Les exotiques


Reliant participa dans de nombreux pays au développement d'une industrie
automobile, en exportant son savoir faire. Cette page rappelle les principales
réalisations de Reliant pour des constructeurs étrangers.


1. Autocars, Israël

Fondée au milieu des années 50 avec l'aide de Reliant, la compagnie Autocars
assemblait à ses débuts des voitures à trois roues. La première voiture à qua-
tre roues fabriquée par le constructeur Israélien fut la Sussita, conçue et
imaginée par Reliant, puis vendue sous la marque Sabra.

Sa carrosserie en fibre de verre était disponible sous différentes formes :
break, fourgon et pick-up. La Sussita empruntait sa mécanique de 1 litre de
cylindrée à la Ford Anglia. Cette automobile bénéficiait dans son pays d'une
image de voiture rustique et extrêmement fiable. Ce fut une réussite sur le
plan commercial.

Au début des années 60, Autocars implantait une filiale en Amérique et se
lançait à la conquête des marchés US et canadien. Outre la Sussita exportée
à dose homéopathique, le modèle Sabra Sport joua un rôle majeur dans cette
tentative de percée outre Atlantique.


Sabra Sussita                                           Sabra Carmel

La gamme Autocars se développait en 1963 avec la présentation de la Carmel.
Ce modèle toujours étudié en collaboration avec Reliant reprenait les mêmes
recettes que les autres voitures de la firme Autocars, avec un moteur Ford de
1,2 litre et une carrosserie en matière synthétique.

En 1966, l'antique break Sussita était remplacé par la Carmel Station Wagon
illustrée ci-dessus. A partir de 1967, Triumph remplaçait Reliant aux comman-
des de la firme Autocars. Les mécaniques Ford étaient abandonnées au profit
de mécaniques Triumph. Ce dernier continuait de développer la gamme en
s'appuyant sur la Carmel, la Sussita, mais aussi un nouveau modèle plus étoffé
illustré ci-dessous, la Gilboa.

 

Autocars était racheté par Rom Carmel Industries en 1974, et fermait défini-
tivement ses portes en 1981.


2. Otosan, Turquie

Commercialisée à partir de 1966, l'Anadol FW5 était produite par la firme
Otosan installée en Turquie à Istanbul. L'étude de la voiture fut menée en col-
laboration avec la firme britannique Reliant. Le dessin de la carrosserie était
l'oeuvre de
Ogle Design. Anadol était le nom donné aux soldats de la guerre
d'indépendance turque.

Ce coach en matière synthétique utilisait une mécanique Ford Cortina. Avec cet-
te production locale, la Turquie possédait désormais une automobile abordable,
moins coûteuse que tous les modèles importés et hors de prix.

Anadol se chargea par la suite de l'évolution du modèle (berline, break et coupé
STC-16 en 1974 ...), jusqu'à ce que Ford devienne majoritaire chez ce construc-
teur dans les années 80, et y produise les Ford Taunus (d'autres photos en cli-
quant ici).


Extrait du journal mensuel d'information Reliant Review d'octobre 1966


3. Reliant Ant

Reliant développa une version châssis cabine carrossable en pick-up à partir de
la Regal. Les véhicules illustrés ici au premier plan prirent la destination de
la
Grèce. Le succès de cette version allait conduire au développement d'un véhi-
cule spécifique, le Ant.

Le Ant (la fourmi en français), ou nom de code TW9, fut imaginé en 1967 par
Reliant et Ogle à destination des pays
du Moyen Orient et de la zone Méditer-
ranée.
La Grèce fut une terre d'accueil sensible aux charmes du Ant ! Il y fut
assemblé localement par la société Mabea.

Les suspensions avant, la direction et le moteur étaient empruntés à la Regal.
Reliant mettait en avant la faible consommation en carburant du véhicule, son
économie d'usage pour les pneumatiques (trois pneus au lieu de quatre sur les
utilitaires concurrents), sa compacité en milieu urbain, ainsi que son extraordi-
naire manoeuvrabilité.

Ce petit utilitaire suscita aussi un réel intérêt dans le pays qui l'avait vu naître,
la Grande Bretagne. Il parvint à séduire autant les services techniques des vil-
les que les petits entrepreneurs. Les uns et les autres pouvaient choisir dans
une impressionnante liste de carrosserie : plateau, benne, fourgon, etc ...
Le Ant pouvait être adapté sans problème au transport de bouteilles de lait,
au balayage des rues, au transport de voiture, etc ...

Sur les marchés étrangers, la charge utile était limitée à 508 kg (10 cwt).
Reliant estima que pour attirer une plus large clientèle sur son propre territoi-
re, le Ant devait être en mesure de proposer de meilleures capacités. Ainsi, en
Grande Bretagne, il pouvait transporter jusqu'à 812 kg (16 cwt).

La carrière commerciale de cet original utilitaire se poursuivit jusqu'en 1987
en Grande Bretagne. Mais malgré la multitude d'usages potentiels et des
débuts prometteurs, il n'en fut vendu outre Manche qu'un peu moins de 2000
exemplaires. Le marasme économique que traversait alors la Grande Bretagne,
mais aussi le peu d'effort de promotion mené par Reliant peuvent en partie
expliquer ce score bien modeste.


4. Sipani Dolphin

A partir du milieu des années 50, Reliant se constituait petit à petit un réseau
de partenaires dans plusieurs pays " exotiques ". Comme nous venons de le voir,
la firme de Tamworth participa à la formation d'Autocars en Israël, de Mabea
en Grèce et de Otosan en Turquie.

La Sunrise Automotive Industrie Ltd (SAIL) voyait le jour en 1974 à Bangalore
en Inde, toujours avec l'appui de Reliant. Elle y produisait à ses débuts la cu-
rieuse Badal illustrée ci-dessous, sur la base d'une Reliant Robin.

En 1982, Sunrise Automotive Industrie Ltd devenait Sipani Motors. Reliant re-
vendait à son partenaire indien les outillages et les droits sur la Kitten, en fin
de carrière en Grande Bretagne. Celle ci allait être commercialisée sous le nom
de Dolphin en Inde.

Proposée en version deux portes uniquement, avec une carrosserie en matière
synthétique typique des Reliant, et l'inusable moteur maison 848 cm3, la voiture
bénéficia d'un succès d'estime. Elle était notamment appréciée pour son très
bon rapport poids/puissance, et son habitabilité.

La présence de deux portes (trois pour la version break) était cependant un
handicap en Inde, où la plupart des petites voitures étaient alors vendues avec
quatre ou cinq portes. La Dolphin fut rapidement concurrencée par les Maruti,
construites à plus grande échelle. Reliant et Sipani réagissaient en remplaçant
la Dolphin par une autre berline de taille compacte, dotée de quatre portes la-
térales, la Montana.

Bientôt, Sipani rompait définitivement ses liens avec Reliant. Son nouveau parte-
naire, Daihatsu, l'aidait à produire localement une version revue et corrigée de
la Daihatsu Charade. La firme Sipani fermait définitivement ses portes en 2000.

Retour au sommaire