André Michelin, ou le compte de Chasseloup-Laubat. Ce magazine ne s'impose qu'après l'organisation du Tour de France cycliste en 1903. Son tirage dépasse alors les cinquante mille exemplaires pour atteindre une moyenne de cent vingt mille exemplaire avant la première guerre mondiale. Source : Jacques Dreux.



Frise conçue par Mich pour le Salon de l’Automobile de 1910 et représentant les principaux acteurs et héros de cette nouvelle industrie. Source : Journal d'entreprise de Continental France / Jacques Dreux.



Mich créa en 1911 le personnage de Sam le rémouleur qui se déplaçait avec son chien Floc, en vélo, et qui aiguisait des couteaux à l'aide d'un pneu Hutchinson. Il fut utilisé régulièrement jusqu'aux années 50.

Pour l'autre fabriquant des pneus Continental, Mich imagina en 1908 un nouveau personnage dans le même esprit, mi clown, mi clochard, que l'on retrouvait sur les différentes publicités de la marque jusqu'en 1930.

Le choix de personnages aussi décalés était la preuve d'une réelle indépendance d'esprit de l'artiste et d'une grande liberté de création. Cette particularité ne lui valut pas que des louanges de la part des critiques qui trouvaient son humour trop insistant, mais cela ne l'empêcha pas de travailler durablement pour les plus grandes marques. Mich mourrait en 1923, à seulement 42 ans.


Source : Jacques Dreux

Retour au sommaire des illustrateurs - Retour au sommaire du site